Masculins / Interview

Lucas Tousart : « Une part d’inquiétude et une part d’envie » (1ère partie)

Publié le 24 avril 2020 à 18:00:00
Lucas Tousart : « Une part d’inquiétude et une part d’envie » (1ère partie)
Prêté jusqu'à la fin de saison à l'OL après son transfert au Hertha Berlin, Lucas Tousart a accordé une longue interview aux médias de l'OL pour parler de son quotidien, de sa situation actuelle mais aussi revenir sur les moments qui l'ont marqués durant son aventure lyonnaise. La 2nde partie est à retrouver lundi sur OL.fr.

« Lucas, est-ce que tu as complètement changé tes habitudes en cette période ?

Non pas forcément. C’est une longue période donc il faut trouver des activités pour se distraire et s’aérer un maximum l’esprit. Ce n’est pas facile au quotidien. J’ai la chance d’avoir un beau cadre de vie. Je ne peux pas me plaindre. En temps normal, on n’a pas le temps d’être posé à la maison, d’être chez soi. Je jardine un peu alors que d’habitude je n’ai pas le temps et l’énergie avec les déplacements. Cela me plaît et occupe mes journées.

 

Comment as-tu accueilli cette coupure sans foot ?

Mentalement, c’est pesant d’être dans l’incertitude. On ne sait pas où on va aller. Physiquement, cela fait un peu de bien car il y a des cadences soutenues durant la saison. J’ai largement eu le temps récupérer. Donc c’est plutôt négatif cette période. Cela puise dans nos nerfs. C’est facteur de stress. Il y a plein d’incertitudes. On ne sait pas si la situation sanitaire va s’améliorer, ce qu’il va se passer après. C’est le flou pour tout le monde. On se pose pas mal de questions. On ne sait pas ce que ça va changer dans l’avenir.

 

Quelles sont tes activités ?

Je ne suis pas trop console de jeu. Il fait beau en ce moment en plus donc je préfère être en extérieur. On cuisine pas mal. Je n’ai pas forcément le temps de le faire normalement. Je prépare des bons petits plats pour se faire plaisir tout en étant le plus sain possible. J’ai essayé différentes sortes de lasagnes. En dessert, on est sur des tiramisu aux fruits rouges. J’essaie de faire des exercices au quotidien pour garder la forme. Il faudra être prêt quand le championnat reprendra.

 

Comment abordes-tu ce déconfinement ?

Il y a une part d’inquiétude et une part d’envie. On veut retrouver le terrain mais on veut savoir comment, dans quelles conditions, si cela sera délicat dans la gestion des entraînements. Il y a trop d’incertitudes même si le staff et le doc préparent les choses pour notre retour. On entend tout et son contraire sur le déconfinement. On est dans le flou. C’est compliqué de vivre cela au jour le jour. Cela concerne tous les Français.

 

Il y a aussi ce match à Turin à jouer en Champions League…

On s’imagine mal y aller dans un futur proche. Il y a beaucoup de choses qui rentrent en compte. On n’est pas décisionnaire. Il y a les risques d’une deuxième vague de contamination et on ne peut pas la quantifier. C’est un sujet délicat. On voit cela avec un œil extérieur. Il y a beaucoup de problèmes et peu de solutions pour le moment. »