Club / Interview

Intervention de Jean Michel Aulas sur France Info

Publié le 27 mai 2020 à 11:40:00
Intervention de Jean Michel Aulas sur France Info
Le président de l'Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, était l'invité de Marc Fauvelle et Renaud Dely sur France info en direct du Groupama Stadium. L'intégralité de l'intervention est à retrouver gratuitement sur OL Play.

L'intégralité de l'intervention de Jean-Michel Aulas sur France Info est à retrouver gratuitement sur OL Play. 

 

L’espoir d’une reprise ?

« On saura par la suite si c’est un combat perdu d’avance. Je connais bien le foot, je suis épris d’équité et je suis un homme libre dans un contexte où les décisions sont parfois malheureuses. On est le seul grand pays européen à avoir arrêté son championnat et tout ceci nous amènera vers une catastrophe économique pour les clubs. Je réclame quelque chose de logique. Que le championnat aille à son terme, qu’il y ait une équité sportive. L’UEFA, dans un certain nombre de déclarations, avait indiqué que les championnats devaient aller au bout et que l’on pouvait jouer en juillet et en août s’il le fallait. Le mérite sportif devait être respecté et on est en ligne avec cette proposition. La ministre des Sport s’est appuyée sur une date du 3 août qui n’existait pas en réalité. Il me paraissait utile de dire qu’il était tout à fait possible de reprendre. J’espère que le Premier Ministre donnera aussi des orientations jeudi car, avec des dispositifs sanitaires très pointus, on peut montrer que tout est possible. » 

 

La défense de l’intérêt général

« On me reproche de défendre l’intérêt individuel. Si on avait pris comme date d’arrêt la 27ème journée, celle où tous les clubs avaient joué, les classements auraient été différents. Il restait 30 points à prendre donc on peut imaginer que des clubs relégués comme Amiens ou Toulouse auraient pu se maintenir. Ce n’est pas une question d’intérêt individuel mais d’intérêt général. Le foot est un sport qui se juge à la fin… Nous n’avons pas fêté le titre de notre équipe féminine car le PSG pouvait encore nous dépasser sur les matches qui restaient. On est au Conseil d’Etat pour remettre en cause une décision qui touche aussi le football féminin où on est théoriquement Champion de France. Il n’y a pas de meilleure réponse à cela. Je demande aussi la reprise de ce championnat car toutes les compétitions doivent être menées à leur terme. Les décisions sont prématurées. Quand on fait une erreur, soit on la régularise en prenant une décision contraire, soit on s’enferre. Aujourd’hui, on s’enferre et on ne parle plus de la date du 3 août qui était pourtant la raison de l’arrêt du championnat. Cette date avait été donnée à titre indicatif par l’UEFA. La logique européenne était d’aller au bout. »

 

La reprise de la Champions League en août

« La France a la chance d’avoir deux équipes encore qualifiées. On va jouer une compétition au mois d’août pour les garçons et pour les filles. Les autres championnats vont reprendre ou ont repris. Notre équipe féminine va jouer le Bayern qui a déjà repris. On devra affronter des équipes européennes qui auront joué deux mois de compétitions alors que nous sommes à l'arrêt depuis plusieurs mois. Il y a un écart de compétitivité anormal. »

 

Les conséquences financières pour l’OL

« Je ne pense pas que le club ne soit menacé dans sa pérennité. L’OL, c’est plus de 500 personnes permanentes et plus de 2 5000 personnes qui travaillent en jour de match. C’est une filière économique très importante au niveau du foot français. Il y a plusieurs dizaines de milliers d’emplois menacés. Nous sommes en bonne santé car nous avons pris un certain nombre de décisions. Les autres clubs n’ont pas encore cette maturité économique et sont menacés. La décision contribue à fragiliser encore plus les clubs... Il n’y a pas eu d’unanimité sur la baisse des salaires, au contraire de ’équipe féminine qui a trouvé une solution unanime. Certains joueurs ont accepté de manière volontaire et individuelle. Il y a eu une solidarité exemplaire à l’OL… L’OL a souvent été à la pointe. Il y a eu notre combat pour notre entrée en Bourse, un combat que nous avons gagné. Il y a eu aussi ce combat pour la privatisation des clubs. On est aussi propriétaire de notre stade et on peut le rentabiliser différemment. »

 

Les conditions de jeu en Bundesliga

« Quand on est passionné de foot, quand on aime le jeu et cette compétition, on se régale. Le match entre Dortmund et le Bayern d’hier soir était formidable. L’affluence des téléspectateurs est très supérieure à la normale. Le grand public adore. Cela montre que tout le monde attend qu’on reprenne le foot. C’est un foot différent mais il faut s’adapter. Il faut retrouver évidemment le public, ce qui n’est pas possible pour le moment. Progressivement, les choses vont revenir à la normale. »

 

Le mercato en pause

« Il sera en mode pause. Les joueurs du championnat de France ne seront plus visibles. Les clubs qui pourront investir seront à l’étranger. Il y aura un vrai problème dans les comptes au 30 juin. Il faudra rajouter à cela les provisions à prendre sur les transferts effectués il y a quelques années, et pour lesquels les règlements risquent de ne pas intervenir car il y aura beaucoup de clubs en difficulté. Cela va déstabiliser le foot français.  Il y aura un manque à gagner considérable. »

 

L'intégralité de l'intervention de Jean-Michel Aulas sur France Info est à retrouver gratuitement sur OL Play.