Féminines / D1 Féminine

OL - PSG : Le groupe et le point presse à la veille du choc au sommet

Publié le 12 avril 2019 à 16:02:18
OL - PSG : Le groupe et le point presse à la veille du choc au sommet
Reynald Pedros, le coach des féminines de l'OL, et Amandine Henry, sa milieu de terrain, se sont présentés en conférence de presse à la veille du choc de la 20ème journée de D1 Féminine, qui les verra affronter le PSG au Groupama Stadium sous une affluence record.

A la veille de la réception du PSG, les Lyonnaises ont effectué leur entraînement au Groupama Stadium. Reynald Pedros a convoqué 17 joueuses pour l'affiche de la 20ème journée de D1 Féminine. Seule Izzy Christiansen, opérée de la malléole il y a quelques semaines, et Caroline Simon, revenue blessée de sélection, manquent à l'appel.

. LE GROUPE DE L'OL.

Gardiennes : Bouhaddi, Weiss
Défenseures : Bacha, Bronze, Buchanan, Mbock, Renard
Milieux : Fishlock, Henry, Kumagai, Majri, Marozsan
Attaquantes : Cascarino, Hegerberg, Jaimes Le Sommer, van de Sanden

REYNALD PEDROS

Une « finale » avant l'heure

« Il reste sept finales à jouer. Même si on gagne demain (samedi), il faudra aussi battre Metz, Dijon et les autres pour être champions. C'est la première étape d'une fin de saison hyper intéressante. On démarre par le PSG et on va enchaîner. Quoiqu'il arrive, on ne sera, de toute façon, pas champion demain. C'est un adversaire très difficile, qui aurait certainement dû aller en 1/2 de la Women's Champions League. Gagner ce match amènerait une spirale positive, surtout que l'on enchaîne avec la Champions League. On va bien se préparer et bien jouer demain avant de se projeter plus loin. Et si on parvient à nos fins, cela sera un bonus essentiel. Olivier Echouafni a dit qu'on aurait la pression demain ? Je ne m'occupe pas des autres. Il dit bien ce qu'il veut. Je m'occupe de mon équipe. Pression ou pas, il faudra gagner demain. On est favoris car on est tenants du titre et cela ne nous a jamais embêté. Si on est favoris, temps mieux. »

Le nul concédé à Fleury

« Il y a eu plusieurs choses. On a manqué de fraîcheur dans l'état d'esprit et d'agressivité dans le jeu. Il y avait beaucoup de déception chez les joueuses, qui avaient le sentiment d'avoir laissé deux points. Mais je ne suis pas inquiet. Les joueuses sont parties en sélections et je les ai retrouvées pleines d'envie et très heureuses de se revoir pour recommencer à travailler. Ce nul à Fleury ne nous plombera pas pour le match de demain. »

Le sprint final

« On s'est fixé des objectifs importants en début de saison, à savoir remporter les trois trophées. Et on est dans les temps, comme la saison dernière. On est au mois d'avril et on aborde les phases finales. L'objectif en championnat est clair : il faut gagner demain pour prendre trois points d'avance et avoir notre destin en main. Il n'y a pas de nouveauté par rapport aux autres années. Même si on avait eu des points d'avance, le calcul aurait été exactement le même : gagner tous nos matches pour finir champion de France. Le grand public est surpris de voir que l'on est accrochés ? C'est parce que le grand public ne suit pas assez le football féminin alors... L'an passé, on ne termine pas avec dix ou quinze points d'avance non plus ! »

Une-PedrosR

Un avantage psychologique ?

« Je ne sais pas... Il faut se servir de notre forme du moment, notamment lors de nos derniers matches de Coupe d'Europe. Demain, ce sera un match de niveau Champions League. L'avantage psychologique, ça sera à nous de le mettre au fil de la rencontre. Un effet Coupe du Monde ? Il n'y a aucune raison de lever le pied ou de penser à l'équipe de France maintenant. La dernière période de trêve internationale est passée. Mon objectif, c'est d'amener les filles en sélection avec le sourire. Et cela sera le cas si l'on gagne tout. On sait que Paris est une très bonne équipe. On n'a pas attendu cette saison pour s'en rendre compte. On dit souvent que la D1 Féminine est facile mais on peut perdre son championnat sur un seul match, voire deux. Contre le PSG, on sait à quoi s'attendre. C'est une équipe toujours présente en Champions League, un des clubs forts au niveau européen. On espère avoir de plus en plus de rencontres de ce genre à l'avenir, avec plus de concurrents pour le titre. Ça renforcerait le niveau du football féminin et c'est notre objectif à tous. »

Une affluence record en prévision

« C'est bien car on a besoin de spectateurs, on a besoin d'être encouragés. Cela montre que l'engouement autour de cette équipe est toujours positif. Maintenant, on aimerait bien aussi que des garçons viennent nous encourager aussi. ça serait super pour nous. Voir un stade avec autant de monde, c'est top. On fait ce métier pour cela. On parle beaucoup de l'engouement autour du football féminin à l'approche de la Coupe du Monde et cela passe par ce genre d'affiches. Une affiche comme celle-ci doit attirer au minimum moins 25 000 spectateurs. Ce sera bien pour tout le monde. Concernant ma causerie, ça fera partie des éléments à aborder. Quand on a autant de personnes qui nous encouragent, ça peut faire quelque chose. Mais ça ne doit pas nous inhiber ou nous pousser à faire n'importe quoi. Il faut que cela nous porte mais sur la bonne voie. »


AMANDINE HENRY

Un match couperet ?

« Non, il y a encore des matches à jouer derrière, face à de sacrés concurrents. Toutes les rencontres sont à prendre avec sérieux. Mais le match de demain, si on le gagne, nous donnerait une avance sur le titre, c'est sûr. Si on avait eu sept ou huit points d'avance à cette période de l'année, j'aurais signé tout de suite (rires). Surtout que les gros matches s'enchaînent, en club ou en sélection. Mais ça met du piment au championnat et ce n'est pas plus mal. Demain, ce sera un match de niveau Champions League et j'aimerais disputer ce genre de matches toutes les semaines. »

La concurrence du PSG

« Je ne suis pas étonnée par la saison du PSG. Cette équipe, comme beaucoup d'autres, a bien progressé et s'est renforcée. On se rend compte que l'écart n'est plus le même. Mais on a aussi lâché quelques points et on aurait pu être plus sérieuses sur certains matches. Une saison c'est très long... mais je ne pense pas que Paris soit encore prêt pour nous passer devant (rires). »

AHenry

Le public répondra présent

« Ça motive, ça apporte aussi un peu d'adrénaline, d'autant plus que l'on jouera chez nous. On aura à coeur de leur rendre tout cela sur le terrain. Concernant notre préparation, elle sera pareille que d'habitude. Mais c'est clair que jouer devant 25 000 spectateurs plutôt que devant une dizaine, cela change la donne. Quand on entend les supporters, on veut mouiller le maillot et ne rien lâcher jusqu'à la fin. Au niveau médiatique, on est de plus en plus mises en vue. Le football féminin avance bien de ce côté-là. »

La peur de la blessure avant le Mondial ?

« Non, pas du tout. Au contraire, on arrive dans la dernière ligne droite et c'est là que tout se joue. On doit donner le meilleur de nous-mêmes. D'ailleurs, c'est en pensant au fait de ne pas se blesser que cela arrive... On est concentrées à 200% et on doit tout donner. Et si on se blesse, ce n'est pas grave, cela fait partie du métier. »

 

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte