Masculins / OL - Toulouse FC

Alexis Blin dans Tribune OL : "Un sentiment de gâchis…"

Publié le 31 mars 2018 à 18:00:00
Le milieu de terrain toulousain est revenu sans détour sur l’exercice mouvementé que traversent les Pitchouns, 17e de Ligue 1 et qui devront lutter jusqu’au bout pour le maintien. Une situation que personne au sein du club haut-garonnais n’envisageait en début de saison.

« Alexis, est-ce que la trêve est arrivée à point nommé alors que vous traversez une période compliquée ?
Oui, ça nous permet de recharger les batteries, de faire le vide avant la dernière ligne droite. On vit une période difficile sur le plan comptable, ce n’est pas trop ça, on ne prend pas assez de points. Mais dans le jeu, on est mieux ces derniers temps. Nos prestations sont meilleures qu’avant.

Comment expliques-tu les difficultés que le club rencontre actuellement, avec cette 17e place et une lutte pour le maintien qui va rythmer votre fin de saison ?
On a eu un début de saison compliqué qui ne nous a pas mis dans le droit chemin. Une fois qu’on est mal classé, c’est difficile de s’en sortir. Malheureusement, ça a été le cas pour nous. Mais on n’est pas largué. Il nous reste une fin de saison importante, il faut continuer à persévérer.

Comment vit-on le fait de jouer pour ne pas descendre et quel impact cela a-t-il sur la vie d’un groupe ?
C’est toujours plus compliqué de jouer pour rester en vie. Il faut être fort mentalement. C’est arrivé plusieurs fois ces dernières saisons mais on n’a pas su apprendre de nos erreurs. On le voit à l’heure actuelle. Mais on est armé et on a quand même de l’expérience. On doit faire face et prendre le maximum de points, même si ça sera dur jusqu’au bout.

Quand on regarde vos résultats, on a l’impression que vous n’avez jamais trouvé votre rythme de croisière…
Je ne sais pas comment l’expliquer. On a connu quelques petites séries mais pas assez à mon goût. On n’a pas su les poursuivre sur la durée et ça nous a porté préjudice. Tout va se jouer dans les têtes, au mental. Il y a deux ans, on a su se maintenir sur la toute fin du championnat. On est toujours dans la même situation. C’est de notre faute et on doit se regarder dans une glace. On doit se prendre en main et faire face à nos responsabilités. On a un peu un sentiment de gâchis vue la qualité de notre effectif. Ce n’était évidemment pas notre objectif de jouer le maintien et ça laisse un goût amer. Mais on ne peut pas revenir en arrière…

C’est toujours plus compliqué de jouer pour rester en vie

Quelles ont été les conséquences du changement d’entraîneur en cours de saison ?
C’est toujours une question délicate. Le coach Dupraz faisait du bon travail mais il est parti et c’était son choix. Le nouveau staff fait très bien son travail. On n’a rien à leur reprocher. C’est vraiment de notre faute, nous les joueurs. À nous de redresser la barre.

Vous enchaînez un quatrième match en moins d’un mois contre une équipe du Top 4. Comment aborde-t-on ce genre de rencontres quand on est dans une période comme celle-ci ?
Contre les gros, on a été plutôt bons. C’est surtout lors des matches face à nos concurrents directs qu’on n’a pas fait ce qu’il fallait. Comme contre Strasbourg, le week-end dernier, où on devait gagner mais on n’y est pas parvenu… On n’est pas assez concentré. On a l’impression d’élever notre niveau contre les grosses équipes alors qu’on devrait toujours aborder les matches de la même façon. Pourtant, la motivation et la concentration sont toujours-là. Ce n’est pas volontaire mais on est peu être trop inhibé par l’enjeu lorsqu’on affronte des concurrents directs. Alors que contre le PSG, l’ASM, l’OM ou l’OL, on n’a rien à perdre. On n’est pas favori et ça nous enlève une pression, ça nous libère.

Dans quel état d’esprit venez-vous à Lyon ?
Contre l’OL, ça sera difficile, comme toujours. Mais on ira à Lyon pour faire un résultat. On en a très envie et on a la conviction qu’on peut faire quelque chose là-bas, même si on n’a pas pris beaucoup de points contre les gros (ndlr 1 seul point pris en sept rencontres, contre Monaco (3-3), le 24 février). Les Lyonnais ont beaucoup joué cette saison et ils ressentent peut-être de la fatigue à cette période de l’année. Des joueurs comme Lucas (Tousart) et Tanguy (Ndombele), que je connais car je les ai côtoyés en Espoirs, ont énormément joué. Il faudra les pousser dans leurs retranchements.

Que penses-tu de l’OL cette saison ?
C’est toujours une équipe compliquée à jouer. L’OL a un style de jeu bien précis, des joueurs très techniques, qui manient bien le ballon. C’est une équipe qui joue bien et qui fait une bonne saison, malgré tout ce qu’on peut dire. Le problème de l’OL, c’est un peu le même que nous : l’effectif est jeune et le club manque de régularité cette saison. Il faut s’appuyer sur ça pour faire un coup là-bas.

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte