Masculins / Interview

Fernando Marçal : « me refaire une place »

Publié le 18 octobre 2018 à 14:00:00
Fernando Marçal : « me refaire une place »
Seulement sur le terrain contre Nantes, Fernando Marçal a presque raté toutes les échéances depuis le début de saison. Loin du groupe durant de longues semaines à cause d’une blessure au mollet récurrente, le latéral gauche brésilien raconte cette période délicate alors qu’il devrait faire son retour face à Nîmes.

« Fernando Marçal, donnes-nous de tes nouvelles. Es-tu totalement rétabli ?

Je vais beaucoup mieux. Je suis content car j’ai retrouvé les terrains. C’était plus difficile avant à cause d’une blessure qui me gêne depuis le début de saison. Je suis rétabli et bien physiquement. Ça fait déjà trois semaines que je vais mieux. Avant Dijon, je me sentais super bien, même si je n’ai pas pu jouer.

C’est une blessure qui te suit depuis quelques années…

Je me suis blessé au mollet pour la première fois à Gaziantepspor en Turquie (ndlr saison 2015-16). C’était un petit club, le service médical n’était pas très développé. Il y avait beaucoup moins de moyens pour les soins. Normalement, c’est une blessure qui se soigne en 2-3 semaines. Mais à cause de l’ancienne blessure, cela a demandé un peu plus de temps pour me remettre. J’espère que cette blessure est derrière moi.

Tu n’as pu jouer qu’un match cette saison. Comment as-tu vécu cette période ?

C’est très dur car on veut tout le temps être sur le terrain, même pour les entraînements. Mes amis s’entraînaient, jouaient et je ne pouvais pas être avec eux. C’est une période difficile. Tu ne peux rien faire. Tu dois juste rester en soins. Ce n’est pas facile dans la tête mais cette épreuve s’est tout de même bien passée. J’ai été beaucoup de temps hors du groupe. J’ai donc besoin de travailler pour me refaire une place. C’est une étape normale après une longue absence. Je suis serein, je travaille beaucoup pour revenir encore plus fort.

Il y a eu la défaite à Paris juste avant la trêve. Est-ce que la trêve est arrivée au bon moment ?

C’est dur à dire. Ce n’est pas normal de concéder une défaite comme celle-ci. S’il n’y avait pas eu de trêve, on aurait peut-être été énervés et on aurait eu du mal à passer à autre chose. La trêve est donc peut-être arrivée au bon moment. On peut aussi analyser ce qui n’a pas été lors de ce match et travailler pour corriger nos erreurs. On est déjà dans l’obligation d’un résultat contre Nîmes, surtout que le match est à la maison. On va tout donner pour retrouver la victoire. Nîmes est une équipe qui a fait un bon début de saison. Il faudra être très concentré, attentif. On aura besoin de mettre beaucoup d’ingrédients pour battre cette équipe qui n’est pas facile à jouer. 

Il y a eu un exploit à Manchester City pour lancer la campagne européenne puis un nul plus décevant face au Shakhtar. Quelle est l’importance de ce déplacement à Hoffenheim ?

Ce sera un match difficile, c’est la Champions League. On a fait des bons débuts avec une victoire à City alors que tout le monde disait que c’était impossible de le faire. Cela montre nos qualités. Face à Donetsk, il n’y avait pas de public. C’était un match spécial. On a bien moins joué qu’à Manchester. On a été meilleurs en seconde période. Ce sera un match encore plus dur face à Hoffenheim. Il est important. Si on gagne, on passe une belle étape dans le groupe. On aura beaucoup de chances de se qualifier. Qu’est-ce que tu connais de cette équipe et plus généralement du football allemand ? Avec la France et l’Espagne, c’est le championnat où il y a le plus beau jeu. »


Retrouvez l'intégralité de l'interview avec Fernando Marçal dans La Tribune OL-Nîmes ce vendredi 19 octobre. 

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte