Club / Interview

Cécile Locatelli : « L’Olympique Lyonnais a fait bouger les lignes »

Publié le 30 mars 2020 à 13:51:17
Cécile Locatelli : « L’Olympique Lyonnais a fait bouger les lignes »
Il y a 50 ans, la Fédération française de football reconnaissait le football féminin. En 5O ans, la discipline a vu son nombre de licenciées se multiplier par 100 : plus de 200 000 maintenant. Cécile Locatelli (directrice du pôle espoir de Lyon et entraîneure de l’Equipe de France féminine des moins de 17 ans), explique dans cet entretien ce que représente cet anniversaire.

Cette reconnaissance du football féminin en 1970 par la FFF a permis de structurer tout ce qui se faisait avant. Il y a des choses qui se passaient avant 1970 qui étaient non officielles. Cette reconnaissance a permis : d’aboutir sur la structuration d’un championnat de France avec des équipes officiellement reconnues par la FFF.

 

Une énorme avancée :

Oui puisque ça a permis d’intégrer des structures garçons, d’accéder à des clubs, d’avoir aussi une structure d’accueil qui permettait aux filles d’avoir des entrainements réguliers, des entraineurs fixes, des dirigeants, qui permettaient aux filles de jouer tous les week-ends dans un cadre bien plus précis qu’avant.

 

Peut-on dire qu’à partir de 2004, l’OL contribue à faire monter en puissance ce football féminin ?

Même avant 2004, pour l’avoir vécu, avant l’Olympique Lyonnais, il y a eu le FC Lyon qui était pour moi l’antichambre de l’Olympique Lyonnais. C’était aussi un club assez précurseur qui a remporté quatre titres de championnes de France, de challenge de France pour après basculer Olympique Lyonnais donc au niveau lyonnais il y avait déjà une bonne base. Après avec l’intégration en 2004 à l’OL a renforcé ses structures. Et Jean Michel Aulas a eu l’intelligence de reprendre un club qui fonctionnait bien et de l’amener de main de maître là où il est maintenant. Je pense que l’Olympique Lyonnais a fait bouger les lignes mais il ne faut pas oublier Louis Nicollin avec Montpellier qui avait été l’un des premiers si ce n’est le premier à vouloir amener des joueuses au niveau professionnelles. Autre point à noter, Jean-Michel Aulas a traité de la même manière : le foot de filles et celui des garçons. Il a poussé ensuite d’autres clubs comme le PSG, Bordeaux à prendre son exemple.

 

Pour terminer ces 50 ans en une phrase :

Une phrase s’est compliquée, mais moi je suis heureuse de pouvoir dire à mes enfants et que maintenant mes enfants me disent qu’il n’y a pas de différence entre l’accès au football des garçons et au football des filles. Avant quand une fille demandait à sa maman ou à son papa si elle pouvait faire du foot c’était compliqué. Maintenant cela devient de plus en plus facile. Une petite fille peut faire du foot de partout et comme elle veut, et surtout sans avoir de remarques particulières de qui que ce soit. Bravo.