Masculins / OL - Toulouse FC

Jérémy Morel : « Il ne faudra pas s’attendre à une partie de plaisir »

Publié le 01 avril 2018 à 13:00:00
Le défenseur lyonnais, qui a migré du poste de latéral gauche à celui de défenseur central à l’aube de la saison, s’est confié à La Tribune au moment où ses partenaires et lui s’apprêtent à aborder l’ultime phase du championnat, qui décidera de l’avenir européen du club.

" Comment s’est passée cette trêve à l’approche de la dernière ligne droite ?
Ça s’est très bien passé. On a eu le temps de savourer les trois points pris face à l’OM. On est reparti sur une semaine de travail avec huit matches décisifs à l’horizon.

Ne risque-t-elle pas de couper court à l’élan que pourrait insuffler ce succès contre l’OM ?
Non, je ne pense pas. On avait besoin de se reposer. On arrivera à enchaîner uniquement en étant à 100%, en mettant les mêmes ingrédients et la même intensité qu’à Marseille. En période de trêve, on essaye de se vider la tête car on donne énormément mentalement, moralement et physiquement. Cette coupure tombe à pic. On peut repartir de zéro et reprendre en ayant fait le plein d’énergie.

Que retenez-vous de cette victoire à Marseille, qui est intervenue après une période compliquée ?
Elle nous a fait énormément de bien. Elle était indispensable. On n’avait pas le choix, on ne pouvait pas se permettre de faire un autre type de résultat. Maintenant, on doit s’en servir pour faire les efforts ensemble sinon elle n’aura servi à rien. On doit poursuivre sur cette belle prestation.
morel02
Si la bataille pour le podium est totalement relancée, pouvez-vous encore prétendre à cette 2e place, directement qualificative pour la prochaine Ligue des Champions ?
Mathématiquement, oui. Mais, très honnêtement, je pense que Monaco est trop loin devant. On a laissé filer trop de points pour espérer quoique ce soit. On doit gagner tous nos matches. C’est faisable mais ça ne dépend que de nous. Il faudra également compter sur quelques faux-pas des Monégasques et, à mon avis, il est peu probable que cela arrive.

Comment expliques-tu cette capacité à être performant contre les gros et, a contrario, à éprouver des difficultés face à de petites équipes  ?
Contre des adversaires soi-disant plus faibles, on tenait nos matches puis on s’arrêtait de jouer. À partir du moment où on ne fait plus les efforts ensemble, ça devient difficile. Et peu importe contre qui on joue. C’est pour cela qu’aujourd’hui on rencontre des difficultés contre ces équipes. On doit régler cela.

À quoi sont dues ces difficultés ? À un problème de relâchement, de concentration, de motivation ?
C’est sûrement un peu de tout ça… La jeunesse du groupe y est aussi pour quelque chose. À nous, les plus anciens, d’encadrer les jeunes du mieux possible. On a une équipe un peu inexpérimentée, qui a besoin d’apprendre. Mais, comme le dit le coach, dans le foot on est dans l’obligation d’apprendre vite car on a des résultats à aller chercher, des objectifs à atteindre rapidement.

On a laissé filer trop de points pour espérer accrocher cette 2e place

Peut-on parler de calendrier favorable, sachant que la plupart des formations que vous allez défier sur la fin lutteront pour leur maintien ?
C’est toujours compliqué de jouer contre des équipes qui jouent leur survie. Elles ne vont pas nous laisser avoir constamment le ballon ou marquer facilement. Il faudra répondre présent, peut-être plus que d’habitude. Si on n’est pas pleinement impliqué, on risque de connaître de nouvelles mésaventures...

Dans quel état d’esprit êtes-vous avant de recevoir cette équipe de Toulouse, qui éprouve d’énormes difficultés contres les grosses cylindrées ?
Honnêtement, je ne connais par leurs stats face aux gros. En revanche, j’ai vu leur match contre l’OM (ndlr le 11 mars dernier, défaite 1-2 du TFC). Ils ne méritent pas de le perdre et peuvent même le remporter. Ils ont fait un très gros match, en exerçant un gros pressing et en se projetant vite à la récupération du ballon. J’ai vu une belle équipe, elle m’a agréablement surpris. Il ne faudra pas s’attendre à une partie de plaisir.

Et à quel type de rencontre vous attendez-vous ?
Je ne pense pas que les Toulousains viennent au Groupama Stadium pour faire le jeu. Je pense qu’ils vont nous attendre, qu’ils vont rester bas. Ça sera à nous d’attaquer, tout en gardant une sécurité derrière pour ne pas perdre ce match. Ne pas prendre de but, ne pas concéder trop d’occasions, c’est le meilleur moyen pour rester serein.
Jérémy Morel
En parlant de solidité défensive, peux-tu nous parler de ton association avec Marcelo et de son apport au sein du groupe ?
Par sa carrure, il en impose sur le terrain. Il en joue et tout le monde suit un mec avec cette prestance. On a besoin d’un gars comme lui dans un groupe. Je pense qu’on se complète plutôt bien. Après, le coach fait tourner de temps en temps car on a besoin de tout le monde. Ça se passe aussi très bien avec Mouctar (Diakhaby). Il est très à l’écoute et il progresse bien. C’est un bon mec, il a plein de qualités.

Cette saison, tu as définitivement basculé dans l’axe. Est-ce que tu te sens plus à l’aise dans cette position que sur un côté ?
Lors de ma dernière année à Marseille, Marcelo Bielsa (ndlr son entraîneur de l’époque, saison 2014-2015) m’avait fait jouer en défense centrale. J’ai vraiment aimé jouer à ce poste-là. En venant à l’OL, je savais que j’allais être utilisé en tant que latéral gauche. Mais en début de saison, le coach m’a dit qu’il me voyait plus dans l’axe que sur le côté. Ça me convenait parfaitement et tout le monde y a trouvé son compte. "

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte