Masculins / Rétro

Coupe de la Ligue 2001 : ceux qui ont écrit l’histoire racontent

Publié le 05 mai 2020 à 09:30:46
Coupe de la Ligue 2001 : ceux qui ont écrit l’histoire racontent
Il y a 19 ans jour pour jour, l’OL montait au Stade de France avec ses 40 000 supporters pour remporter sa première Coupe de la Ligue et le premier trophée de l’ère Jean-Michel Aulas grâce à un but dans les ultimes secondes de la prolongation face à Monaco. Pour vous faire revivre ce moment qui a lancé la légende, la rédaction s’est plongée dans ses archives pour retrouver les témoignages a posteriori des acteurs principaux qui ont fait de ce 5 mai une date particulière pour le peuple lyonnais.

 Grégory Coupet

« C’est le lancement des titres, des lignes au palmarès. Elle a tout déclenché. Il y avait cette soif de gagner. Le scénario a montré que l’on ne lâchait rien. On était une équipe collectivement forte avec Sonny Anderson, un immense joueur. Je me souviens aussi que « Flo » (Laville) ne jouait pas, mais qu’il était avec nous. Oui, une grosse force collective. La fête avait été belle, monstrueuse. »

 

 Claudio Caçapa

« Revoir mon but en finale de Coupe de la Ligue ça me donne des frissons. C’est un des plus beaux moments de ma vie. Ce sont des images gravées dans ma tête. Avant cette finale, je ne jouais pas beaucoup, je me posais des questions. Et du coup le coach avait décidé de me faire jouer pour la finale. Je marque le premier but qui a changé la donne. Le président m’a dit suite à cela que je restais à l’OL. C’est un moment très important pour moi. Puis après quand on avait le titre et qu’il y avait tous les supporters autour de nous à Lyon, c’était incroyable. »

 

coupe de la ligue 2001 joie

 

Jacques Santini

« Tout va très vite dans le foot. La veille de la finale, j'ai réuni mes joueurs dans le vestiaire de Saint-Denis pour leur demander de savourer ces instants privilégiés. Et au moment d'aller toucher la coupe, je me disais que j'étais le premier entraîneur à offrir un trophée à Jean-Michel Aulas. Pourtant, j'ai tout intériorisé et tout gardé pour les gens de ma famille. Mais j'étais vraiment dans un état complètement jubilatoire. C'est beau parfois une revanche... Une semaine après, nous recevions Strasbourg. C'était le 12 mai et, en entrant sur la pelouse, j'ai aperçu une grande banderole qui disait « Et merci M. Santini ». Il est rare qu'un entraîneur soit associé comme ça dans un succès, surtout quand il est stéphanois comme moi... C'est un de mes souvenirs les plus forts de Gerland. »

 

coupe de la ligue 2001 aulas santini

 

Edmilson

« C’est un souvenir très spécial pour moi. Je venais d’arriver au club. Il y avait aussi Claudio (Cacapa) et Sonny (Anderson). C’était le premier titre remporté par le club depuis très longtemps. C’était le premier titre avant les autres, ceux des très belles saisons olympiennes. Je garde en mémoire aussi ce but de Claudio. Il était arrivé à l’OL en prêt. Après cette finale, il a signé à l’OL. Oui, je retiens cette joie de mon ami ».

 

Sonny Anderson

« Je me souviens que le Monégasque Rodriguez ne m'avait pas lâché une seule seconde. J'avais des crampes. Et puis, juste avant la fin de la rencontre, il m'a laissé un peu d'espace. Je me suis dit fonce, va le plus loin possible, entre dans la surface de réparation ! J'ai foncé, levé la tête ; il y avait Pat (Müller) j'ai fait la passe. Il a marqué le but de la victoire. A cet instant tu réalises que tu as gagné. Après, nous sommes allés chercher la Coupe avec « Flo » et les copains ».

 

coupe de la ligue 2001 trophee

 

Christophe Delmotte

« Je rentre à la 188ème minute pour fermer le couloir, gagner les duels aériens et ainsi aider mes coéquipiers comme me l’avait demandé le coach Santini. Je me souviens du retour à Lyon en train. Un train entièrement affrété pour les Lyonnais : joueurs et supporters. Nous faisions boire les supporters dans la coupe. C’était une superbe aventure ! Le lendemain, à l’Hôtel de Ville, nous avions entonné « Boogie-Woogie » d’Eddy Mitchell, repris par tous les supporters présents ce jour-là… Une marée humaine, une osmose entre le public et les joueurs, qui restera gravé dans ma mémoire. »

 

coupe de la ligue 2001 cacapa muller

 

Philippe Violeau

« Une finale de Coupe, c’est toujours particulier, différent d’un titre de champion. C’était le premier trophée de l’OL depuis très longtemps. Il y avait eu un engouement extraordinaire autour de cette finale. Nous avions été superbement soutenus par les supporters et quel accueil au retour à Lyon. Le match avait été très disputé. Il avait fallu s’arracher. Les défenseurs étaient venus en aide des attaquants pour marquer les deux buts. Il y avait une envie d’aller au bout. C’était le début d’une belle aventure. On était en pleine construction avec moins de qualités dans le groupe qu’il y en aura par la suite. Nous étions une bande de copains qui allait dans le même sens. Ce fut une aventure humaine partagée avec tous les membres du club et avec les supporters ».

 

Jean-Marc Chanelet

« Avant la fin du match, je savais que la victoire nous tendait les bras. Je sentais qu’on avait un ascendant psychologique sur Monaco. La joie avait envahi tous les supporters et joueurs. Je me souviens de cette ferveur. Tout le stade était acquis à notre cause. J’ai toujours en mémoire le but rageur de « Pat » Müller. J’ai été ébahi de tout cet engouement. Toute la ville était derrière nous. Les Gones nous félicitaient et nous rendaient très heureux. »