Féminines / Interview

D1 et UWCL : Jean-Luc Vasseur fait le point

Publié le 05 mai 2020 à 10:00:00
D1 et UWCL : Jean-Luc Vasseur fait le point
Le coach de l’équipe féminine de l’OL, Jean-Luc Vasseur, a fait un point sur l’actualité quelques jours après l’annonce de la fin des championnats, en attendant que le titre soit officialisé.

« Jean-Luc, quelle est la situation autour de la D1 Féminine ?

Il y a des décisions gouvernementales et sanitaires. On s’y plie. Il y avait toujours l’espoir d’aller au bout du championnat. Mais il y a eu les annonces du Premier ministre puis de Noël Le Graet. Il a dit que les championnats étaient terminés. Il y a l’espoir d’une reprise, notamment de l’entraînement, savoir si on était en capacité de le faire. On a beaucoup beaucoup d’informations, souvent contradictoires, et on ne sait pas où on va. C’est embêtant. Mais le phénomène est inexplicable.

 

Est-ce qu’il y a de la frustration ?

Pour les athlètes, oui. Au-delà du foot, c’est compliqué pour tous les sports. C’est un moyen d’expression hyper important. On a besoin d’interactivités. Quand tu es en relation avec des championnes, un staff… tu te nourris de tout ça, tu avances en faisant des choses. On est générateur d’émotions par nos matches. C’est une aventure humaine. Et là, tout est mis sous cloche.

 

Qu’en est-il de ce titre de Championnes de France ?

J’ai commencé quelque chose, j’aurais voulu aller au bout. Il y a des choses plus importantes en ce moment. Le titre ? C’est plus honorifique qu’autre chose. Cela n’a pas encore été statué, on verra à ce moment-là. Pour l’instant, cette saison a un goût amer. C’est la vie. Il faut faire preuve d’humilité, de résilience et rester positif.

 

La Women’s Champions League n’est quant à elle pas encore officiellement arrêtée…

C’est une branche à laquelle on se raccroche. Il y a une possibilité tant que l’UEFA n’a pas acté la fin. J’ai vu des choses dans la presse. Mais les directives doivent être validées. Soit il y a la possibilité de reprendre ces compétitions en août, soit toutes les compétitions sont arrêtées pour pouvoir se projeter vers la saison prochaine… Les filles ne peuvent pas s’arrêter de s’entraîner. Il faut six semaines de préparation en temps normal pour une nouvelle saison. Elles ont besoin de s’exprimer, de se dépenser. Il y aura besoin de vacances aussi pour couper réellement après une période compliquée. Dès lors qu’il y aura un nouveau calendrier, on aura plus de réponses sur la reprise de l’entraînement. On est tous dans l’expectative. »