Club / 70 ans

#OL70ANS Un jour, une saison : 1999-00

Publié le 03 août 2020 à 07:00:00
#OL70ANS Un jour, une saison : 1999-00
En cette année 2020, l’Olympique Lyonnais fête ses 70 ans. A cette occasion, les médias du club vous proposent à partir du 26 mai, date de l’annonce officielle de la création, de replonger chaque jour de la semaine dans l’histoire d’une saison et ainsi de remonter le temps jusqu’au 27 août, date du premier match officiel.

Les Hommes de la saison

 

Effectif : Anderson, Bak, Blanc, Bréchet, Carteron, Caveglia, Coupet, Delmotte, Devaux, Dhorasoo, Fournier, Govou, Hellebuyck, Hugues, Kanouté, Laigle, Laville, Linarès, Malbranque, Uras, Vairelles, Vieira, Violeau.

Entraîneur : Bernard Lacombe

Président : Jean-Michel Aulas

 

$name

 

L’histoire de la saison

 

La saison précédente ayant été une franche réussite, l’OL se sent pousser des ailes en cet été 1999. En février 1999, le groupe Pathé est devenu actionnaire et partenaire solide du club. Le recrutement est extrêmement ambitieux avec les arrivées de Pierre Laigle, Tony Vairelles et surtout Sonny Anderson, plus gros achat d’un club français à l’époque pour celui qui deviendra une idole de Gerland. Une nouvelle fois très solide, l’OL accroche pour la deuxième saison de rang la 3e place du classement. Pourtant, en coupes, c’est tout l’inverse de l’exercice précédent. Les Gones vont loin dans les coupes nationales (deux quarts de finale) mais vont déchanter en Europe. L’élimination en tour préliminaire de la Ligue des Champions contre Maribor, (0-1, 2-0) reste comme l’une des pires désillusions de l’histoire du club. Reversés en Coupe UEFA, les partenaires de Vikash Dhorasoo ne peuvent réitérer l’exploit de la saison passée et s’inclinent en 16es de finale contre le Werder de Brême (3-0, 0-4).

 

Le match de la saison : Montpellier-OL

 

En rejoignant Montpellier, l’OL n’a qu’un seul objectif : ne pas perdre. Tout autre résultat qu’une défaite propulserait l’OL en Tour Préliminaire de la LDC. La saison fut semée d’embûches. Après une élimination estivale douloureuse face à Maribor, l’OL a alterné entre les résultats probants qui lui ont permis de prendre la tête de la Division 1 et quelques performances catastrophiques (Breme, Nantes…). A Montpellier, l’OL a un statut à tenir, depuis l’arrivée du nouvel actionnaire Pathé : celui du club qui pourrait être le prochain à dominer le football français. En obtenant un match nul (2/2) grâce à deux recrues phares de l’intersaison, Pierre Laigle et Sonny Anderson, l’OL rassure ses dirigeants et ses supporters : l’histoire est en marche.

 

L’homme de la saison : Sonny Anderson

 

$name

 

Quand l’idée d’une arrivée de Sonny Anderson a commencé à sortir dans les journaux, nul n’y croyait. L’immense goleador brésilien à Lyon ? Un rêve. Pourtant, en juin 1999, c’est bien lui qui a été présenté au siège du club, entouré des dirigeants lyonnais. Le plus gros transfert de l’histoire de l’OL devait apporter son talent et sa mentalité de très grand joueur. Si les débuts sont fragiles, très vite, Sonny Anderson devient l’idole d’un stade et d’une ville. Sa première saison est éblouissante, à l’image de celles qui suivront. Il est fort, il est généreux, il a la classe. Partout, il est adoré. On en avait rêvé, Sonny l’a fait…

 

Les chiffres de la saison

 

$name