Masculins / OL - ASSE

OL – ASSE : retour sur cinq succès marquants dans le derby

Publié le 29 février 2020 à 16:28:27
OL – ASSE : retour sur cinq succès marquants dans le derby
À la veille du 120ème derby de l’histoire entre les deux clubs, qui sera le 60ème à Lyon, ol.fr se penche sur cinq victoires emblématiques de l’OL sur ses terres.

Le plus historique

Le 28 octobre 1951 est une date importante aussi bien dans l’histoire de l’OL que dans celle de l’ASSE puisqu’elle marque le jour du tout premier affrontement entre les deux rivaux. Promu en Division 1 une saison seulement après avoir vu le jour, l’OL est l’hôte de ce duel face cette équipe qui deviendra, au fil du temps, son pire ennemi. Dans un Gerland enthousiaste à l’idée de vivre cette affiche, et garni pour l’occasion de quelques 17 262 spectateurs, Lyon prend les devants. Fritz Woehl devient le tout premier buteur de l’histoire du derby en ouvrant la marque (20’, 1-0), puis en doublant la mise (34’, 2-0), pour offrir l’avantage aux siens à la pause malgré la réduction du score stéphanoise (44’, 2-1). Lors du second acte, le spectacle continu. Georges Dupraz redonne deux buts d’avance à l’OL (63’, 3-1), René Alpsteg amoindrit encore l’écart (66’, 3-2) mais l’OL a finalement le dernier mot. Héros de la soirée, Fritz Woehl se fait une place de choix dans le récit de ces OL-ASSE en inscrivant finalement un triplé (sp 83’, 4-2) et clôt en beauté cette première rêvée.

 

Le plus éclatant

Nous sommes le 25 mars 1962 et l’on joue la 30ème journée du championnat de France quand un Petit Prince décide de faire son entrée de plain-pied dans l’histoire des derbies. Dans son royaume de Gerland, Fleury Di Nallo se mue en chef de file de l’armada lyonnaise face à l’ennemi. L’attaquant de poche lyonnais plante la première banderille (26’, 1-0) et l’OL se retranche aux vestiaires avec un court avantage. Nestor Combin, son partenaire du front de l’attaque, perce une nouvelle fois la ligne adverse (53’, 2-0), avant que Di Nallo ne porte l’estocade (82’, 3-0) et qu’Ángel Rambert n’assène le coup de grâce (90+3’, 4-0). La bataille est remportée haut la main et l’OL obtient une victoire record à domicile contre l’ASSE sur un score qu’il n’égalera qu’une seule autre fois (en 2006).

$name

Le plus attendu

Voilà quatre ans que l’OL n’a plus remporté le derby lorsque se profile la réception de l’AS Saint-Etienne à Gerland en ce soir d’août 1982. Après avoir perdu quatre des six derniers affrontements face à leur rival honni et avoir concédé deux nuls pour compléter la série, les Lyonnais parviennent à stopper cette spirale négative. La plus période de disette de l’histoire du club dans les derbies prend fin grâce à un penalty transformé par Jean-François Domergue (sp 50’, 2-1), qui offre la victoire à l’OL alors que les deux équipes se tenaient dos à dos suite aux buts de Simo Nikolic (7’, 1-0) et de Johnny Rep (29’, 1-1). Malheureusement, cette rencontre n’est qu’un instant de bonheur éphémère dans une saison cauchemardesque, qui se terminera par la relégation du club en deuxième division, où l’accompagne son voisin.

 

Le plus festif

C’est auréolé d’un cinquième titre de champion de France que l’OL aborde ce derby face à l’ASSE à trois journées du terme du championnat. Sacré une semaine auparavant après être allés s’imposer sur la pelouse du Paris Saint-Germain, les Gones sont accueillis en héros par le public de Gerland et le spectacle qui leur est proposé est grandiose. Cheveux colorés de rouge et de bleu, les Lyonnais entrent sur la pelouse de Gerland l’esprit libéré et avec l’envie de fêter leur titre avec leurs supporters. Très vite, ces derniers prennent le meilleur sur leur adversaire grâce à un but contre-son-camp inscrit par Hellebuyck (csc 8’, 1-0). Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, le stade jubile sur ce second but inscrit juste avant la mi-temps par Fred (40’, 2-0) et sur les deux autres réalisations de la soirée signées Juninho (sp 56’, 3-0) et Benoît Pedretti (81’, 4-0). Le record de buts inscrit à l’ASSE est égalé, Lyon vient de célébrer son couronnement comme il se doit.

$name

Le plus déchirant

Pour la dernière fois de sa riche histoire, Gerland accueille le derby entre l’OL et l’ASSE. Dans quelques mois, l’enceinte mythique de l’OL, qui a déjà été l’hôte du premier duel entre les deux clubs, laissera effectivement place à ce bijou dernier cri appelé alors Parc OL et qui deviendra, par la suite, le Groupama Stadium. C’est un vrai déchirement pour les fans de l’OL, qui sont profondément attachés à leur stade, mais les adieux de cette affiche avec ce stade mythique vont être à la hauteur de l’évènement. Si le premier OL-ASSE à Gerland s’était bouclé sur un triplé de Fritz Woehl, l’ultime s’achève pour sa part sur le coup du chapeau d’Alexandre Lacazette (41’, 1-0, puis 59’, 2-0 et 90+3’, 3-0). Auteur d’une performance exceptionnelle, le Gone pure souche permet au stade de refermer son chapitre consacré au derby de la plus belle des manières.

Sur le même thème