Masculins / Interview

Florent Da Silva : « C’est notre Champions League à nous »

Publié le 09 mars 2020 à 11:30:00
Florent Da Silva : « C’est notre Champions League à nous »
Avant d'affronter l’Atalanta en 1/8 de finale de Youth League (mardi, 15h), Florent Da Silva s’est prêté au jeu de l’interview pour les médias de l’OL. Le milieu de terrain de la génération 2003 a évoqué ce match de prestige mais aussi sa saison, ses premiers pas avec le groupe pro et son pote Rayan Cherki.

Florent, qu’est-ce que cela te fait d’être un joueur de l’OL depuis ton plus jeune âge ?

C’est une fierté de jouer à l’OL depuis 10 ans surtout que je suis né à côté, à Vaulx-en-Velin. Le rêve de tout joueur, c’est de jouer à l’OL. Maintenant, j’ai hâte d’atteindre l’équipe première. C’est un rêve de gosse. Quels sont les joueurs qui t’ont inspiré et donné envie d’en faire ton futur métier ? Depuis tout petit, mon modèle est Andres Iniesta. J’ai regardé beaucoup de vidéos, il est pour moi le meilleur.

 

Quel est ton ressenti d’avoir pu disputer tes premiers matches en National 2 ?

Ça fait deux années que je m’entraine avec la réserve. Je suis fier de pouvoir jouer ces dernières semaines en National 2. À moi de continuer pour devenir titulaire. La saison dernière était une très belle saison, j’ai su être décisif pour mon équipe et la porter vers le haut. Mes 14 buts et 12 passes décisives viennent récompenser une belle saison de ma part. Avec Bradley Barcola, on se disait à combien de buts on était et on essayait de se tenir le plus possible (rires).

$name

Qu’est-ce que ça te fait de t’être entrainé avec les pros cette saison ?

Quand je me suis entrainé avec les pros ça s’est toujours bien passé. J’espère pouvoir monter avec eux le plus possible. Tout va plus vite et c’est plus fort. Ils sont plus professionnels, c’est très droit. Houssem Aouar est très proche des jeunes. Il y a aussi Martin Terrier qui m’a pris sous son aile, on s’entend très bien. Moi je prends tout ce qu’il y a prendre, j’écoute bien évidemment leurs conseils.

 

Que faudra-t-il faire pour se qualifier en Italie face à l’Atalanta ?

Il faudra d’abord bien défendre car on a vu à Saragosse qu’en étant mené ce n’était pas évident. Les équipes italiennes sont vicieuses donc il va falloir rester calmes tous ensemble. Il faudra être efficaces sur les occasions qu’on aura et faire mal comme on l’a fait en Espagne. Ce sera un beau défi d’aller essayer de se qualifier là-bas. C’est notre Champions League à nous.

$name

Rayan Cherki et toi êtes de la même génération. Que penses-tu de sa progression et est-il une source d’inspiration pour toi ?

Je côtoie Rayan depuis tout petit car on est de la même génération. On est arrivé en même temps au club en plus. C’est un très bon joueur, je suis très content pour lui. Je ne prévois pas l’avenir mais je pense qu’il aura une très belle carrière. Dès le début, c’était incroyable. Il était très technique et c’est ce qui fait la différence aujourd’hui. Dès que je l’ai vu en pro, ça m’a donné envie de le rejoindre. Ça me donne encore plus d’espoir encore plus pour un jour venir en équipe première.