Masculins / OL - Troyes

Et que la lumière soit !

Publié le 08 janvier 2016 à 20:00:00
L’OL fait ses premiers pas dans son nouveau stade en recevant l’ESTAC, lanterne rouge sans victoire et quasiment déjà condamné, à moins d’un miracle, à la relégation...

Une nouvelle année, un stade flambant neuf, un entraîneur tout juste nommé... Tous ces facteurs devraient éloigner la morosité qui avait accompagné les six dernières sorties en championnat du septuple champion de France, d’autant que l’infirmerie se vide petit à petit de quelques membres importants. L’entrée dans le nouveau stade était attendue avec impatience, gourmandise. Il est désormais à disposition pour écrire la suite des aventures olympiennes et porter ses joueurs vers plus de hauteur. Bruno Genesio a troqué son costume d’adjoint  pour  celui de patron. Il est en mission pour redresser la barre et coller aux objectifs assignés. Il a débuté victorieusement en Coupe de France face à de modestes Limougeauds. Mais la manière a éclairé les visages de toute la troupe lyonnaise. Un bon point.

Reste à passer la vitesse supérieure dans ce mois de janvier corsé avec un derby en terres stéphanoises, un ¼ de finale de Coupe de la Ligue au Parc des Princes, la venue de l’OM... L’OL est ambitieux dans les Coupes Nationales dans lesquelles il y a toujours plus d’incertitudes qu’en championnat. Ce championnat où les partenaires de Clément Grenier sont à l’arrêt, ou presque, depuis 6 journées. Un point (nul à Nantes) pour 5 défaites ! Du coup, ils ont rétrogradé au classement sans être toutefois largués en points par rapport aux Monégasques dauphins des Parisiens. 6 points seulement à effacer, c’est conséquent sans être rédhibitoire. L’OL peut remonter aussi vite qu’il est descendu... surtout en récupérant tous ses blessés.


La victoire est indispensable pour bien débuter l’aventure du nouveau stade et surtout pour se relancer. Rien de mieux que de se mettre dans une bonne dynamique pour chasser les doutes nés des dernières prestations en L1

 


L’ESTAC est vraiment au plus mal : 8 points, aucun succès... attaque et défense en berne, et déjà 13 longueurs de retard sur le premier non relégable. On ne connait pas la mission confiée à l’entraineur Robin qui a remplacé Furlan, mais cela semblerait utopique d’y adjoindre le mot maintien.  Certes, l’ESTAC ne perd plus : 3 nuls en championnat et une qualification en Coupe de France... signes évidents d’un mieux. Quasi condamnée cette équipe troyenne doit jouer libérée. N’ayant plus rien à perdre, cela peut l’aider et la rendre dangereuse. Elle sera privée samedi de Darbion, suspendu.

Alex Lacazette n’était pas présent à Poitiers comme Ferri (suspendu), Valbuena, Fekir, Fofana, Rafael... Jordan Ferri sera de retour. Cela devrait être aussi le cas du buteur lyonnais. Organisée en 4-3-3 face aux Limougeauds, Bruno Genesio modifiera-t-il son schéma pour revenir à un 4-4-2 en losange ? Il a parlé des deux animations lors de sa prise de fonction... et peut passer de l’une à l’autre en cours de match.

La victoire est indispensable pour bien débuter l’aventure du nouveau stade et surtout pour se relancer. Rien de mieux que de se mettre dans une bonne dynamique pour chasser les doutes nés des dernières prestations en L1. L’OL, en pleine lumière de l’actualité, est donc attendu au tournant. Personne ne comprendrait un accroc samedi même si la particularité de ces 90 minutes ne peut être occultée.

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte