Club / Rétro

Un jour un match (23/03/2008) : OL 4 – 2 PSG, direction le titre

Publié le 23 mars 2020 à 09:00:00
Un jour un match (23/03/2008) : OL 4 – 2 PSG, direction le titre
Le 23 mars 2008, l’Olympique Lyonnais reçoit le Paris Saint-Germain au stade de Gerland lors de la 30ème journée de championnat. Un match riche en buts et remporté finalement 4-2 par les Lyonnais.

Il y a douze ans jour pour jour, l’OL accueille le club de la Capitale dans son mythique quartier de Gerland. Dès l’entame, on observe deux formations venues en découdre. D’un côté, il y a les Rhodaniens qui sont actuellement leader du classement avec six points d’avance sur Bordeaux qui est second, et qui a perdu la veille, et qui veulent donc éloigner encore un petit peu plus leur dauphin. De l’autre côté, les Franciliens sont relégables à deux points du 17ème et sont dans l’obligation de faire un résultat puisque Sochaux, l’un de leurs concurrents directs, s’est imposé à Marseille le jour d’avant.

 

$name

La partie débute en trombe avec des occasions de part et d’autre. Malgré leur classement les Parisiens montrent de belles choses comme l’affirme Fabio Grosso : « Ce n’était pas facile car Paris démontrait beaucoup d’envie du fait qu’il soit relégable ». C’est d’ailleurs après un tir contré du défenseur italien que l’insaisissable Fred met la tête et donne l’avantage aux siens (1-0, 9’). Le ballon va et vient ensuite, d’un camp à l’autre. Chantôme à l’occasion d’égaliser mais ne fait pas preuve d’assez de sang-froid, tandis que Benzema peut doubler la mise à deux reprises mais n’enroule pas assez son ballon. C’est finalement encore une fois Fred qui trouve la faille pour l’OL. Sur un splendide service de Bodmer, le Brésilien inscrit là son deuxième but de la rencontre (2-0, 36’). « La position de Fred nous a fait beaucoup de bien. Il gardait le ballon et nous soulageait, nous permettait de remonter, d’aller vers l’avant » dira Juninho. Sereins pourtant, les joueurs d’Alain Perrin finissent la mi-temps sur une mauvaise note en encaissant un but sur corner de Camara (2-1, 45+2’). « La fin de première période et le début de la première nous a fait du mal. Ce sont des joueurs qui ne veulent pas mourir. Cela s’avérait donc compliqué. Même relégable Paris reste Paris » constate Christophe Galtier, l’adjoint lyonnais. 

 

$name

Au retour des vestiaires, l’arbitre siffle un penalty assez généreux pour le club d’Île-de-France. Il est transformé par Jérôme Rothen qui égalise (2-2, 52’). « Ce fut difficile après l’égalisation de Paris mais Lyon a su faire la différence en fin de partie » décrit Sony Anderson en fin de rencontre. En effet, il en fallait plus pour éteindre l’espoir lyonnais. Cris réussit à sauver deux belles opportunités parisiennes et permet à son équipe de ne pas prendre l’eau. « On est bien resté en place, même après leur égalisation. Ce fut une super semaine pour moi. Ma fille Manuela est née cette semaine, sa maman se porte bien » explique celui que l’on surnomme alors le Policier. Et c’est finalement encore une fois Bodmer qui est à la baguette et trouve Sydney Govou qui concrétise face à Landreau (3-2, 64’). Juninho est ensuite également décisif après une superbe action collective (4-2, 71’). Le score ne bougera plus et permettra aux Lyonnais d’empocher les trois points. Alain Perrin dira en zone mixte « Ce match était prévisible face à une équipe de Paris qui ne veux pas mourir. Ils ne lâcheront pas sans combattre. Même à 2-0, ils ont démontré de bonnes dispositions. Ils ont été récompensés en revenant au score, mais ils ont peut-être payé en fin de match ce surcroît d’énergie ».

 

$name

Avec cette victoire, l’Olympique Lyonnais prend une sérieuse option sur le championnat en distançant les Bordelais avec neuf points d’avance désormais. Le président du club rhônalpin, Jean-Michel Aulas s’adresse aux médias en fin de rencontre : « C’est un pas important vers le septième titre. C’est vraiment l’objectif qu’il faut se mettre en priorité dans la tête. Il est de plus en plus difficile de rester en haut. Si on arrive à l’obtenir, cela sera déjà exceptionnel mais les suivants seront encore plus durs. On trouvera cela peut être étonnant mais je suis vraiment derrière Paris dont on a besoin dans le championnat français. C’est le club de la capitale et il faut le reconnaitre, le match de ce soir fut un grand match. »

Sur le même thème
  • Masculins / Club Affaires
  • Masculins / OL 4 - PSG 2
  • Masculins / OL 4 - PSG 2
  • Masculins / OL 4 - PSG 2
  • Masculins / OL 4 - PSG 2