Masculins / 

Jean-Michel Aulas devant les députés, les solutions du président de l’OL pour le foot français

Publié le 20 juillet 2021 à 18:08:51
Jean-Michel Aulas devant les députés, les solutions du président de l’OL pour le foot français
Ce mardi 20 juillet, le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, a échangé avec les députés de la mission d'information sur les droits de diffusion audiovisuelle du sport. Découvrez cette audition en vidéo, ainsi que les principales propositions de Jean-Michel Aulas.

Cette commission présidée par le député de la Loire, Régis Juanico, souhaitait échanger avec Jean-Michel Aulas sur l’avenir du football et des droits TV, en sa qualité de seul président de club à siéger aussi bien à la FFF qu’à la LFP.

 

Plan de relance par l'investissement, Spotify du foot, diffusion des matchs en clair… Jean-Michel Aulas est intervenu sur de nombreux sujets, livrant sa vision des enjeux pour le football d’aujourd’hui mais aussi de demain.

 

Pour un plan de relance par l'investissement

Jean-Michel Aulas : « Le PGE (prêt garanti par l’État) a parfaitement joué son rôle pour les clubs. Sans lui, certains seraient en dépôt de bilan. Ce qui est important maintenant, c’est de relancer l’activité. Pour un secteur comme le foot qui souhaite se relancer très vite avec des entrepreneurs, il manque un dispositif qui permettrait d’accompagner ceux qui ont des projets générateurs d’emplois, que ce soit sur le plan de la construction de salles, de stades, des projets productifs d’entreprises traditionnelles. Parce que le football est un sport quelques fois mis un peu de côté par les banques, on ne trouve pas cet accompagnement qui existe dans d’autres domaines. Les banques sont frileuses. J’imagine qu’on pourrait faire en sorte de faciliter la reprise, de faire bénéficier à ceux qui ont des projets créateurs d’emplois d’une sorte de PGE d’investissement. D’aller vers un dispositif qui fait le succès de la relance de Biden aux États-Unis. Un plan d’investissement de la relance garanti par l’État ou des filiales de société d’investissement en relation avec l’État comme la BPI. Un plan qui ferait la distinction entre ceux qui veulent boucher des trous, et ceux qui veulent participer véritablement à la relance, à la création d’emploi et de valeur ».

 

L’importance d’avoir des clubs propriétaires de leur infrastructure et une réforme du premier contrat pro

 

« Il y a eu sur le plan des droits télés, et c’est ce qui alimente la spirale vertueuse, un certain nombre de droits plus élevés ailleurs mais aussi culturellement, des principes. Par exemple, la plupart des clubs anglais sont propriétaires de leurs stades, les clubs espagnols aussi, les clubs italiens essayent de le faire. Ils s’en portent plutôt bien. De notre côté, il y a des modèles traditionnels en France qui n’ont pas facilité cette structure de coûts et d’environnements. Par contre on a des atouts incroyables comme la formation à la française, la meilleure d’Europe. Des discussions sont en cours pour que le premier contrat pro soit, non pas de 3 ans, mais de 5 ou 6 ans, et faire en sorte que les clubs qui forment des joueurs aient la certitude qu’ils ne s’en vont pas gratuitement à l’extérieur. Un joueur qui arrive en fin de contrat de formation en France a la possibilité, s’il ne signe pas son premier contrat pro, de partir gratuitement à l’étranger. Il y a donc une perte évidente ».

 

 

L’idée d’un « Spotify du football »

« C’était l’analyse venant d’un milieu plus industriel où le client, l’utilisateur, est roi. Cette analyse était pour essayer de trouver le modèle qui permet à tout utilisateur ou consommateur de droits télévisés dans le foot d’y avoir accès. Plutôt que d’être dans du linéaire, l’idée était de proposer une structure qui permet d’aller chercher ce dont on a besoin. On se rend bien compte qu’un supporter de Marseille aimerait éventuellement acquérir les droits de son équipe favorite dans toutes les compétitions. Aujourd’hui, s’il veut avoir accès à son équipe favorite, il faut qu’il aille acquérir les droits de toutes les équipes du Championnat de France, et puis si Marseille joue en coupe d’Europe, comme c’est le cas cette année, tous les droits européens. Il y avait cette volonté d’essayer de réfléchir comment l’utilisateur peut trouver ce dont il a envie à un coût acceptable par le plus grand nombre et qui lui permet de se fidéliser. Je pense qu’aujourd’hui on n’est pas dans cette solution-là. On va s’en rapprocher avec un opérateur qui peut donner accès aux images à beaucoup plus de monde, peut-être à plus d’équipes que le modèle que j’ai décrit, mais en tout cas avec beaucoup plus de souplesse pour y arriver ».

 

 

La diffusion des matchs de Ligue 2 en clair sur L’équipe TV

« On l’a vu en Allemagne où une partie des matchs pouvait être vue sur une chaîne en clair. Dans chaque territoire, il y a un nombre conséquent de gens qui veulent voir leurs équipes. Donc le fait de mettre en clair la Ligue 2 sur une chaîne plus facile à avoir me paraît être une excellente initiative. Moi-même j’imaginais que pour faire la promotion du sport, on puisse aussi passer les matchs en clair. Cela permettrait d’une part, de voir des choses qui sont des choses positives, et deuxièmement, de ne pas avoir la barrière de l’argent ».

 

 

 

L’organisation des deux matchs du 17 juillet au Groupama Stadium

 

« On a réussi à faire venir 8000 personnes, toutes avec un Pass sanitaire. Quand elles n’avaient pas de Pass Sanitaire, on avait des tests antigéniques, le centre de vaccination était ouvert pour les supporters qui le souhaitaient sans qu’ils aient à prendre de rendez-vous. On essaye toujours d’apporter une solution globale à la vie des gens ».

 

 

La création d’une société commerciale de la LFP

 

« La création d’une société commerciale est une volonté de tous les clubs français. Cette structure est pratiquement présente dans tous les pays. Puisque la ligue distribue l’ensemble des droits TV pour les clubs, cette société permettrait de professionnaliser, d’internaliser et de gérer l’attribution de ces mêmes droits. En parallèle, beaucoup d’investisseurs sont intéressés à moyen et long terme par des financements liés aux droits TV. Ainsi, c’est extrêmement important pour le football français de maitriser l’ensemble des droits et de pouvoir y associer des gens qui financièrement ont la capacité de nous aider à sortir de cette mauvaise passe à court terme et d’amortir à long terme des droits qui vont nous changer du linéaire pour aller vers des offres plus individualisées, personnalisées et à la demande ».

 

L’intégralité de la vidéo de cette audition peut être consultée en ligne (cliquer ici).