OLTV / OLTV

OLTV : Les meilleurs moments d'Henri Bedimo dans OLNS

Publié le 26 juin 2020 à 19:00:00
OLTV : Les meilleurs moments d'Henri Bedimo dans OLNS
L'ancien latéral de l'OL Henri Bedimo était l’invité d’OL Night System ce vendredi sur OLTV. L’émission est à retrouver en intégralité sur OL Play.

Son passage à l’OL

« C’est une chance exceptionnelle d’avoir pu porter le maillot de l’Olympique Lyonnais. J’ai grandi en regardant l’OL des années 2000 tout rafler sur son passage puisque j’étais au centre de formation de Grenoble, j’étais juste à côté. C’était une évidence de rejoindre cette famille quand j’en ai eu l’opportunité. J’ai passé trois superbes années dans ce club, qui m’a énormément apporté en tant que joueur mais aussi et surtout en tant qu’homme. Le président a notamment été extraordinaire. À chaque critique sur le club ou sur un joueur, il s’interposait, il défendait sa famille. En tant qu’homme, c’est très plaisant de savoir que son président se battra toujours bec et ongles. J’ai énormément de souvenirs, entre les derbys, les coups de gueule de Joël Bats, la rencontre avec les jeunes du centre… »

 

L’annonce de sa retraite

« C’était une décision naturelle. Après 15 ans dans le milieu professionnel, même si la passion reste, le rythme de vie de footballeur devient un peu fatiguant. Je suis une personne qui prend des décisions avec beaucoup de réflexion, tout est mûrement réfléchi. C’était le bon moment pour moi d’annoncer la fin de ma carrière car dans ma tête, j’avais déjà tourné la page depuis un bon bout de temps. Avant de l’annoncer, il fallait juste que je sache vers quoi je me dirigeais pour ma deuxième vie. Je me prépare depuis un moment pour ça. J’ai beaucoup de projets, notamment dans le management et l’éducation des jeunes footballeurs. Je suis prêt pour un nouveau départ. »

 

Ses regrets

« La blessure qui m’a empêché de disputer la CAN 2017 reste le plus gros crève-coeur de ma carrière, surtout que ma sélection a remporté le titre. J’avais précipité mon retour, j’avais tout fait pour être là à temps mais ça n’a pas suffit. C’est la première fois que je l’évoque et ça restera un regret éternel. La descente avec le RC Lens en 2011 est mon second plus gros regret. Lens est un club qui compte beaucoup pour les camerounais car beaucoup de compatriotes y ont joué. J’ai eu l’impression de rester sur un échec. »