OLTV / OLTV

OLTV : Les meilleurs moments de Margot Dumont dans OLNS

Publié le 28 avril 2021 à 19:15:00
OLTV : Les meilleurs moments de Margot Dumont dans OLNS
La journaliste à Bein Sport Margot Dumont était l'invitée de Barth ce mercredi dans OL Night System. Vous pouvez retrouvez l'intégralité de l'émission sur OLPlay.

Son amour de l’OL

Quand je travaille le cœur n’est pas rouge et bleu, je peux faire un derby sans avoir de penchant pour telle ou telle équipe, même si c’est compliqué. Par contre dès que j’ai pas ma carte de presse et que je regarde un match le dimanche soir, c’est pas la même chose. Mais je reste professionnelle. J’ai été cartée pendant quelques années au virage nord, j’allais à tous les matchs, j’ai fait quelques déplacements que tout supporter ne ferait pas. A 16 ans j’étais dans le parcage à Saint-Etienne alors que le fumigène craquait à quelques sièges de moi. J’ai vu des choses un peu bizarres mais j’étais passionnée. C’est toujours très spécial quand je fais un match au Parc OL, à chaque fois que je vais dans ce stade (à l’époque Gerland) je me dis que c’est pas banal et je prends quelques secondes pour me rendre compte de la chance que j’ai. Ma première à Gerland en tant que journaliste était très spéciale, j’ai regardé la tribune et je me suis dit que j’y étais arrivée. Je ne prends pas pour acquis et je suis fière de ce que j’ai accompli.

 

Son bilan sur la saison de l’OL

 

Ce qui a fait défaut contre Lille, c’est qu’on a joué qu’une mi-temps. La plupart de la saison sur nos matchs, 45 bonnes minutes et 45 beaucoup moins où on dirait que ça joue le maintien. Le nombre de points perdus en 2ème mi-temps doit être conséquent et préjudiciable. Quand tu regardes l’effectif et les qualités intrinsèques, on doit être le 2ème meilleur de Ligue 1. Il y a peut-être un travail mental à faire, peut-être que la partie management ne passe pas

 

Être une femme journaliste face au sexisme

 

Au-delà de toutes les paroles ou les tentatives maladroites de certains, il y a des choses graves qui me sont arrivées. A mes tous débuts dans une rédaction à Paris, un des chefs profitait de son statut de chef et il me proposait des choses pour tenter de m’embrasser. Comment faire quand t’as 20 ans, que tu veux percer, que t’as tout plaqué pour venir à Paris ? c’est compliqué, pour moi et ces jeunes journalistes de 20 ans peut-être un peu naïves. On doit se battre pour elles, on a créé une association. Est-ce que je suis prête à parler de certaines choses ? pas forcément, j’ai peur de comment ça sera repris. Je pensais avoir oublié mais le reportage de Marie Portolano m’a rappelée ça. Aujourd’hui je me suis endurcie, mais je n’avais pas cette force mentale à l’époque. Maintenant je suis aussi plus légitimisée, le regard des joueurs et dirigeants sur moi est plus positif. Je n’ai plus à me justifier

 

Un avenir dans le football ?

 

Si on me donne une baguette magique j’aimerai bien faire partie d’un staff en tant qu’adjoint ou analyste vidéo. J’ai d’ailleurs proposé à Jean-Michel Aulas de devenir d’ici quelques années scout pour lui ou même de créer une académie aux Etats-Unis.

 

 

 

 

OLPLAY2