Féminines / Interview

Amandine Henry : « De plus en plus dur de gagner des trophées »

Publié le 23 avril 2020 à 12:00:00
Amandine Henry : « De plus en plus dur de gagner des trophées »
Milieu de terrain de l’équipe féminine, Amandine Henry a profité de cette période sans foot pour évoquer son quotidien, cette période particulière ou encore la saison en cours… en attendant d’en savoir plus sur la tournure des événements.

« Amandine, comment se passe le confinement ?

Ça va plutôt bien. J’essaie de m’entretenir et de garder la forme. Je me réveille le matin, je prends mon petit-déjeuner classique et ensuite je fais une petite activité physique. Soit du vélo d’appartement, une petite course autour de la maison ou du renforcement musculaire. On essaie d’alterner un peu… Il y a des choses qu’on a l’habitude de repousser au quotidien par manque de temps comme le rangement de la maison. On essaie de réorganiser les placards, tester des nouvelles recettes ou jouer à la console, des choses que je n’ai pas l’habitude de faire en temps normal.

 

Ressens-tu un manque lié au football ?

Pour l’instant, je ne m’ennuie pas trop. Je ne suis pas à plaindre, on n’a pas le droit de le faire. Je pense au personnel médical et aux gens qui sont seuls dans les hôpitaux. J’essaie de rester positif… Les premiers jours sans foot font du bien. Mais là ça commence à être long. Surtout qu’on ne sait pas où on va, quand on va reprendre, comment. Il y a beaucoup de questions en suspens.

 

 

Justement, comment accueillerais-tu une fin de saison en D1 féminine ?

Une injustice ? Oui et non. La priorité est la santé, le foot est secondaire. Mais on a fait plus de la moitié du championnat et les rendez-vous importants arrivaient avec les trophées. On travaille au quotidien pour jouer des gros matches. Si les garçons reprennent et pas nous, oui il y aura une forme d’injustice.

  

Qu’est-ce qui t’as le plus marqué cette saison ?

 

C’est de plus en plus dur de gagner des trophées. On se fait accrocher par plus d’équipes. Beaucoup d’équipes se renforcent, sont plus dures défensivement. C’est plus compliqué de marquer le premier but. J’ai été surprise par cela. On est encore premières mais l’écart se resserre. Si on reprend, il y aura directement des gros matches. Je ne sais pas s’il y aura la qualité souhaitée. On risque d’être frustrées.

 

Avez-vous gardé le contact entre coéquipières ?

Oui, on a créé un groupe sur les réseaux sociaux. On essaie de se tenir au courant, on se lance des petits challenges sur le plan sportif. On garde le lien, c’est important.

 

 

Aurais-tu un message pour ceux qui sont en première ligne durant cette crise ?

Je les soutiens. C’est peut-être un travail de l’ombre, à l’image des caissières, mais c’est super important. C’est ce qu’il nous fait vivre en ce moment. Pour le personnel médical, je n’ai pas de mot à part merci. Courage, on est tous avec eux. Nous, on doit rester chez nous. C’est la moindre des choses.

 

… et pour les supporters lyonnais ?

J’espère vous revoir bientôt. On vous remercie pour ce que vous faîtes au quotidien. On pense à vous et on a hâte que le spectacle recommence. »