Masculins / OL - ASSE

Laurent Paganelli : « Un beau derby avec de vraies valeurs de jeu »

Publié le 22 novembre 2018 à 11:49:44
Laurent Paganelli : « Un beau derby avec de vraies valeurs de jeu »
Joueur de l'ASSE à la fin des années 1970, puis reconverti en homme de terrain pour Canal + depuis 1997, celui que tout le monde surnomme affectueusement « Paga » s’est confié à La Tribune, alors que le derby approche à grands pas.

« Qu’est-ce que cela fait d’être l’interviewer-interviewé ?

 

J’adore, vraiment. Lorsque tu fais une interview, tu ne t’exprimes jamais. Quand tu es l’interviewé, les gens te voient différemment et tu te mets à la place du gars en face. Certaines questions t’amènent sur des terrains où tu n’as pas l’habitude d’aller.

 

Est-ce que tu as déjà fait ton interview de rêve ou l’attends-tu toujours ?

 

J’adorais l’Abbé Pierre ou Mère Teresa qui donnaient aux autres en permanence. Le Dalaï-Lama est quelqu’un que j’aimerais interviewer. Tu n’as pas même pas besoin de leur poser de questions, tellement l’aura qu’ils dégagent est forte. Cela suffit.

 

En tant qu’icône du football français, tu es beaucoup apprécié sur les réseaux sociaux. Qu’est-ce que l’on ressent devant tant d’amour ?

 

Cela fait chaud au cœur mais dans l’esprit, je préfère donner que recevoir. L’inverse ne me met pas très à l’aise. Le foot est une passion, qui est socialement et culturellement très importante. Ceux qui m’apprécient sont des passionnés, des amoureux du ballon qui paient parfois cher leur billet pour aller au stade...

 

Quel est ton avis sur le début de saison de l’OL et de l’ASSE cette année ?

 

Les deux équipes font un bon début de saison dans l’ensemble. Il y a beaucoup de talents à l’OL. Cela doit être énervant de voir son équipe perdre des points là où elle ne devrait pas et en prendre quand personne ne s’y attend. On le sait, ils sont comme cela. Sinon, les deux équipes sont proches. Cela va être un beau derby, avec de vraies valeurs de jeu. Il y a du respect, ce n’est pas du grand n’importe quoi. Lorsque Fekir montre son maillot, cela fait partie du folklore. Autrefois, il y en avait beaucoup. On aimait ça. C’était un engagement d’une heure et demie, puis on se serrait la main et tout était fini. Saint-Etienne faisait la fête à Lyon après le match, et inversement.

 

Quel est le meilleur joueur lyonnais que tu as affronté dans ta carrière ?

 

J’ai connu le duo Chiesa-Lacombe. C’était immense. Ils étaient époustouflants. J’ai eu l’occasion de connaître Bernard en-dehors par la suite. L’OL a aussi eu d’immenses joueurs comme Sonny Anderson, Juninho ou encore Edmilson. Les voir jouer sur un terrain était formidable.

 

As-tu une petite anecdote sur le derby, en tant que joueur ou homme de terrain ?

 

Je me rappelle l’année où Juninho renverse le match sur coup-franc (ASSE-OL 2-3 en 2004 ndlr). J’avais même réussi à avoir ses chaussures après la rencontre. J’ai aussi l’anecdote avec Hubert Fournier qui ne voulait pas me répondre parce que j’étais Stéphanois. Je croyais qu’il déconnait au début (rires). C’est drôle après coup. L’anecdote est toujours utile. Elle amène quelque chose de plus à un derby. Entre anciens joueurs, on parle plus des histoires que des résultats car elles sont au cœur de la vie et du football.

 

Le derby est-il le match avec le plus de ferveur en France en ce moment ?

 

Cela restera toujours une affiche très importante. Il y en a d’autres aussi, c’est un peu générationnel. Aujourd’hui, un OL-PSG est attrayant, tout comme un PSG-OM ou un OM-OL. Dans la saison, il y a dix grands rendez-vous. On ressent beaucoup de passion autour de ces matches quand on les traite avec Canal+.

 

Un petit pronostic pour finir ?

 

Je ne sais pas franchement. Sans langue de bois (rires). Je ne m’amuse pas trop à faire des pronos. Allez, 4 à 3 avec un but à la dernière minute, mais je ne dis pas de qui (rires). »


Retrouvez l'interview de Laurent Paganelli dans La Tribune OL-ASSE ce vendredi 23 novembre 2018.

Sur le même thème