Academy / Interview

Kayne Bonnevie : « J'avais les yeux qui pétillaient à mon arrivée de Guyane »

Publié le 04 novembre 2020 à 14:30:00
Kayne Bonnevie : «  J'avais les yeux qui pétillaient à mon arrivée de Guyane »
Gardien titulaire de la réserve professionnelle qui évolue en National 2, le jeune Kayne Bonnevie a un parcours peu ordinaire. Il nous a accordé un entretien pour nous expliquer son histoire et ses ambitions futures.

« Pour commencer, raconte-nous ton parcours, d’où est-ce que tu viens ?

Je suis né le 22 juillet 2001 à Ecully, je suis resté deux semaines, puis je suis parti avec ma mère en Guyane jusqu’à mes 16 ans. Et à 16 ans, j’ai intégré l’OL.

 

Tu es né dans la région lyonnaise même si tu as déménagé ensuite. Quel lien historique as-tu avec l’OL ?

Déjà toute ma famille supporte l’OL depuis que je suis tout petit, je suis déjà allé à Gerland, j’ai fait les stages de l’OL pendant l’été. Je devais avoir de bons résultats scolaires pour avoir le droit de retourner en métropole et faire ces stages, mais c’était une très bonne expérience.

 

Il y a une vraie histoire entre la Guyane et les gardiens, on pense à Bernard Lama, Mike Maignan ou encore Donovan Léon…

Oui, il y a une école, j’ai eu le même coach que Donovan Léon. Il m’a pris en main avant que j’intègre l’OL.  Quand je suis arrivé, je n’étais pas encore apte mais avec le temps, j’ai réussi à atteindre ce niveau. J’ai toujours été gardien, parce que j’avais dit à mon grand-père que j’allais réussir comme ça et que j’allais devenir professionnel. Je ne me rendais pas compte de ce que cela impliquait au départ, mais j’ai tenu bon.

 

$name

Quitter la Guyane à 15 ans n’a pas été trop dur ?

Si car j’ai quitté ma mère donc c’était un peu compliqué au départ, je ne pouvais pas prendre le train pour aller la voir le week-end puisqu’elle était à 8000km. Mais l’équipe m’a soutenu, j’ai réussi à me faire des amis très tôt, ça m’a permis de me changer les idées.

 

Tu signes à Lyon en 2016, quel est ton sentiment à ce moment-là ?

C’est un rêve éveillé. Je pense que j’étais l’enfant le plus heureux. Dès que j’ai vu les installations et les joueurs avec qui j’allais jouer, j’avais les yeux qui pétillaient. C’est quelque chose dont je me souviendrai tout le temps.

 

Sur quels points as-tu progressé depuis ton départ de Guyane ?

Le professionnalisme, donc les entraînements, l’hygiène de vie… en fait ça implique beaucoup de choses d’être footballeur. C’est beau mais ça nécessite beaucoup de travail et même si les gens ne le remarquent pas forcément, on bosse beaucoup.

 

$name

 

La saison dernière tu t’es gravement blessé, comment tu l’as vécu ?

Lorsque l’on m’a annoncé que je devais me faire opérer, ça a été compliqué. Et puis ça a duré longtemps, j’ai eu entre 6 et 7 mois de rééducation avant de revenir. En plus je revenais d’une préparation avec les pros, j’avais fait le stage à Tignes, j’étais sur une bonne lancée. J’avais des objectifs à atteindre, ça m’a mis un frein mais ça forge mentalement.

 

Quels sont tes objectifs pour cette saison ?

D’abord être titulaire avec la N2, puis j’aimerai aussi signer mon premier contrat professionnel, et ensuite intégrer le groupe professionnel.

 

Et qu’est-ce que tu rêves de faire les années qui viennent ?

Jouer à l’OL. (sourire) »

CLAIREFONTAINE partenaire officiel de l’OL Academy.