Masculins / Ligue des Champions

Benfica - OL : la plus value pour savoir-faire

Publié le 22 octobre 2019 à 16:00:00
Benfica - OL : la plus value pour savoir-faire
Historiquement, les clubs portugais sont connus pour être très durs en affaire et pour très bien monnayer leurs joueurs. Ce mode de fonctionnement se propage depuis quelques années en France, notamment à Monaco ou à Lille, mais l’OL a aussi, dans une moindre mesure, pris le pas ces dernières années. Un point qui rapproche les Gones de leur adversaire de mercredi.

Ces dernières années, le Benfica Lisbonne a fait exploser nombre de joueurs de renommée mondiale. Angel Di Maria, Axel Witsel, Nemanja Matic, David Luiz et tant d’autres… Le stade de Luz a vu passer qualité et quantité en son sein. Pourtant, les Lusitaniens ne parviennent pas à conserver leurs éléments forts et se sont fait une spécialité de les vendre au prix fort. Très fort.

Depuis la saison 2009-10, si l’on compte uniquement les plus values ayant rapportées au moins 10 millions d’euros, Benfica est parvenu à engranger plus de 680 millions d’euros. L’exemple le plus frais dans toutes les têtes reste le transfert de Joao Félix l’été dernier, parti à l’Atletico pour 126 millions d’euros, mais nombre de transferts ont été très juteux. Renato Sanches (+30M), Ederson (+39,5M), Nelson Semedo (+35M), Victor Lindelöf (+35M)… Les exemples sont légion, puisque depuis 10 ans, 26 joueurs ont dépassé les 10 millions de plus value.

 

Du côté de l’OL, la balance n’est évidemment pas aussi impressionnante puisque la première plus value dépassant les 10 millions ces dix dernières années est advenue lors de l’été 2016 avec la vente de Clinton Njie à Tottenham (+14,1M). Depuis, la tendance s’est légèrement accélérée. Alexandre Lacazette (+53M), Tanguy Ndombélé (+52M), Ferland Mendy (+43M) ou encore Corentin Tolisso (+41,5M) ont permis aux caisses lyonnaises de faire le plein. Au total, ils sont onze à avoir rapporté plus de 306 millions d’euros aux Rhodaniens.

Considéré comme du trading, ce mode de fonctionnement prouve que l’OL autant que Benfica sont des clubs formateurs et post-formateurs de très grand talent. Les deux entités fournissent régulièrement les plus grands clubs européens en façonnant les pépites qui leurs passent entre les mains avant de leur donner leur envol. Néanmoins, le revers de la médaille ne permet pas de profiter de ces diamants polis. Un mal, certes, mais peut-être un mal nécessaire pour inverser la tendance dans quelques années.

 

ol play visuel


 

banner_billetterie_article

 

 


Sur le même thème
  • SL Benfica - OL : une fin cruelle qui rebat toutes les cartes (2-1)
    Masculins / UEFA Champions League
  • Benfica - OL : la réaction d'après-match
    Masculins / Benfica - OL
  • Match center Benfica - OL : les lyonnais cèdent dans les dernières minutes (2-1)
    Masculins / Benfica - OL
  • Nuno Gomes : « Je suis fan de Rudi Garcia »
    Masculins / Benfica - OL
  • Benfica - OL : la Coupe d'Europe comme échappatoire (21h)
    Masculins / Benfica - OL