Masculins / OL - TFC

« C’était nécessaire de s’aérer la tête »

Publié le 11 janvier 2015 à 08:00:00
Etienne Didot vit son septième hiver sur les bords de la Garonne. Le joueur de 31 ans s’attend à un déplacement périlleux entre Rhône et Saône. Il croit cependant que l’obstacle n’est pas infranchissable.

La trêve et les vacances ont-elles été importantes ?
« C’est toujours important de bien se reposer, de penser un peu à autre chose surtout lorsque l’on est sur une série très moyenne comme c’est le cas depuis les 10 premières journées. On avait bien commencé le championnat puis on s’est écroulés. C’était nécessaire de s’aérer la tête après un début de saison compliqué. Mais le match de Coupe de France perdu à Bordeaux montre qu’on a encore beaucoup de travail.

Quels étaient les objectifs du TFC au début de saison ? Ont-ils changé ?
L’objectif du début de saison était de faire mieux que la saison passée, une 9ème position, et de se rapprocher du premier tiers du classement. Vue la spirale négative du moment, l’objectif clair est désormais le maintien, prendre des points pour être tranquille ensuite. On est en difficulté.

Je n’ai pas de rôle déterminé ou spécial. C’est dans ma nature de m’exprimer quand j’en ressens le besoin et la nécessité. Je ne le fais pas tout le temps(...) Il lui faut des joueurs d’expérience, qui ont du vécu dans le club

Doumbia, Akpa Apro, Sylla, Yago partis à la CAN…comment gérer l’absence simultanée d’autant de joueurs importants de l’effectif ?
Le club a anticipé tous ces départs. On a des joueurs qui sont capables de les remplacer. Mais, c’est certain que l’on perd des joueurs importants de notre effectif, des joueurs qui avaient l’habitude de jouer et d’être titulaires. Ceux qui avaient moins de temps de jeu vont avoir l’opportunité de se montrer pour prendre le relais.

Comment voyez-vous la suite de votre carrière ?
Je suis en contrat au TFC jusqu’en 2017. Si j’ai prolongé de deux saisons, c’est que je souhaite poursuivre mon aventure à Toulouse. A la fin de ce contrat, j’aurai 34 ans…je ne serai pas loin de la fin de ma carrière.

Alain Casanova vous a qualifié de « relais indispensable »… quel est ce rôle plus précisément ?
Je n’ai pas de rôle déterminé ou spécial. C’est dans ma nature de m’exprimer quand j’en ressens le besoin et la nécessité. Je ne le fais pas tout le temps. Mais je comprends ce qu’a voulu dire le coach. Il lui faut des joueurs d’expérience, qui ont du vécu dans le club, puisqu’il y a beaucoup de jeunes joueurs ou d’étrangers. Je sais ce que le club a fait pour moi. Je suis au club depuis longtemps donc c’est normal.

Est-ce que vous pensez que la donne a beaucoup changé depuis votre victoire au Stadium à l’aller ?
C’était lors de la 2ème journée. On sortait d’un mauvais match à Nice. On voulait tout de suite relever la tête pour éviter que ça devienne vite compliqué. On l’a fait en gagnant contre l’OL. Aujourd’hui, on est un peu dans la même situation. On reste sur une mauvaise série et on veut essayer d’en sortir. C’est surtout du côté de Lyon que tout a changé. Les Lyonnais sont dans une superbe dynamique. Ils ont trouvé leur rythme de croisière, grâce à de jeunes joueurs talentueux qui s’affirment et des plus anciens qui confirment. C’est une belle équipe.

Est-ce qu’il y aura un plan anti Fekir – Lacazette ?
Non il n’y aura pas de plan particulier. On n’a pas l’habitude de le faire, même pour les grands joueurs. L’important est de se concentrer sur notre performance. Mais Lacazette et Fekir sont deux très bons joueurs. Ils explosent cette saison. A nous d’être concentré, bien en place pour leur laisser le moins d’espaces possibles. Le seul plan est d’être à 120%. Si ce n’est pas le cas, ça risque d’être compliqué…

Aucun succès du TFC à Lyon depuis 1966, un OL invincible à domicile…est-ce que toutes ces données occupent les têtes au moment de se présenter à Gerland ?
Je n’étais pas au courant de cette statistique…Ça peut être une source de motivation supplémentaire. En plus, on a pris l’habitude de stopper les longues séries négatives qui nous concernent. C’est arrivé plusieurs fois depuis quelques temps. Quand on restait sur une série négative quelque part, on allait gagner là-bas…Les belles séries sont toujours faites pour être stoppées. Espérons qu’on arrive à le faire dimanche après-midi. On va tout faire pour.

On va s’appuyer sur le collectif. Nous n’avons pas les individualités que peuvent avoir les Lyonnais. C’est évident sur le papier.  Lors de ce match, on doit être ensemble, solidaires, costauds.

Sur quelles certitudes, forces pouvez-vous vous appuyer pour dimanche ?
C’est l’état d’esprit avant tout. On va s’appuyer sur le collectif. Nous n’avons pas les individualités que peuvent avoir les Lyonnais. C’est évident sur le papier. Lors de ce match, on doit être ensemble, solidaires, costauds. Il faut s’appuyer sur ces valeurs si on veut faire quelque chose dimanche.

Ami et ancien coéquipier de Yoann Gourcuff, quel regard portez-vous sur sa situation actuelle ?
C’est dommage…Je suis déçu de sa situation des dernières années. A chaque fois qu’il est bien physiquement, qu’il joue, il est très bon. Il apporte à l’équipe. Tout le monde connaît son talent, son potentiel. C’est un superbe joueur. Mais, il n’arrive pas à enchaîner. Je suis triste pour lui. On échange par messages de temps en temps. Ça fait mal de le voir comme ça. J’espère qu’il va vite retrouver le bonheur d’être sur le terrain. »

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte