Masculins / OL - Everton

OL - Everton : Deux clubs aux destins croisés à l’approche de retrouvailles décisives

Publié le 31 octobre 2017 à 08:30:00
Contrairement au match aller où les deux équipes traversaient une même période de turbulences, l’OL est parvenu à se redresser grâce à sa victoire sur la pelouse d’un Everton qui s’est enlisé dans la crise.

LE TOURNANT À L’ALLER

Et si le match aller entre l’OL et Everton était le moment charnière de la saison lyonnaise ? Quelques jours seulement avant leur traversée de la Manche dans l’optique de rallier Liverpool et le Goodison Park, les hommes de Bruno Genesio avait mis un terme à une série de 5 matches sans victoire en venant à bout de Monaco (3-2) au forceps, dans le temps additionnel, après avoir été rejoints deux fois au score. Un soupçon de confiance retrouvé avant un déplacement en Angleterre qui allait effacer définitivement les doutes restants. Face aux Toffees (1-2), les Gones livraient une prestation pleine malgré la pression du résultat : séduisants dans le jeu, dangereux à chaque offensive, solides défensivement et mentalement. « Un match abouti qui doit servir de référence pour la suite », expliquait Jérémy Berthod, consultant d’OLTV, au coup de sifflet final. Depuis, les Olympiens ont confirmé leur renouveau en battant Troyes (0-5) puis Metz (2-0) au terme de partitions bien maîtrisées.
Papier OL

DEUX DYNAMIQUES DIFFERENTES

À la peine avant de s’affronter à l’aller, les deux clubs ont depuis connu des fortunes diverses. On l’a vu, l’OL s’est relancé grâce à sa belle prestation livrée en Angleterre et s’est grandement rapproché d’une qualification pour les 1/16 de finale de Ligue Europa. En revanche, du côté d’Everton, les choses ont empiré. Bons derniers du classement, les Toffees sont au pied du mur et devront obtenir un résultat au Groupama Stadium pour avoir encore une chance d’aller plus loin dans cette compétition. Mais la défaite face à l’OL a laissé des traces dans les rangs britanniques, qui ont concédé trois autres défaites par la suite : un carton face à Arsenal (2-5), une élimination en Carabao Cup contre Chelsea (2-1) et un revers sur la pelouse de Leicester (2-0). Lanterne rouge sur la scène européenne et premier relégable en championnat, Everton est en train de sombré dans une spirale négative au moment de rallier la capitale des Gaules.

DU REMUE-MENAGE CÔTE ANGLAIS

Preuve de la crise que traversent les Toffees, Ronald Koeman, qui dirigeait les troupes liverpuldiennes lors de l’affrontement face aux Lyonnais, a été licencié quelques jours après, au sortir de la déculottée subies face aux Gunners d’Arsenal. L’intérim est momentanément assuré par David Unsworth, qui s’occupait jusque-là de la réserve d’Everton, et qui dirige le groupe professionnel depuis 2 matches. Sous sa coupe, le onze de départ des Blues a été très légèrement remanié : seul Gilfy Sigurdsson est sorti du onze, remplacé par Aaron Lennon. De même, il a momentanément changé de système en passant au 4-3-3 en Coupe de la Ligue anglaise, avant de revenir au 4-2-3-1 de son prédécesseur. De prime abord, ces modifications ne semblent pas forcément bénéfiques puisqu’Everton s’est à chaque fois incliné.

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte