Academy / Académie

Les acteurs de la Youth League : Gaëtan Perrin

Publié le 23 janvier 2016 à 13:34:00
Découvrez chaque semaine le portrait d'un des joueurs qui s'illustrent sur la scène européenne. Zoom sur le meilleur buteur olympien avec 4 buts, Gaëtan Perrin, qui vient tout juste de signer son premier contrat pro. Épisode 1.

Mon parcours

« Je m’appelle Gaëtan Perrin. J’ai 19 ans. Je suis arrivé à l’OL à 8 ans, en poussin 2ème année. C’est ma 11ème année ici. J’ai commencé le foot à 4 ans à Saint-Quentin-Fallavier vers Bourgoin. Ce sont de superbes souvenirs, notamment les tournois. J’ai été repéré par l’OL lors d’un match contre eux. On était 2èmes derrière eux mais on avait pris une bonne claque 9 à 2. J’avais fait un bon match avec 2 buts. Je me suis fait remarquer. L’OL m’a proposé de faire un entraînement et ils m’ont fait signer la saison d’après. Je ne m’étais pas pris la tête. Ça s’était bien passé. Quand je suis arrivé, Aldo Kalulu était venu me voir, il m’avait mis à l’aise tout de suite. J’ai beaucoup de bons souvenirs quand on était petits avec lui, Dylan Mboumbouni, Maxime D’arpino. On s’était bien entendus et on est encore ensemble 11 ans plus tard. »


Le dossier de… Aldo Kalulu

J’ai mis du temps à choisir, il y en a tellement… On devait avoir 7 ou 8 ans, pas plus. Gaëtan Perrin nous avait invités, moi et Maxime (D’Arpino) un week-end à Saint-Quentin-Fallavier là où il habitait. Le samedi soir, il y avait la fête du village. On y était allés et on s’était rendus compte qu’il était vraiment la star du village. On avait été choqués. Toutes les filles lui couraient après et il était tout timide.


Mes caractéristiques sur le terrain

« J’ai toujours été milieu droit mais cette saison je joue plus en 9. C’est un poste que j’apprécie bien. Je suis polyvalent sur tous les postes devant. Je suis plutôt dans la percussion, les duels, le dribble. J’aime beaucoup ça, c’est mon style de jeu. Je dois encore travailler devant la cage, l’efficacité. »

Une saison en crescendo

« Je suis monté en puissance. Je ne jouais pas beaucoup. J’avais du mal à m’imposer dans le milieu en losange. Puis j’ai joué en 9 pour mon premier match de Youth League. C’est un moment charnière de ma saison, ça a été un coup de booster, même un déclic. Ça m’a mis en confiance à ce poste. J’ai aussi joué en CFA. Je me sentais de mieux en mieux jusqu’au moment où j’ai été dans le groupe Pro contre Tours. »

Mon entrée dans le monde Pro

« C’est une bonne expérience. Je donnais le meilleur de moi-même lors des entraînements avec les Pros. Avec le nombre de blessés, il y avait de la place à prendre. Quand j’ai eu la chance d’être convoqué… ça fait quelque chose. Ça donne des frissons d’être sur le banc. C’était un rêve, devenu un objectif, que j’atteignais. Mais ce n’est que le début, il faut enchaîner, rester en haut. On apprend au quotidien au contact des Pros. On se rend compte de la rigueur sur et en dehors des terrains, qu’il faut venir plus tôt, avoir une bonne hygiène de vie, être sérieux dans le travail invisible… C’est une autre exigence. »

Mes ambitions

« Il faut continuer à travailler tours les jours pour encore progresser et être régulier. C’est le plus dur. Je repars après la trêve avec plein d’ambition, d’envie. La signature de ton premier contrat pro ? Un grand moment pour moi et ma famille. C’est la récompense de 11 ans de boulot, pas toujours simple. C’est un grand honneur. Je suis heureux. »

La Youth League

« C’est intéressant et différent. Ça permet de découvrir autre chose. Ca me rappelle les tournois internationaux en jeunes. On se mesure à des équipes au top dans leur pays. On découvre d’autres cultures. Ce sont des belles affiches. Ça s’est bien passé sur le plan personnel et collectif. On a un beau 8ème à jouer. On a tous envie d’aller le plus loin possible, de profiter au maximum ».

Souvenirs, souvenirs

« Le meilleur ? Il y en a quelques-uns, notamment quand on était petits. Mais il y a cette victoire contre Saint-Etienne la saison passée en Gambardella à Gerland. Le scénario et le final étaient fous. C’est une victoire à l’arrachée aux tirs au but, devant beaucoup de supporters et dans un derby ! C’est quelque chose ! Le groupe était soudé. C’est un souvenir marquant. Le moins bon ? La finale de Gambardella. Ça m’avait vraiment touché. C’était une grosse déception après tant d’efforts. Mais je sais que ce moment me fera grandir. »

GROUPAMA et CLAIREFONTAINE partenaires officiels de l’Académie OL.
Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte