OLTV / OLTV

Bernard Lacombe : « Tous ces moments vécus ont été merveilleux »

Publié le 12 décembre 2019 à 20:58:58
Bernard Lacombe : « Tous ces moments vécus ont été merveilleux »
Invité d'OL ACCESS sur OLTV, Bernard Lacombe s'est exprimé à quelques jours de l'hommage qui lui sera rendu dimanche pour l'ensemble de sa carrière à l'OL.

SON AMOUR POUR L’OL

« Tout gosse, j’ai rêvé de vivre du football. J’ai eu la chance de vivre de ma passion. Qu’est-ce qu’il y a de plus beau ? Et ça a duré quarante ans ! J’ai été professionnel au plus haut niveau et j’ai ensuite continué dans le foot dans d’autres rôles. J’ai toujours été passionné. »

 

LES IMAGES DE SES EXPLOITS

« Il y a plein d’émotions, ce sont des souvenirs fabuleux. La victoire en Coupe de France 73, la remontée en D1, le premier titre de champion… Tous ces moments vécus ont été merveilleux. Je me souviendrai toujours de ce premier titre de champion de France contre Lens, avec Jacques Santini. Ça a été un grand moment dans l’histoire de l’OL. À l’époque où je jouais à Lyon, on n’avait pas vraiment la possibilité d’être champions. C’était plus rapide de gagner la Coupe de France. Je n’ai pas connu cela ici. »

 

L’ENIGME SUR SON PIED FORT

« Je ne sais pas exactement quel pied est mon favori. Je sais que j’étais plus précis du gauche sur les reprises qu’avec le droit. Au début, quand je jouais à Fontaines, je me remettais sur le droit en me déplaçant pour reprendre la balle. Mais j’ai commencé à travailler le gauche. De volée, je pouvais placer le ballon où je le souhaitais. Je finissais mes séances par des exercices de frappes. »

 

SON ATTACHEMENT AUX JOUEURS

« Quand un joueur partait, je me demandais comment on allait faire pour en retrouver un dans le même registre. Je me disais que ça n’était pas normal de les laisser partir. »

 

L’IMPORTANCE DE SA FAMILLE

« Chez moi, nous étions cinq. J’avais mes quatre sœurs et moi. Jocelyne, Monique, Michèle, qui est malheureusement décédée, puis ma petite soeur Régine. On vivait en famille, on était proches les uns des autres. Et quand j’ai commencé en pro, mes sœurs venaient me voir jouer. Quand je ratais des choses, des mecs commençaient à parler en tribunes et mes sœurs les recadraient (rires). Elles seront présentes dimanche. »

 

LE RÔLE DU BUTEUR

« Quand je restais trois matches sans marquer, je disais à Aimé Jacquet. “Ohlala, il va m’emmerder toute la semaine parce qu’il n’a pas marqué.” J’étais en manque. J’avais besoin de marquer. Qu’est-ce qu’il y a de plus beau ? »

 

SON POSTE DE CONSULTANT À OLTV

« On a participé à beaucoup de choses avec Richard (Benedetti). Je ciblais souvent nos joueurs, il me disait de me calmer. Mais quand j’ai envie de dire quelque chose à quelqu’un, je le dis. Le respect, c’est une chose primordiale et je suis quelqu’un de vrai. »

 

JUNINHO DIRECTEUR SPORTIF

« Juni, quand il a pris ce poste de Directeur Sportif, m’a dit qu’il aurait besoin de moi car j’étais passé par là avant lui. On en discute ensemble de temps en temps. Mais avec son talent, vu le joueur qu’il a été, il apprendra vite. »

 

UN MOT POUR LE PRESIDENT

« Je voudrais remercier le président. Lorsque je suis venu ici, j’étais sur le point de terminer ma carrière à Bordeaux et de passer mes diplômes pour rester là-bas comme dirigeant. Mais le président Aulas a appelé Raymond Domenech, qu’il voulait comme entraîneur, et ce dernier a dit qu’il voulait travailler avec moi. Et le président m’a contacté pour venir à l’OL. Quand on voit l’évolution du club, à l’image de celle de Cegid, son entreprise, c’est énorme. »

 

LA QUALIFICATION EN 1/8 DE FINALE DE L’UCL

« On a tous tremblé mais c’était fabuleux car ça n’arrive pas souvent de voir l’équipe remonter deux buts de retard. Je ne sais pas si c’est déjà arrivé à l’OL en coupes d’Europe. Le tirage le plus abordable ? Je dis Valence mais c’est surtout le moins pire. Les autres équipes, c’est du lourd. Je vois bien le Bayern tomber. Je me souviens quand on les avait reçus au début des années 2000. On l’avait emporté 3-0, avec un doublé de Sidney Govou. Le Bayern, c’est aussi des joueurs mythiques, les Franz Beckenbauer, Karl-Heinz Rummenigge, Dieter Müller, Uli Hoeness... Chaque année, ce club est au top, souvent champion, bien placé en Champions League. C’est un modèle, un club très bien structuré. »

 

LE MATCH À VENIR CONTRE RENNES

« J’ai un grand souvenir de Rennes. Quand on a été champion pour la première fois avec Bordeaux, on avait disputé la dernière journée contre Rennes. C’était un grand moment de partage avec le public ensuite. Concernant ma célébration, je ne sais pas à quoi m’attendre mais je sais qu’il y aura de belles surprises. Je reverrai des gens avec qui j’ai eu la chance de jouer. Je suis peut-être même parvenu à faire venir Serge Chiesa ! Il m’a dit : “Bernard, s’il n’y a pas un mètre de neige je te promets que je serai là.” »


Retrouvez le passage de Bernard Lacombe dans OL ACCESS grâce à OLPLAY en cliquant ici