Masculins / Leipzig - OL

Leipzig - OL : une formation à deux étages

Publié le 01 octobre 2019 à 11:00:00
Leipzig - OL : une formation à deux étages
Historiquement, l’Academy de l’Olympique Lyonnais est reconnue comme l’une des plus performantes au monde. Karim Benzema, Samuel Umtiti ou encore Anthony Lopes, nombreux sont les joueurs de haut niveau à être sortis du cocon lyonnais. De son côté, le RB Leipzig peut compter sur le RB Salzbourg pour lui fournir ses plus beaux fleurons.

Lorsque les classements des meilleurs centres de formation au monde sortent, les observateurs sont habitués à retrouver l’OL dans les hautes sphères. Ayant fait de la formation l’une de ses armes les plus identifiables, le club de Jean-Michel Aulas a toujours pu compter sur des Gones pour composer son effectif et marquer son histoire. Il y a quelques années, il n’était d’ailleurs par rare de retrouver huit, voire neuf, joueurs formés par le club dans le onze type. Ce mode de fonctionnement a souvent valu les louanges des observateurs, impressionnés par la régularité et la qualité de la formation à la lyonnaise.

 

$name

 

Leipzig : la belle ascension

A Leipzig, ou plutôt, chez Red Bull, cela se passe autrement. En 2005, l’entreprise autrichienne met la main sur l’Austria Salzbourg qui devient par la suite le Red Bull Salzbourg. Quatre ans plus tard, en voulant s’installer dans un championnat majeur, Red Bull créé le RB Leipzig. Le club grimpe les échelons à toute allure : D4 en 2011, D3 en 2014, D2 en 2015 et l’accès à l’élite en 2016. Depuis, cette jeune entité a fait preuve d’une régularité sensationnelle puisqu’elle a terminé 2ème, 6ème puis 3ème lors de ses trois premières saisons en Bundesliga. Ce succès, Leipzig le doit aussi à Salzbourg, devenu son fournisseur attitré de talents.

 

Un système de tremplin

La méthode est simple : Salzbourg recrute de jeunes talents du monde entier qu’il conserve quelques années avant de les envoyer en Allemagne une fois leur post-formation terminée. Dans un environnement sans pression où la Coupe d’Europe (Ligue des Champions ou Europa League) est disputée quasiment chaque année, la progression peut se faire de la meilleure manière possible. Dans l’effectif actuel de Leipzig, huit joueurs viennent d’Autriche dont certains des meilleurs joueurs de l’équipe (Upamecano, Sabitzer, Laimer, Kampl…). En comptant également New York dans son catalogue, Red Bull a un œil sur le continent Américain pour profiter de ses talents, à l’image de Tyler Adams (20 ans) arrivé cet été en provenance du pays de l’Oncle Sam.

 

Les clubs satellites

Considérée comme déloyale par certains, cette méthode se popularise malgré tout dans le monde du football. Plusieurs formations ont un club satellite où elles peuvent envoyer leurs jeunes en prêt pour s’aguerrir, à l’image de Manchester City et de Girona (Espagne) ou Monaco et du Cercle Bruges (Belgique). Ayant également un œil sur la France (Mukiele, Konaté, Nkunku), Leipzig renforce chaque année son image de club tremplin qui peut également performer en championnat. Un cocktail pour l’instant gagnant pour un club qui veut, à terme, pouvoir proposer également une concurrence cohérente sur la scène européenne.

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte