Club / 70 ans

#OL70ANS Un jour, une saison : 1995-96

Publié le 28 juillet 2020 à 07:00:00
#OL70ANS Un jour, une saison : 1995-96
En cette année 2020, l’Olympique Lyonnais fête ses 70 ans. A cette occasion, les médias du club vous proposent à partir du 26 mai, date de l’annonce officielle de la création, de replonger chaque jour de la semaine dans l’histoire d’une saison et ainsi de remonter le temps jusqu’au 27 août, date du premier match officiel.

Les hommes de la saison

 

Effectif : Abou, Anselmini, Assadourian, Bak, Bardon, Bellisi, Breton, Casanova, Chavrondier, Deguerville, Deplace, Devaux, Fouret, Gava, Giuly, Kiremidjian, Laville, Maurice, Moulin, Olmeta, Patouillard, Rivenet, Roche, Roy, Sassus.

Entraîneur : Guy Stephan

Président : Jean Michel Aulas

 

$name

 

L’histoire de la saison

 

Jean Tigana a quitté l’OL. Pour continuer l’héritage d’une saison 94/95 exceptionnelle, c’est son adjoint, Guy Stephan, qui lui succède sur le banc. Pourtant, rien ne se passe comme prévu. L’OL digère mal le départ de son défenseur N’Gotty et la blessure de longue durée de son artiste Franck Gava. Si le parcours en championnat est terne, l’OL fait un beau parcours en Coupe UEFA et réalise notamment l’exploit incroyable d’éliminer la Lazio, alors leader du Calcio. Si en Coupe de France l’aventure s’arrête en 1/32 de finale, c’est en Coupe de Ligue que l’OL va briller. 20 ans après la finale de 1976, l’OL retrouve le Parc des Princes et emmène ses milliers de supporters à Paris. A l’ultime seconde de la prolongation, Eric Roy marque le but de la victoire mais l’arbitre le refuse, estimant avoir vu un pied en l’air. La décision paraît encore aujourd’hui invraisemblable. Les lyonnais s’inclinent au cours de la séance des tirs au but et laissent les messins soulever le trophée.

 

Le match de la saison : Lazio Rome - OL

 

C’est un immense exploit que l’OL doit réaliser pour espérer éliminer la Lazio de Rome. Le géant italien, véritable constellation de stars, domine la Serie A cette année-là. Lors du match aller, les lyonnais réussissent à s’imposer (2/1) dans un stade de Gerland incandescent. Le président de la Lazio, Dino Zoff, prévient, à l’issue du repas officiel chez Orsi : « En matière de gastronomie, nous ne pourrons pas vous recevoir avec autant de qualités. Là, nous sommes écrasés. Mais en football, je pense que ce sera l’inverse ». Toute la presse italienne titre sur la raclée que devrait prendre l’OL au Stade Olympique de Rome. Dans un silence assourdissant, à peine troublé par plusieurs milliers de fans lyonnais, l’OL s’impose (2/1) et réalise un exploit continental qui ira même jusqu’à ravir les supporters de l’AS Rome qui acclameront le bus lyonnais après le match…

 

Le joueur de la saison : Florian Maurice

 

$name

 

A l’été 1996, Florian Maurice a 22 ans. Il est l’attaquant français le plus observé et attendu du championnat de Division 1. Il a réalisé une saison 95/96 absolument formidable avec 22 buts et 7 passes décisives. Il a gravi tous les échelons au sein du centre de formation où, très tôt, il a su prouver son adresse et sa grande intelligence de déplacements. Tout le monde parle de lui. Tous les clubs veulent le recruter. Pour certains médias, il est même le futur attaquant de l’Equipe de France pour la Coupe du Monde 1998. Début août, il dispute les Jeux Olympiques à Atlanta, alors qu’il est déjà épuisé. Dès son retour, il devient international A, le 31 août, face au Mexique. 48 heures après sa première sélection, il joue avec l’OL à Nantes -quelle curieuse idée que de programmer un match le lundi soir- et se tord de douleur, à la suite d’une mauvaise réception. Rupture du tendon d’Achille. En dépit d’une grande carrière internationale, Florian Maurice ne retrouvera jamais l’étendue de ses immenses qualités.

 

La saison en chiffres

 

$name