Club / Interview

Baptiste Couilloud : « J’ai joué à Gerland avec le maillot de l’OL sous celui du LOU »

Publié le 28 mai 2020 à 07:00:00
Baptiste Couilloud : « J’ai joué à Gerland avec le maillot de l’OL sous celui du LOU »
Natif de la ville de Lyon et formé au LOU rugby, Baptiste Couilloud est un pur produit de la région lyonnaise. Le demi de mêlée de 22 ans n’a pas hésité une seconde lorsqu’il a été sollicité pour parler de ses autres grandes passions : le ballon rond et l’OL. Entretien.

« Baptiste, d’où vient ton attachement à l’OL ?

Comme tous les petits Gones des années 2000, j’ai pu assister de près et de loin aux victoires et aux différents trophées de l’OL. Mon attachement vient de là. Depuis, je suis resté fan du club. Je vais régulièrement au Groupama Stadium pour assister aux matches. Je suis supporter. Je ne vis pas les matches dans les virages, en hurlant tout le temps même si je le fais de temps en temps. Je suis un supporter sans faille, on peut le dire.

 

Un match t’a-t-il marqué en particulier si oui lequel ?

Je me rappelle du match face au Real Madrid avec une victoire 3 à 0 en Champions League en 2005. Ce match m’a sacrément marqué. J’étais devant ma TV chez mes grands-parents. Mais en réalité, celui qui m’a le plus marqué est le 5-0 dans le derby. Je suis allé à Saint-Etienne. J’ai fait le déplacement avec trois autres joueurs, Frédéric Michalak, Thibaut Regard et Félix Lambey. On était en tribunes, on avait tous mis nos maillots de l’OL. Bon on les avait mis sous la veste. C’était vraiment incroyable.

 

$name

 

Quelle est ta plus grande émotion depuis que tu suis l’OL ?

Il y a eu un paquet d’émotions. Si je devais en retenir une, c’est le soir d’un titre dans les années 2000. Je ne me souviens plus duquel. J’étais au stade de Gerland. J’étais allé sur la pelouse à la fin du match pour piquer un bout d’herbe, je l’avais ramené à la maison et je l’avais replanté. Il avait poussé pendant deux ans.

 

Quel joueur t’a le plus marqué ?

Il y a forcément Juninho parce que c’était la classe. Mais celui que j’ai aussi adoré, c’est Kim Källström. J’étais fan de ce joueur. Je ne sais pas pourquoi. Il avait une allure de robot. J’adorais son style de jeu, on ne l’entendait jamais trop. C’était la classe aussi. J’aimais vraiment bien ce joueur.

 

As-tu un rêve pour l’OL ?

Je pense que tout le monde a la même réponse, c’est de remporter la Champions League… J’aimerai bien aussi qu’il nous prête 60 000 supporters pour certains matches du LOU. C’est possible ça ?

 

baptiste couilloud 1

 

Avec ton activité qui te fait souvent voyager, est-ce difficile de suivre l’OL ?

Le plus difficile n’est pas de suivre l’OL, c’est de supporter les Toulonnais de notre équipe qui soutiennent l’OM. On a été nettement meilleurs qu’eux ces dernières années donc ça allait. On peut encore se moquer d’eux et faire les fiers. Je suis le plus possible les matches et j’essaie d’y assister au stade quand je le peux.

 

Dans le vestiaire du LOU, es-tu le seul à supporter l’OL ?

On n’est pas énormément mais on est trois ou quatre Gones à soutenir l’OL assez fièrement. Les autres joueurs formés au LOU sont un peu dans la même situation que moi. On a tous connu les grandes épopées de l’OL donc on est tous fan. Les mecs de notre équipe qui viennent du sud soutiennent plutôt d’autres clubs malheureusement. On parle beaucoup de foot dans le vestiaire.

 

En tant que fan de l’OL et joueur du LOU, qu’est-ce que cela représente de jouer à Gerland ?

Le Stade de Gerland est vraiment un symbole du sport lyonnais en général. C’est quelque chose de très fort pour moi de faire mes premiers matches dans ce stade quand cela a démarré. Cela a ressassé en moi des souvenirs et des émotions que j’avais vécues quand j’étais plus jeune. On allait au stade en famille. Ce stade est mythique. Il représente le temple du sport lyonnais. C’est quelque chose de très puissant pour moi. Une anecdote ? J’ai joué mon premier match à Gerland avec le LOU avec le maillot de l’OL sous mon maillot du LOU. Il doit avoir la photo qui traîne quelque part. C’est très chargé émotionnellement.

 

Et au Groupama Stadium ?

On a aussi joué dans ce stade il y a deux années. C’est un de mes plus beaux souvenirs en tant que rugbyman. Malheureusement, je m’étais un peu blessé deux ou trois semaines avant. J’avais démarré sur le banc. Je suis rentré alors que le score était déjà acté. Malgré la défaite, j’avais pleinement profité du Groupama Stadium. J’avais pris beaucoup de plaisir, devant toute ma famille et devant tout Lyon. C’était incroyable. J’espère vraiment qu’on aura l’occasion de rejouer devant un tel public et dans un tel stade. C’est quelque chose de très marquant pour nous. »

 

baptiste couilloud 3