Masculins / Rétro

Rétro 04-05-2002 : l’histoire du 1er titre de Champion de France en chiffres

Publié le 04 mai 2020 à 09:15:00
Rétro 04-05-2002 : l’histoire du 1er titre de Champion de France en chiffres
Le 4 mai 2002 soit 18 ans plus tôt jour pour jour, l’OL recevait le Racing Club de Lens pour une « véritable » finale de 1ère Division et repartait de Gerland avec le graal sous le bras, son premier titre de champion de France. Retour en chiffres sur cette saison 2001-02 et cette soirée hors normes.

0.

Comme le nombre de défaite à domicile. C’est fort de son statut d’équipe la plus performante à la maison (13 victoires et 3 nuls pour aucun revers) que l’OL reçoit Lens pour une véritable « finale » de 1ère Division le 4 mai 2002. Un avantage certain mais problème, les coéquipiers de Grégory Coupet, gardien du coffre-fort, se mesurent ce soir-là à l’équipe la plus à l’aise en déplacement avec un bilan de 8 victoires, 3 nuls et 5 défaites avant le match fatidique… pour les Nordistes.

 

1.

Comme le tout premier titre de champion de France. Les promesses de l’année d’avant avec le sacre en Coupe de la Ligue ne sont pas restées sans lendemain. 52 ans après la création du club et au terme d’une saison 2001-02 invraisemblable, l’OL soulève le premier trophée de Champion de France de son histoire. Un final en apothéose avec ce match couperet face à Lens remporté 3 à 1 qui est les prémices d’une nuit de folie au Stade de Gerland puis dans les rues de Lyon. La légende est en marche… 2002 n’est que le début de l’hégémonie lyonnaise.

 

titre champion vestiaire

 

2.

Comme le nombre de journées où l’OL a été leader. Alors que Lens était confortablement installé sur son trône depuis 28 journées sans discontinu, les hommes de Jacques Santini sont venus le déloger au meilleur des moments, à la 34ème journée, pour reprendre une place qu’ils n’avaient occupée qu’une seule fois, au soir de la 9ème journée. Le hold-up parfait !

 

8.

Comme le nombre de points de retard au soir de la 24ème journée. Le retard sur Lens s'est longtemps accru au fil des journées avant de fondre lors de la dernière ligne droite. Les Lyonnais, avec dans un coin de leur tête la perspective de recevoir Lens lors de l'ultime journée, cravachent pour ne plus compter qu'un petit point de retard au moment d'accueillir les Sang et Or.

 

titre champion joie but

 

10.

Comme le nombre de buts de Sidney Govou et le nombre de passes décisives de Juninho en D1. Le premier, jeune attaquant fraîchement sorti du centre de formation, confirme une première saison très prometteuse en inscrivant 10 buts, le meilleur total de sa carrière en championnat. Pour l’alimenter, « Sid » pouvait compter sur un certain Juninho, tout juste débarqué du Brésil. Ce dernier délivre cette saison-là 10 passes décisives… un petit échantillon de tout ce que le maestro est capable de réaliser et réalisera avec l’OL !

 

titre champion anderson

 

14.

Comme le nombre de buts de Sonny Anderson en D1. Lui aussi Brésilien, « Sonnygoal » était déjà quant à lui bien connu des défenses françaises. Après avoir terminé meilleur buteur de D1 lors de ses deux premières saisons lyonnaises avec 22 et 23 buts, il a continué de faire des misères en finissant meilleur buteur de la meilleure attaque avec 14 buts au compteur.

 

23.

Comme le nombre de joueurs qui ont participé à cette saison mémorable. Le titre de tout un groupe, de tout un club.

L'effectif : Coupet – Bak, Bréchet, Caçapa, Chanelet, Deflandre, Delmotte, Edmilson, Laville, Müller – Carrière, Foé, Hauw, Juninho, Laigle, Linarès, Violeau – Anderson, Bergougnoux, Govou, Luyindula, Marlet, Née. Le staff : Jacques Santini (entraîneur), Dominique Cuperly (adjoint), Robert Duverne (préparateur physique) et Joël Bats (gardiens).

 

titre champion coupet carriere

 

34 844.

Comme l’affluence moyenne du Stade de Gerland. Avec près de 35 000 spectateurs de moyenne, l’antre mythique de Lyon est tout simplement le stade qui a rassemblé le plus de monde en moyenne lors de cette saison 2001-02. Avec évidemment un pique de plus de 42 000 spectateurs lors de la « finale » face à Lens.

 

200 000.

Comme le nombre de billets demandés pour la « finale » face à Lens. Il aurait fallu plus de cinq Stade de Gerland pour tous les accueillir ! Alors que les quelques 42 000 billets se sont arrachés en quelques heures pour le match face à Lens, plus de 200 000 personnes ont tenté de se procurer le précieux sésame. C’est tout le peuple lyonnais qui espérait ce soir-là vivre au plus près l’une des plus belles soirées de l’histoire du club.

 

$name