Féminines / OL - PSG

Eugénie Le Sommer : « C'est beau de voir des petites filles s'identifier à moi... »

Publié le 15 avril 2021 à 12:00:00
Eugénie Le Sommer : « C'est beau de voir des petites filles s'identifier à moi... »
Onze années passées au sein du club, des dizaines de titres remportés et un statut de meilleure buteuse de l’histoire de l’OL, Eugénie Le Sommer s’est confiée aux médias du club afin de revenir sur belle carrière lyonnaise et son rôle d’ambassadrice du football féminin.

 Sa prolongation de contrat

« Je suis très fière, très heureuse. Ça fait 11 ans que je suis ici et je me sens bien à l’OL, c’est le club avec qui j’ai tout gagné, et qui m’a fait grandir. C’était un choix mûrement réfléchi mais aujourd’hui je suis très heureuse de le faire. »

 

Ses débuts dans le foot

« J’ai débuté le foot en club à l’âge de 4 ans, j’ai fait toutes les catégories, j’ai joué avec les garçons jusqu’à mes 14 ans, ensuite avec les filles. J’ai joué au FC Lorient, à Saint-Brieuc, puis à l’OL. C’est à 15-16 ans lors des premiers rassemblements nationaux que j’ai commencé à me dire que c’était possible de faire une vraie carrière. Finalement j’ai réussi à réaliser ce rêve, et c’est une chance de pouvoir faire ce que j’aime et de vivre de ma passion. »

 

Son arrivée à l’OL

« J’ai signé en 2010, le club m’avait déjà contacté l’année d’avant, mais à ce moment-là je ne voulais pas partir parce que je voulais poursuivre ma progression à Saint-Brieuc. Je savais qu’à l’OL j’allais devoir me battre pour ma place donc j’ai privilégié le fait d’avoir du temps de jeu. J’ai donc attendu 2010 et finalement ça n’a pas été trop difficile de faire ce choix. C’était la meilleure équipe de France, elle venait de faire un parcours remarquable en Ligue des Champions et disputer cette compétition était un rêve. Je ne garde que des bons souvenirs de mon arrivée, la concurrence était saine, j’ai été bien accompagnée par les joueuses autour de moi. Et aujourd’hui je suis fière de mon parcours avec l’OL et d’être là où j’en suis. »

 

$name

 

Ses souvenirs à l’OL

« Mon souvenir le plus agréable c’est la première finale de Ligue des Champions gagnée en 2011. C’était ma première saison, mes premiers matches de Ligue des Champions. Je n’aurai pas cru la gagner dès ma première année, en plus je rentre en finale et je fais une passe décisive. Ça reste mon meilleur moment à Lyon. Le plus douloureux c’est peut-être la finale perdue contre Wolfsburg en 2013 à Stamford Bridge. On n’était pas loin du but. Tous les matches perdus sont désagréables mais celui-ci en particulier, surtout au vu de la physionomie de la rencontre. »

 

Meilleure buteuse de l’histoire du club

« Je suis fière de ça, de ce que j’ai accompli. Je me dis que je marque l’histoire du club. Voir mon nom tout en haut de classement c’est une vraie fierté. Ça reste des buts, ce n’est pas le plus important, mais mine de rien ça démontre une certaine régularité. »

 

le sommer joie finale

 

Son rapport à l’Equipe de France

« Représenter son pays c’est aussi une grande fierté. Porter le maillot, entendre l’hymne, c’est magique. Je me rappellerais toujours mon premier match, c’est quelque chose qui marque. Être la meilleure buteuse de l’Equipe de France c’est forcément une fierté, ce n’était pas forcément un objectif, mais je suis une attaquante et à force de travailler et de jouer des matches, forcément j’y pensais un peu plus. »

 

Son rôle social

« Oui j’ai conscience d’être devenue un modèle, je le vois au quotidien, un peu moins aujourd’hui à cause de la situation sanitaire. Quand je vois des petites filles qui s’identifient à moi, qui me disent que je suis leur modèle c’est beau. Ce n’est pas une chose à laquelle j’aurais pensé quand j’ai débuté ma carrière mais je suis très heureuse de ça. Quand j’étais petite je n’avais pas ces modèles, donc je me dis que c’est une victoire. J’essaie de donner l’exemple, de faire passer les bons messages car je sais qu’on peut avoir une influence sur les plus jeunes donc autant qu’elle soit bonne ! »

 

Sur le même thème