Masculins / Derby

"J'en connais l'importance"

Publié le 07 novembre 2015 à 10:00:00
Mathieu Valbuena devrait disputer son premier derby dimanche soir… Lui qui a connu le Classico va découvrir ce match particulier… Il juge aussi son début de saison et parle de ses attentes avec l’OL…

A 31 ans le natif de Bruges a du vécu. Dans le monde du ballon rond, a quasiment tout connu. Centre de formation, détours par le monde amateur avant l’OM (331 matches, 38 buts, 50 passes décisives ; un titre de Champion, 3 Coupes de la Ligue, 1 Trophée des Champions), le Dynamo Moscou  (40 matches, 6 buts et 17 passes décisives) puis l’OL depuis le mois d’août (13 matches, 1 but et 3 passes décisives avant la venue du Zénith) avec évidemment le maillot bleu (52 sélections, 8 buts et 16 passes décisives).

Mathieu comment juges-tu tes trois premiers mois lyonnais ?
« J’avais repris très tôt avec le Dynamo, le 28 juin. Je n’ai pas eu trop de vacances. Je retrouve petit à petit la forme. Je me sens de mieux en mieux. Pour un début, c’est correct. Je sais que je peux faire plus, que je dois être plus décisif, apporter plus à l’équipe. Mais il a fallu s’adapter à un nouvel environnement, un nouveau système de jeu. Tout le monde m’a mis à l’aise. C’était important. Il y a de bons gars dans ce groupe ».

As-tu des objectifs ?
« Il y a beaucoup d’objectifs collectifs à l’OL et j’aimerais réussir comme à l’OM où on avait remporté des titres. Oui je veux en gagner d’autres. Je n’oublie pas que je suis aussi « pris » par l’Equipe de France. Tout ceci demande un équilibre, une hygiène de vie, des sacrifices. La récupération est importante. Mais cela vaut le coup. Et je ne lâche jamais rien. Je n’ai jamais eu les choses dans la facilité. Cela m’a renforçé mentalement et m’a aidé à repousser mes limites de plus en plus loin. J’ai envie de prendre encore longtemps du plaisir. J’ai 31 ans, mais je ne suis ni jeune, ni vieux… Sur le terrain, je ne me ménage pas. C’est un des critères qui m’a permis de réussir. Et je n’ai pas envie de changer ».

Venons-en au Derby. Le connaissais-tu ?
« Oui. Je connais la rivalité entre ces deux clubs de deux villes très proches l’une de l’autre. J’ai vu des derbies à la télé. C’est un match particulier, spécial pour les deux équipes, pour les supporters. Il y a une grosse attente. Dans ce genre de match, il y a une intensité supérieure. Quand je suis arrivé à l’OL, on m’a fait savoir l’importance de ce rendez-vous ».


Des souvenirs de Derbies dans ta carrière ?
« En France, on va plus parler du Classico. Ce n’était pas un vrai derby, mais c’était quelque chose de très particulier. Il y avait une passion grave avec cette rivalité sportive et entre les supporters. C’était très chaud. J’aime bien ce genre de match. Cela te pousse à te dépasser. Les supporters attendent ce genre de match. Ils viennent pendant la semaine aux entraînements… Le contexte est plaisant après il ne faut pas que cela déborde. Un Classico, un derby, cela passe par l’état d’esprit, l’engagement, le don de soi… Il faut ces ingrédients pour envisager la victoire. Oui des tripes et du cœur font souvent la différence. Mis à part le Classico, il y avait les OM – OGCN…En Russie, Dynamo contre Spartak, c’était assez particulier ».

Penses-tu qu’il faille marquer pour entrer dans l’Histoire du Derby ?
«Il faut d’abord penser au collectif. La victoire est plus importante qu’un but, une passe décisive. Après évidemment, si tu es décisif, ce n’est pas mal. Ce match de dimanche soir, c’est un Derby mais il a aussi une importance pour le classement. Les deux équipes ont le même nombre de points. Une victoire serait aussi positive pour  notre dynamique après nos succès face au TFC et à Troyes… ».

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte