Masculins / Interview

OL - ASSE : Bernard Lacombe et Jean-Michel Larqué, légendes de l'OL et de l'ASSE, refont le derby [Tribune OL]

Publié le 25 février 2018 à 06:01:00
Plusieurs décennies se sont écoulées depuis les mythiques duels qu’ils se sont livrés sous leurs couleurs respectives. Bernard Lacombe (12 derbies avec l’OL) et Jean-Michel Larqué (16 avec l’ASSE), les deux grandes légendes de l’OL et de l’ASSE, ont accepté de participer à une interview croisée avant le 116ème derby de l’histoire. Avec beaucoup de plaisir et une pointe de nostalgie, « Nanard » et « Qué-lar », comme ils s’appellent, ont raconté leurs souvenirs de derby et en ont profité pour évoquer celui de dimanche. Un face-à-face de titans avant un choc entre voisins.

BERNARD LACOMBE

Un derby pas comme les autres

« Qu’on le veuille ou non, les derbies sont toujours des histoires très particulières. C’est le plus important de France. Dans les autres derbies du championnat, ça n’a rien à voir. J’en ai joués avec Bordeaux aussi. Les villes sont plus éloignées pour les autres derbies et il y a moins de ferveur, de passion, de proximité. C’est une question de suprématie régionale entre l’OL et l’ASSE. Les deux villes se trouvent à 60 kilomètres seulement, c’est unique et ça représente plein de choses. Il est particulier pour plein de raisons. »

Le derby à travers les décennies

« À notre époque, on avait une bonne équipe avec notamment Di Nallo, Chiesa, Chauveau… Mais Sainté était redoutable et très suivie. L’équipe de France n’était pas très brillante et avait raté plusieurs compétitions. Le foot français, c’était Saint-Etienne avec notamment ses aventures en Coupe d’Europe. La France du football était stéphanoise car il n’y avait pas beaucoup de clubs avec autant de moyens. La ferveur est différente aujourd’hui. Il peut y avoir de la rivalité mais ça ne doit pas devenir de l’agressivité. Le foot doit rester du foot et une fête. »

Souvenirs de derby

« Je vivais ce match de façon très particulière. J’en ai vécus de très nombreux du côté de l’OL et deux avec Sainté. Je retiendrais les matchs joués à Gerland. Ça a toujours été un stade difficile pour nos adversaires quand je jouais à l’OL ou pour moi ensuite avec Sainté et Bordeaux. Il était très difficile de battre l’OL chez lui. Ce n’était jamais évident pour l’adversaire. Quand on est Lyonnais, on ne se rend pas compte de l’ambiance qu’il y avait à Gerland. Lors des derbies, c’était quand même quelque chose. Le public nous portait, nous transcendait. »
Lacombe

Le 115ème derby avec un 0-5 historique...

« Ça m’a rappelé un derby en 69 que j’avais vu quand j’étais gamin. Ce jour-là, j’avais joué en cadet avec l’OL juste à côté de Gerland. Sainté avait battu le Bayern quatre jours plus tôt en Coupe d’Europe. On se disait qu’ils seraient un peu fatigués et qu’il y avait un coup à faire. Et ils nous avaient battu l’OL 7 à 1... Lors du match aller, j’ai un peu vu ce genre de performance. C’était vraiment une leçon de football. C’est toujours un grand bonheur et à la fois particulier de vivre des moments comme ça. »

… le 116ème derby à venir

« Ce sera un match beaucoup plus disputé qu’à l’aller à Geoffroy-Guichard, ça ne fait aucun doute. Cette fois-ci, on ne gagnera pas avec cinq buts d’écart. Il y a eu beaucoup de changements depuis cette victoire. Saint-Etienne s’est bien renforcé durant le mercato hivernal et s’est bien repris en championnat. Ce n’est plus la même équipe. Avec les recrues, ils ont retrouvé une certaine assise défensive. Il faut qu’on s’attende à un match compliqué dimanche. C’est un rendez-vous important pour nous. »

Jean-Michel Larqué

« C’était un très très bon joueur au niveau de la vision de jeu. Il avait une qualité de frappe impressionnante. C’était quelque chose. Ils déclenchaient souvent des actions et débloquaient des matchs grâce à cette qualité. C’était aussi celui qui distribuait. Vraiment un excellent joueur. Il avait une grande intelligence. Dans le derby ? Ce n’était pas un grand guerrier mais c’était un grand footballeur. J’ai joué avec lui en équipe de France. Je me rappellerais toujours de lui. »


JEAN-MICHEL LARQUE

Un derby pas comme les autres

« Le derby, avant d’être un match, a été une lutte des classes. Il y a déjà une différence sociale évidente. Lyon, c’est la soie et Saint-Etienne le charbon. Les joueurs se connaissaient pour s’être déjà affrontés en jeunes, notamment en Gambardella. Ça ne représentait pas un match comme les autres. Les Stéphanois avaient peur des Lyonnais et inversement. C’était toujours une épreuve difficile pour le supporter d’être battu par le voisin. Peu importe le classement, la domination sur le championnat, c’était toujours un match très très difficile. »

Le derby à travers l’histoire

« À notre époque, il y avait un peu plus d’identité d’identité stéphanoise et d’identité lyonnaise chez les joueurs. C’était plus chaud avant mais il n’y avait pas de déclaration tonitruante. Je me souviens de notre élimination à Annecy en Coupe de France en 67. Notre coach, Jean Snella, avait dit que l’OL avait joué la carotte. Le match d’après à Gerland, le public avait jeté des centaines de carottes dans la surface stéphanoise. C’était bon enfant. On prenait ça sur le ton de la dérision, on rebondissait sur les déclarations des uns et des autres. »

Souvenirs, souvenirs…

« Mon dernier en 77. C’était sous une pluie battante. Chose rarissime dans ma carrière, j’avais marqué de la tête à Gerland. Après le but, on remontait le terrain pour se replacer. Et on a entendu Nanard Lacombe crier : « Ah non pas possible, Quélard de la tête ! » Tout pouvait arriver sauf que je marque de la tête donc il avait raison. Le ballon avait plus rebondi sur ma tête que je l’avais frappé... J’essayais d’être un capitaine rassembleur et de démontrer à mes coéquipiers que ce match était important pour nous mais aussi pour la ville, les supporters. »
Larque papier

Le 115ème derby avec un 0-5 historique...

« Je l’ai très mal vécu. Je suis encore très attaché à l’ASSE que je suis de près. Les Stéphanois étaient au fond du trou. Excepté un ou deux contre-exemples, lorsque les Lyonnais étaient moins performants que les Stéphanois dans les années 60-70, ils s’accrochaient jusqu’au bout et ils étaient dur à manœuvrer. Ils ne se laissaient pas faire. Tout le contraire du match aller, où il y a eu des démissions côté stéphanois et c’est difficilement acceptable dans un match de foot. Ça a été un moment difficile à vivre. »

… le 116ème derby à venir

« L’ASSE est en progrès, c’est indéniable. Par contre, je n’arrive pas à saisir l’OL avec un talent très au-dessus de la moyenne. S’il y a de grands footballeurs dans ce derby, ils sont de son côté. Mais elle souffle le chaud et le froid, capable de taper Villarreal, de dérouler contre Lille puis de se faire reprendre. Elle est en-dessous de ce qu’elle est capable de faire. Enchaîner 6 succès à l’extérieur est la marque d’une équipe qui a d’énormes qualités. Ce n’est pas donné à tout le monde. Cette équipe est insaisissable mais les Verts vont beaucoup souffrir. »

Bernard Lacombe

« C’est un garçon que j’ai apprécié et que j’apprécie toujours énormément. Il est un peu plus jeune que moi mais j’ai beaucoup de souvenirs de derby avec lui. Je me rappelle d’un derby en Coupe de France en 71. On en avait pris trois à Gerland. Il y avait le trio infernal Lacombe-Chiesa-Di Nallo. Il nous fallait des épuisettes pour espérer les attraper. Mais on ne les attrapait jamais. Nanard ne vivait et ne vit que pour ça. Il respire le foot jusqu’à la pointe de ses cheveux. »


Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte