Masculins / OL - Angers SCO

Pour que la fête soit belle

Publié le 05 décembre 2015 à 16:00:00
Pour la dernière à Gerland en championnat, l’OL reçoit la surprenante équipe du SCO Angers… une victoire participerait grandement aux nombreuses festivités…

Nantes, mardi soir, le SCO Angers ce samedi à 17h. Un match très particulier avec cette résonnance historique. Ces 90 minutes sont aussi la fête de Gerland que le club olympien va quitter pour s’installer dans son nouveau stade. Un dernier rendez-vous en championnat 65 ans après ses premiers pas. Cela ne laisse pas indifférent, mérite une reconnaissance.   
Les coéquipiers de Maxime Gonalons vont jouer devant de nombreux anciens qui ont porté le maillot lyonnais. Des anciens qui ont écrit l’histoire du club à des époques différentes, avec un bonheur plus ou moins inoubliable. Il sera question d’honneur.

Particulier encore. Cela faisait très longtemps en effet que les deux clubs ne s’étaient pas rencontrés à ce niveau (le 11/12/93 : OL 1 SCO 1). Le SCO Angers avait quitté le haut niveau français depuis plusieurs saisons. Un adversaire que l’on n’attendait pas aussi performant. Très souvent sur le podium ou juste à côté, il devance l’OL d’un point. Un groupe qui vient de tenir en échec le PSG ! Sans grosses pointures, ce collectif entraîné par Stéphane Moulin surprend par sa solidité défensive (10 matches sans prendre de but), sa valeur athlétique, son organisation… Les copains de Butelle, Ndoye, Mangani, Sunu… présentent un bilan étonnant avec notamment 9 petits buts encaissés, des victoires retentissantes comme celle à Marseille…

Largement remanié à Nantes, encore sous le choc de ses dernières prestations, le septuple champion a mis fin sans génie à sa série négative. Un 0 à 0 très souvent ennuyeux. Qu’importe, l’essentiel était d’accrocher quelque chose au tableau d’affichage, de montrer une forme de solidité. Il retrouve son enceinte qu’il avait quittée sous les sifflets après une déconvenue face au MHSC qui avait suivi l’élimination en LDC contre l’AAK Gent. Est-ce trop d’affirmer que cet OL n’a pas le choix samedi ? Un minimum d’exigence est requis. Même privé de nombreux cadres, le groupe olympien a le devoir de montrer un tout autre visage que celui de ses derniers matches. Qu’il s’inspire en termes d’engagement, de solidité… de ce qu’il a fait face aux Verts. En sachant que tout ne peut pas être parfait en repartant d’aussi bas. Mais une chose est sûre, il faut accrocher, avec ou sans la manière, les trois points de la victoire.

A Nantes, Hubert Fournier était privé d’éléments en soins (Lopes, Valbuena), suspendu (Yanga-Mbiwa), blessés (Umtiti, Fékir, Jallet…) ou en reprise (Grenier). Il avait aussi fait le choix de laisser Bisevac, Cornet… à Lyon, de mettre Tolisso sur le banc. Morel a rendu une copie propre dans l’axe de la défense lyonnaise… Koné a fait son retour… L’entraîneur olympien va-t-il poursuivre dans la même direction pour articuler sa défense ?  Yanga-Mbiwa est toujours suspendu… Rafaël est sorti sur blessure mardi soir… Pour le reste, Valbuena devrait être apte comme Anthony Lopes bien suppléé par Mathieu Gorgelin à Nantes. Clément Grenier est dans les 19… Et Beauvue n'est pas dans le groupe...

Des incertitudes, des choix à faire pour bonifier ce point pris dans la fébrilité en déplacement. Les interrogations subsistent tant l’OL n’a pas encore montré cette saison de la continuité dans ses résultats et la manière. Même si cela risque d’être compliqué face à une équipe hermétique, cela n’empêche pas d’être à la hauteur de cette dernière à Gerland sous les yeux du Petit Prince, Yves, Nanard, Sonny, Greg, Cris, Sid, Nino, Vikash, Juni… et tant d’autres grands anciens.

"C’est une obligation de gagner ce samedi…"
Les mots du président Jean-Michel Aulas en quittant Nantes mardi soir.

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte