Féminines / BIIK-Kazygurt - OL Féminin

UWCL : Passer l'étape kazakhe pour avancer dans la compétition (mercredi 7h00 en direct OLTV)

Publié le 07 novembre 2017 à 17:15:00
L’OL Féminin défie BIIK-Kazygurt en 1/8 de finale aller de la Women’s Champions League, mercredi matin.

C’est un long périple que les Lyonnaises veulent fructifier. Arrivées mardi soir après 6h15 de vol à Chimkent, dans le sud du Kazakhstan, les coéquipières de Wendie Renard défient l’équipe locale BIIK-Kazygurt avec le respect et la motivation qui ont fait d’elles des championnes d’Europe à quatre reprises : « Il faut être professionnelles, prévient la capitaine de l’OL Féminin. Le club nous a mises dans de bonnes conditions avec le vol et l’hôtel, on n’a pas le droit de se louper sur ce match. C’est à nous de faire le boulot, d’être sérieuses dès les premières minutes, d’essayer de faire la différence dès le premier quart d’heure. » 

Face à un OL largement favori, BIIK-Kazygurt tentera de croire en une première qualification pour les 1/4 de finale de la Women’s Champions League. Le club phare du football féminin kazakh ne manque pas d’ambition depuis l’arrivé de son président Baurzhan Abdubaitov qui a mis en place un véritable projet avec la construction d’une dizaine de terrains, d’une salle de sport, d’un complexe hôtelier, et d’une académie de football féminin. Depuis 2010, BIIK-Kazygurt a remporté 8 championnats, 5 coupes du Kazakhstan, et commence à se faire connaître sur la scène européenne. 

La saison dernière, les joueuses du Bulgare Kalyan Petkov avaient réussi à atteindre pour la première fois le stade des 1/8 de finale en éliminant les Italiennes de Vérone (3-1, 1-1) avant de faire sortir par le PSG (0-3, 1-4). Bis repetita cette saison avec une passage in extremis face à Glasgow City (3-0, 1-4). BIIK-Kazygurt réussit surtout des résultats encourageants à domicile, notamment face au Francfort de Marozsan (2-2) et au FC Barcelone (1-1) ces dernières saisons. Une équipe qui possèdent de nombreuses internationales kazakhes mais aussi des joueuses venant des États-Unis, du Nigeria, du Cameroun, de Guinée Équatoriale, d’Ukraine, et de Russie. Sans oublier la petite buteuse géorgienne Gulnara Gabelia. 

Pour les Lyonnaises, le piège se situe aussi sur l’horaire inhabituel du match, 12h00 heure locale soit 7h00 heure française : « Sur l’entraînement de veille de match, ça s’est plutôt bien passé, explique malgré tout Reynald Pedros. La bonne nouvelle est qu’on aura un grand soleil. Après, le terrain est assez large mais pas très long et il est surtout très sec. J’espère qu’il sera arrosé avant le match. Ça sera à nous de nous adapter. »

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte