Masculins / Bilan

Rétro : le fait marquant

Publié le 25 décembre 2015 à 12:07:00
Le poids des blessures, le dernier match à Gerland ou le triplé de Lacazette dans le derby… les twittos du compte de l’OL ont voté pour le fait le plus marquant de la première partie de saison.

43%. Maudites blessures

Quel aurait été le visage de ce début de saison sans les nombreuses absences ? Certainement moins grimaçant. Les blessures ont malheureusement rythmé le quotidien de Tola Vologe depuis la reprise cet été. En pleine période de préparation, Grenier se pète à un muscle du quadriceps contre Arsenal. Quatre mois d’absence. Un gros mois plus tard, Fekir s’écroule, le maillot des Bleus sur les épaules. Rupture des ligaments croisés du genou. Le premier est revenu. Pour le second, il faut attendre encore un peu. La blessure du génial gaucher, élu espoir de L1 et qui restait sur 4 buts en 2 matchs, a irrémédiablement changé la saison lyonnaise. Celle d’Umtiti, taulier de la défense, depuis début novembre, a aussi handicapé un groupe amoindri. Lors de la dernière sortie de l’année, Bisevac, Fekir, Gorgelin, Kalulu, Jallet, Fofana, Lacazette, Morel, Valbuena, Umtiti manquaient à l’appel. Et Rafael est  sorti après 10 minutes de jeu… maudites blessures.


40%. Alexandre, nouveau roi du derby

Fritz Woehl avait inscrit un triplé pour le premier derby à Gerland. Pour l’ultime 64 ans plus tard, Lacazette l’a rejoint dans l’histoire en l’imitant. Alex est devenu le 4ème joueur à réussir cette performance, s’installant ainsi dans la cour des grands aux côtés de Fritz Woehl (1951), Angel Rambert (1963) et Fleury Di Nallo (1971). A trois reprises, il a fait chavirer un stade qui avait revêtit ses plus beaux habits et donné le ton à une soirée inoubliable. La finesse pour distiller cet amour de ballon piqué par-dessus Ruffier, l’opportunisme pour pousser un ballon et la technique pour effacer le gardien stéphanois. Une performance majuscule à jamais dans les mémoires !


13%. Merci Gerland !

Anciens joueurs et entraîneurs, dirigeants, médias du club, supporters… la famille OL s’est mobilisée comme jamais pour rendre un hommage vibrant, souvent émouvant, à un stade qui l’a accueillie pendant plus de 65 ans. C’est à Gerland que l’histoire s’est écrite, au rythme des défaites, des victoires, des épopées européennes, des sacres sur la scène nationale et entre les pieds des anciennes gloires. Lacombe, Di Nallo, Anderson, Govou, Ninel, Coupet, Cris, Juninho… étaient là contre Angers pour un stade qui les a tant marqués. Les chants entonnés au centre du terrain, un feu d’artifice et un tour d’honneur qui ne les a pas laissés insensibles. De l'émotion, des sourires et quelques larmes au moment de quitter un lieu que beaucoup considérait comme une deuxième maison. La famille OL est en cours de déménagement. C’est au bout d’une folle et inoubliable journée que Jean-Michel Aulas a présenté, à l’Hôtel de Ville, le maillot que les Lyonnais porteront dans leur nouvelle demeure.

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte