Masculins / OLTV

Paolo Rongoni dans OL ACCESS : « je ne m'attendais pas à ça »

Publié le 07 février 2020 à 19:00:00
Paolo Rongoni dans OL ACCESS : « je ne m'attendais pas à ça »
Paolo Rongoni était l'invité d'OL ACCESS, ce vendredi, à 18h15. Le préparateur physique de l'OL, débarqué en cours de saison pour compléter le staff de Rudi Garcia, est revenu sur son arrivée au club, a abordé sa relation avec l'entraîneur lyonnais et a évoqué sa passion pour son métier et pour le football en général.

Son premier souvenir de l’OL

« Pour la petite anecdote, mon premier match en L1 était un Le Mans – Lyon (1-2), avec une victoire de l’OL sur un penalty très litigieux (rires). C’était un moment marquant. Mon premier match en France, en plus face à Lyon, la meilleure équipe de France, dont je suivais les succès quand j’étais à Genève. L’OL était la référence en France, l’équipe qui gagnait tout. »

 

Son arrivée au club

« Mon acclimatation s’est bien passée au début mais après, malheureusement, il y a eu l’histoire des blessures de Memphis (Depay) et Jeff (Reine-Adélaïde). C’est un gros point noir. Je n’ai jamais eu à gérer ça par le passé. En vingt-deux ans de carrière, deux croisés en même temps je n’avais jamais vu. »

 

Heureux d’être à l’OL

« Je suis content d’être ici. J’ai découvert un club très bien structuré, avec des infrastructures fantastiques. Je ne m’attendais pas à ça, ça m’a vraiment surpris. En arrivant, je me suis dis “ whaou, je comprends pourquoi les gens veulent venir ici ”. Le travail du président est énorme. Il nous rappelle constamment où l’on doit aller. Parfois, il faut savoir mettre son égo de côté pour tous atteindre nos objectifs. »

$name

La fausse image qui lui colle à la peau

« On m’a donné l’image du mec dur, pas d’un gars souriant. Pourtant, c’est ce que je suis. Je suis aussi quelqu’un de droit, de travailleur et de loyal. J’ai la tête dure, je ne lâche pas facilement mon morceau et je n’aime pas perdre. Je suis capable d’admettre quand l’adversaire est meilleur que nous mais quand ce n’est pas le cas et qu’on perd, ça me met hors de moi. »

 

Son histoire avec Rudi Garcia

« Rudi a fait une seule saison au Mans et ça reste peut-être la meilleure de l’histoire du club en L1. Il est ensuite parti à Lille alors que j’avais prolongé au Mans, je me devais donc de rester car j’avais donné ma parole aux dirigeants. On s’est retrouvé par hasard à Rome, quand j’étais à la Lazio et lui à l’AS Roma. Son préparateur physique est parti, j’avais pour ma part l’opportunité de retourner en Suisse. Mais voilà, j’étais bien installé à Rome avec ma famille et plutôt que de retourner en Suisse j’ai préféré rester en Italie mais dans l’autre club de Rome (rires). »

 

Leur relation

« On a des points communs au niveau du caractère. On a tous les deux cette envie de gagner, on est des acharnés de travail, toujours là à chercher la petite bête. Avec l’expérience que l’on a, chacun avec son point de vue, on fonctionne bien. »

$name

Les blessures

« Le club a mis une cellule en place pour étudier ça. Tout le monde est responsable. Il doit y avoir des soucis de fatigue, de stress, d’émotions à gérer... Il y a aussi une question de génétique, de mauvais mouvements effectués. Il y a plusieurs facteurs qui expliquent ces blessures […] Malheureusement, ce sont des choses qui arrivent. Ce n’est pas facile à vivre. […] Depuis la trêve, les choses vont mieux. Aujourd’hui, on joue tous les trois jours et les interventions sont vraiment réduites au minimum. L’enjeu, c’est surtout de bien gérer les périodes de récupération. »

 

Les efforts au haut niveau

« Certains joueurs peuvent se permettre de taper fort, de répéter les efforts de très haut niveau. C’est important que le groupe prenne conscience qu’il est capable de faire ça. On a fait des analyses et on a vu que certains de nos joueurs avaient des qualités naturelles extraordinaires. Il faut être régulier dans l’intensité de travail pour pouvoir répéter les efforts que demande le haut niveau. Et on peut le faire car on a vraiment un groupe avec de bonnes dispositions. »

 

Un mot sur la Juventus

« Ça reste le meilleur club d’Italie. C’est plus serré cette année en Serie A parce que l’Inter et la Lazio font une très bonne saison. L’Inter grâce au mercato réalisé l’été dernier et cet hiver, la Lazio grâce son travail dans la continuité. La Juve a changé de peau, en devenant une équipe au profil plus défensif sous Conte et Allegri à une équipe au style de jeu plus flamboyant sous Sarri. Sa philosophie doit encore prendre mais la sauce ne prend parfois pas tout de suite. »


Revivez l'émission OL ACCESS avec Paolo Rongoni en invité en intégralité sur OLPLAY ici

ol play visuel

 


 

banner_billetterie_article