Masculins / OL - FC Nantes

Rafael - Fabio : Les jumeaux s'emmêlent

Publié le 29 septembre 2018 à 11:04:22
Rafael - Fabio : Les jumeaux s'emmêlent
Ils sont nés, ont vécu et ont joué ensemble. Samedi, ils s'affronteront pour la première fois de leur vie. Rafa et Fabio, les jumeaux de l'OL et de Nantes, se sont confiés, à distance, avant ce moment si particulier.

Fabio et Rafa – Les joueurs de foot

 

« Rafa, qui est …

 

… le plus rapide ?

Rafa : Moi.

Fabio : Moi.

… le plus technique ?

Rafa : (légère hésitation) Lui.

Fabio : (légère hésitation) Moi.

… le meilleur avec son mauvais pied ?

Rafa : Lui, il a joué des deux côtés donc ça aide (rires).

Fabio : Moi ! (rires)

… le plus élégant à voir ?

Rafa : Mmmh… je vais dire lui (sourire). C’est dur, je n’aime pas vraiment me voir jouer.

Fabio : (longue hésitation) Euh… je vais dire lui (sourire).

… le plus mauvais perdant ?

Rafa : Ah ça c’est moi, bien sûr !

Fabio : Lui.

… le plus tricheur ?

Rafa : (il réfléchit)… Peut-être que c’est moi aussi (rires).

Fabio : Lui ! (éclat de rires) » »

 

$name

 

« Quelle qualité dans le jeu de ton frère aimerais-tu avoir ?

Rafa : Son sang-froid. Il est plus calme que moi. J’aimerais être plus tranquille sur le terrain, même si j’ai travaillé là-dessus. J’aimerais bien avoir cette qualité là.

Fabio : Sa détermination. J’en ai aussi mais j’admire vraiment la sienne. Il a toujours envie de gagner. »

 

Quel est son principal défaut en tant que footballeur ?

Rafa : Je ne sais pas… Je sais que c’est mon frère mais, honnêtement, je n’arrive pas à en trouver.

Fabio : Son tempérament. Vraiment, il peut vriller en un rien de temps. Si un adversaire vient lui parler, il peut rapidement perdre son sang-froid. C’est sa plus grande faiblesse.

 

Comment décrirais-tu le joueur qu’est ton frère ?

Rafa : On se ressemble un peu mais ce n’est pas le même que moi. Il est plus technique, il va très vite et a une très bonne qualité de centre. Il est meilleur que moi là-dessus.

Fabio : Je dirais que c’est un joueur qui sait ce qu’il veut, concentré à 100% sur ses objectifs. C’est un exemple là-dessus. 

 

Quel est le meilleur moment que tu aies partagé avec ton frère dans ta carrière de footballeur ?

Rafa : Quand on a joué ensemble à Manchester, contre Arsenal (ndlr 1/4 de finale de FA Cup en 2011, Fabio buteur). On ne jouait pas derrière, on état sur les ailes. C’était un moment magique. Si je me rappelle bien, on a gagné le match 2-0. C’était magnifique.

Fabio : Quand on a gagné la Premier League avec Manchester United. On a tous les deux joué pas mal de matches cette saison-là et remporter un titre avec son frère, c’est quelque chose de fantastique. 

 

Et le pire ?

Rafa : Je pense que c’est quand on a perdu en ¼ de finale de la Coupe du Monde U17 avec le Brésil (ndlr en 1/8 de finale en réalité, en 2007, face au Ghana (0-1) en Corée du Sud). On a joué ensemble. C’était pas facile pour nous.

Fabio : Je vais parler d’une chose qui ne me concerne pas mais qui lui est arrivée et qui m’a fait beaucoup de peine. C’était lors des Jeux Olympiques de Londres, il jouait avec le Brésil et j’ai regardé chacun de ses matches. Ils ont atteint la finale mais l’ont perdu (ndlr 1-2 contre le Mexique). C’est probablement le pire moment de sa carrière et ça l’est aussi pour moi car j’ai eu très mal pour lui.

 

Est-ce que tu as hâtes d’affronter ton frère samedi prochain ?

Rafa : Ça va être spécial. On n’a jamais joué l’un contre l’autre. J’y pense beaucoup à ce match. Toute ma famille parle de cela donc je suis obligé d’y penser. Mais ça va être un bon moment.

Fabio : 

 

Affronter son frère, une personne que tu connais et qui te connaît par cœur, est-ce un avantage ou un inconvénient ?

Rafa : Un peu les deux. Quand on s’entraînait à Manchester, on était l’un face à l’autre et on arrêtait pas de se rentrer dedans. Comme le font des frères à la maison, on se faisait la guerre (rires). Je pense que ça sera pareil samedi, même si je pense qu’il jouera à droite, pas à gauche… Enfin j’espère (il éclate de rires).

Fabio : C’est évidemment un avantage. Je le connais parfaitement, lui aussi. Je sais exactement quels sont ses points forts et ses points faibles et lui connaît également les miens, bien sûr. En fait, c’est un avantage mais pour nous deux (rires). »

 

Fabio et Rafa – Les frères jumeaux

 

« Qui est …

 

… le plus vieux ?

Rafa : C’est moi ! Bon, de seulement deux minutes. Mais je ne sais, j’ai entendu dire que pour les jumeaux, celui qui arrive en premier est en fait le plus jeune. J’ai entendu ça mais, pour moi, je suis le plus vieux et donc Fabio doit m’écouter (rires).

Fabio : Lui.

 

… le plus petit ?

Rafa : Euh… franchement, on est pareil, la même taille.

Fabio : (il réfléchit) Lui.

 

… le plus marrant ?

Rafa : Hmm… je ne pense pas. Il est marrant aussi mais il est plus calme, plus réservé (éclat de rires).

Fabio : (il marque un petit temps) Euh… je vais dire moi (éclat de rires).

 

… le plus râleur ?

Rafa : Ah c’est moi, c’est moi !

Fabio : (aucune hésitation) Lui !

 

… le plus fou ?

Rafa : (il se fige et sourit) C’est moi aussi hein ? (rires).

Fabio : Lui, sans le moindre doute ! (rires) »

 

$name

 

« Quelle est la principale qualité de ton frère ?

Rafa : La gentillesse. C’est quelqu’un de très gentil avec tout le monde. Il est aussi très intelligent et très organisé. On organise un tournoi au Brésil et mon frère s’occupe de tout. Il y a plus de deux cent personnes qui jouent et lui il va signer des autographes, écrire tous les résultats... il aime bien faire ça.

Fabio : Sa plus grande qualité... (il prend son temps). C’est quelqu’un qui a un grand cœur. Il est toujours présent pour les personnes qui ont besoin de lui. Il prend toujours soin des autres, souvent plus que de lui-même. C’est une très belle qualité.

 

Et son principal défaut ?

Rafa : Justement, sa gentillesse est aussi son gros défaut. Il est trop gentil. Parfois, surtout dans le milieu du foot, il faut savoir dire non. Être gentil, c’est bien et ça peut aider. Mais des fois, c’est l’inverse. Il y a parfois du monde qui profite de sa gentillesse. J’en parle beaucoup avec lui et il fait plus attention. Là-dessus, j’ai fait mon rôle de grand frère, c’est pour ça qu’on peut dire que je suis le plus vieux (rires).

Fabio : Humm… il n’écoute pas. Il est très têtu. Quand on lui dit quelque chose mais qu’il a une idée en tête, il n’écoute pas. Il reste fixé sur son idée.

 

Si tu devais le décrire en un mot ?

Rafa : C’est compliqué de décrire quelqu’un qui est tout pour moi, qui fait tout avec moi...

Fabio : (il prend son temps) Hum… fidèle. Oui, c’est quelqu’un de très fidèle, de très loyal. En tout cas avec moi (rires).

 

As-tu une anecdote marrante à nous raconter sur ton frère ?                                  

Rafa : Oula, j’en ai beaucoup (rires)… une fois, quand on a joué ensemble en Coupe, l’arbitre lui a mis un carton à cause de moi. Du coup, je n’ai rien dit, ça m’allait bien (rires). C’était marrant mais, quelques semaines après, c’est finalement moi qui l’ait pris...

Fabio : Oui, j’en ai une (rires). On jouait un match avec Manchester United (ndlr en Carling Cup, face à Barnsley (0-2)). On était tous les deux en train de courir pour récupérer le ballon quand Rafa a taclé et a fait faute. L’arbitre s’est approché… et m’a mis un jaune. Il est venu vers nous, nous a regardé, mais il ne savait pas lequel avait fait la faute (rires). Les instances ont revu la vidéo plus tard et ont finalement changé de décision, en donnant le carton à Rafa. Mais entre-temps, les journaux n’arrêtaient pas de parler de cette histoire (rires).

 

On dit souvent qu’un lien très particulier lie les jumeaux. Est-ce que tu ressens ce lien si spécial avec ton frère ?

Rafa : Avec lui, je ressens vraiment quelque chose de particulier. Toute notre vie, on a été ensemble, même au foot. Quand c’est comme ça, tu sais qu’il y a un lien spécial. Mais en revanche, je ne ressens pas de sensation étrange ou quoi lorsqu’il est loin de moi ou qu’il lui arrive quelque chose en mon absence.

Fabio : Oui, nous sommes vraiment très proches. À Manchester, Sir Alex Ferguson (ndlr l’emblématique entraîneur de Man Utd à l’époque) se demandait comment c’était possible que des frères soient si proches. On avait 18 ans, on avait toujours vécu l’un avec l’autre et on venait de faire le grand saut vers l’étranger ensemble... On a toujours eu ce lien si particulier.

 

As-tu des exemples concrets qui montrent ce lien si fort qui vous uni ?

Rafa : Par exemple, au Brésil, on habite ensemble. Sa famille, c’est ma famille... Au début, ça a été très dur de se séparer. Aujourd’hui, ça va. On savait qu’on ne pourrait pas jouer toute notre vie ensemble donc on s’y était préparé.

Fabio : Disons que, quand je le vois, je sais immédiatement s’il va bien ou pas. Je sais s’il est triste, s’il est heureux... Je sais ce qu’il se passe dans sa vie avant même qu’il ne m’en parle et je sais tout de suite ce qu’il ne va pas, que ça concerne le côté professionnel ou familial. La connexion qu’il y a entre nous est facilement visible.

 

Que représente t-il pour toi ?

Rafa : Il est tout pour moi. Je suis avec lui depuis qu’on est né. C’est un peu un deuxième Rafa. Quand j’ai besoin d’un conseil, je l’appelle ou je vais le voir. Il fait pareil.

Fabio : Tout. Je suis vraiment très proche de lui. Il représente tout pour moi (sourire).

 

As-tu un message à lui adresser avant le match de samedi ?

Rafa : Fabio, viens tranquille. N’y vas pas trop fort et restes calme pendant le match (rires).

Fabio : Un message ? C’est dur de lui adresser un message (rires). Je lui adresserai en privé et je lui demanderai sûrement un pronostic sur le match (rires)»

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte