Masculins / OL - MHSC

« On a un esprit revanchard »

Publié le 27 novembre 2015 à 08:01:00
Jonas Martin a hâte d’en découdre vendredi à Gerland. Le milieu de terrain de 25 ans est porté par la détermination d’effacer les deux gifles lyonnaises de la saison passée mais aussi de confirmer le regain de forme après un début de saison complètement raté.

Dans quel état d’esprit est votre équipe actuellement ?
« On est beaucoup mieux dans les têtes. On a retrouvé de la confiance et de la sérénité. On est aussi plus constants dans nos performances, c’était important. On a hâte d’être vendredi soir pour se tester. On est revanchards par rapport à notre début de saison. On veut confirmer nos progrès.

Comment expliquer ce retournement de situation ?
C’est un ensemble de choses. On ne s’attendait pas à réaliser un tel début de saison. On n’était pas préparés à ça. C’est compliqué à vivre. Le premier match perdu contre Angers a fait beaucoup de mal. Il y a eu aussi de la malchance pendant nos matchs. Ça ne voulait pas tourner dans le bon sens. On s’est beaucoup parlé. On voulait montrer un autre état d’esprit. Il y avait eu du relâchement. On s’est dit les choses et ça nous a fait beaucoup de bien.

Est-ce qu’il y a eu de l’inquiétude, des doutes ?
On lit les journaux et on voit les statistiques. Aucune équipe ne s’était maintenue avec un point après 7 journées. On était obligés de douter. Ce manque de confiance se voyait dans nos matchs. Tout était tiré par les cheveux. Mais enchaîner quelques bons résultats nous a permis d’avoir plus de confiance en nous et de retrouver la qualité de notre jeu qu’on avait la saison passée.

Il y avait de l’ambition. Mais après notre début de saison raté, le maintien était dans toutes les têtes. C’est une transition très compliquée. On n’était pas préparés à vivre ça.

Quelles étaient les ambitions avant de commencer la saison ? Ont-elles changé depuis ?
Oui. Les objectifs ont été revus à la baisse. Avant de commencer le championnat, on voulait faire aussi bien, voire mieux que la saison passée. On avait fini à la 7ème place. On savait qu’une 6ème place pouvait être qualificative pour la Ligue Europa. Il y avait cette ambition. Mais après notre début de saison raté, le maintien était dans toutes les têtes. C’est une transition très compliquée. On n’était pas préparés à vivre ça. On souhaite faire une série pour remonter au classement et obtenir le maintien le plus vite possible. Il faudra un état d’esprit irréprochable.

Qu’est-ce que le retour de Morgane Sanson peut vous apporter ?
C’est un super joueur. Il a manqué en début de saison. On est tous contents de le retrouver sur les terrains. Morgane a des bonnes sensations à l’entraînement. C’est prometteur. C’était une force qui nous manquait par rapport à la saison passée. Il va nous amener sa technique, sa vivacité, ses dribbles, sa capacité à aller de l’avant. C’est un joueur complet. Il est un niveau au-dessus. Son retour va nous faire du bien.

Vous avez vu des joueurs montpelliérains de votre génération partir à l’étranger, vous n’avez jamais été tenté ?
Quand on est un joueur professionnel, on aspire forcément à partir à l’étranger pour découvrir un autre championnat, une autre culture. C’est normal. Mais j’ai aussi vu des amis comme Rémy Cabella et Benjamin Stambouli ne pas réussir comme ils l’auraient voulu à l’étranger. Ce sont des expériences qui font réfléchir. Je ne voulais pas partir pour partir. Une saison blanche à notre âge, c’est compliqué. Le plus important, c’est d’avoir du temps de jeu. Mais jouer dans un autre championnat reste un objectif à moyen ou à long terme… Il y a eu quelques contacts durant le mercato estival. J’avais très vite affiché la couleur. Je voulais rester à Montpellier pour une saison de plus. Je veux confirmer la saison que j’ai faite l’année dernière. Je veux partir avec un bagage plus complet et avec plus d’expérience. C’est important pour réussir un départ et mettre toutes les chances de son côté.

Vous êtes plus décisif, y a-t-il une volonté de gonfler vos statistiques personnelles ?
Oui, c’est un objectif que je me suis fixé avant de démarrer la saison. Quand on fait le bilan d’une saison, ce sont les chiffres qui parlent le plus. Il faut être décisif, que ce soit en termes de buts ou de passes décisives. De bonnes statistiques, ça attire les regards. Faire des bons matchs, c’est bien. Etre décisif, c’est mieux.

Etait-ce important de se stabiliser à ce poste de relayeur ?
C’était très important pour moi. Quand j’étais trimballé un peu partout sur le terrain, c’était plus compliqué de trouver mes repères dans le jeu. J’ai joué à d’autres postes mais c’est pour le bien de l’équipe. Il faut savoir penser collectif. Je voulais avoir un poste fixe. On peut mieux analyser ses performances. C’est beaucoup plus intéressant et plus facile pour progresser. J’ai discuté avec le coach sur ma volonté de me stabiliser en tant que relayeur. Il a entendu ma demande. Relayeur, je pense que c’est le rôle dans lequel je peux apporter le plus et où je me sens le plus à l’aise.

Quel regard portez-vous sur l’OL de cette saison ?
C’est une très bonne équipe avec un bel effectif et des superbes individualités. Je regarde beaucoup de matchs de l’OL. Le danger peut venir de tous les côtés. On va essayer de contenir les attaques lyonnaises. Il faudra faire un gros match.

Est-ce qu’on pense aux deux claques de la saison passée (deux fois 5-1) lors de la préparation de ce match ?
Le mieux est de ne pas trop y penser. Mais inconsciemment, c’est compliqué de ne pas le faire. Quand on va arriver à Gerland, on aura en tête ces deux fessées. On aura un esprit revanchard. On va travailler à la vidéo pour ne pas reproduire les erreurs faites la saison passée. On va à Lyon avec de la confiance. J’ai hâte de jouer ce match ».

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte