Masculins / Conférence de presse

Bruno Genesio : « On est dans un état d’esprit revanchard après la contre-performance de Monaco »

Publié le 06 février 2018 à 15:15:00
L'entraîneur lyonnais s'est présenté en conférence de presse, ce mardi après-midi, pour évoquer notamment le déplacement à Montpellier pour le compte des 1/8 de finale de la Coupe de France.

Le point santé

« Rafael s’est fait une petite entorse au genou hier. Il ne sera pas opérationnel pour demain. Tous les autres joueurs sont susceptibles de jouer ».

La contre-performance à Monaco

« On est dans un état d’esprit revanchard après la contre-performance de Monaco. On a laissé une belle opportunité de mettre Monaco à quatre points et de rester au contact de Marseille. On aurait dû mieux gérer et au moins ne pas perdre ce match. Il faut se replonger tout de suite dans ce qui arrive. Quand tout va bien, on oublie certains fondamentaux. On menait 2-0 et après la réduction du score on a manqué de leaders pour conserver ce score. Il faut corriger ces erreurs récurrentes. On est avec des grands professionnels. Il faut pointer du doigt ce qui n’a pas fonctionné mais aussi être derrière eux et avoir confiance ».

56840

Le 1/8 de finale contre Montpellier

« Il y aura beaucoup moins de changements que lors du match de Coupe de la Ligue. La rencontre de la Coupe de la Ligue n’a rien à voir avec le match de demain. Toutes les compétitions sont un objectif à Lyon. La Coupe de France est prestigieuse et pour l’avoir gagné dans le staff avec l’OL, cela procure des émotions exceptionnelles. Mais Montpellier a aussi envie de se qualifier. C’est une équipe régulière. C’est plus un hasard si elle est toujours sixième. Elle est très bien organisée, solide défensivement. On s’attend à un match difficile mais on a les qualités pour leur poser des problèmes ».

Le traitement accordé à l'OL

« On a concédé six penaltys sur les huit derniers matches. La campagne médiatique de nos adversaires directs a été payante. Il faut qu’il y ait une conformité. Je n'aime pas critiquer l'arbitrage, mais il faut qu’on se pose les bonnes questions. Les arbitres sont des êtres humains et celui de Bordeaux n’était pas dans les meilleures dispositions psychologiques pour nous arbitrer deux jours après avoir été en commission de discipline pour une affaire nous concernant ».

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte