Masculins / OL - TFC

« J’analyse plus rapidement»

Publié le 10 janvier 2015 à 08:05:00
Alex Lacazette enchaîne les buts… les prestations de qualité… Il tire le groupe lyonnais vers le haut… Tour d’horizon personnel avec le Monsieur Plus de l’OL avant la réception du TFC…

Un chiffre symbolise plus que tous les discours l’importance d’Alex dans les résultats du septuple champion de France : il est impliqué directement (buts 20 et passes décisives 6) et indirectement (5) dans 59,6% des 52 buts de la saison. Il a inscrit 20 buts en 81 tirs dont 47 cadrés. Au regard de ses chiffres précédents (22 buts en 131 tirs, 4 en 38, 10 en 54…), les progrès sont évidents. Des explications ? « Je suis plus réaliste. J’ai bien travaillé et donc progressé. Il y a eu les conseils du staff. J’ai aussi emmagasiné de l’expérience. J’ai moins de stress face au but. J’analyse plus rapidement. J’ai plus de sang-froid. Cette réussite est un tout ».  Des efforts visibles et invisibles. « Je travaille beaucoup avec Dimitri (Farbos) et Antonin (Da Fonseca), les préparateurs physiques. Je reviens parfois l’après-midi pour bosser avec eux. Avec mon gabarit, je dois le faire pour être plus costaud notamment dans les duels. Je travaille le haut du corps. Et j’ai appris  à aimer à le faire ».

Fond d'écran Alexandre LacazetteTéléchargez le fond d'écran Alexandre Lacazette

Tout semble « désormais facile » pour le numéro 10 olympien qui avoue ne pas douter et aussi son obsession. « Quand je ne marque pas pendant plusieurs matches de rang, je ne me prends pas la tête. J’ai connu cette situation et je sais que je vais marquer de nouveau. Marquer ? C’est quand même une obsession. Marquer, c’est mon rôle premier. Quand je ne marque pas et que l’on gagne, le plus important, j’ai un sentiment de travail inachevé ». Et de délivrer une passe décisive ? « Cela fait plaisir car je connais celui de recevoir un bon ballon de la part d’un partenaire. Après, je ne tiens compte que des passes où mon coéquipier n’a plus qu’à tirer… ». L’égoïsme attribut du buteur ? « Je pourrais l’être un peu plus, mais ce n’est pas dans mon tempérament ». Et cette habitude nouvelle de frapper les coups-francs ? « Je le fais parce que Clément (Grenier) et  Yo (Gourcuff) sont absents. Le coach me le demande et j’en ai envie. Après quand ils joueront, je les laisserai faire ».

Arme fatale principale de l’OL, son statut a changé au fil des mois. « J’en ai conscience parce que des cadres sont partis. Je fais partie désormais des cadres de l’équipe ». Et vis-à-vis de ses adversaires ? « Non, je ne l’ai pas senti.  Il n’y a pas de traitement particulier… ». Un statut différent dans le groupe mais un plaisir identique au passé. « Il y a autant de plaisir à jouer que précédemment ». Alex rayonne, affiche ses forces, sa sérénité, affole les statistiques… Il fait parler, attire les regards des autres maisons ambitieuses, argentées… Une première partie de saison taille XXL. Reste un chapitre à améliorer, l’Equipe de France. Il le reconnait. « Je dois faire et montrer plus ; montrer autre chose. Je dois essayer d’être le même qu’à l’OL. C’est à moi de m’adapter au système de jeu, aux joueurs… ». On n’imagine pas qu’il manque les rendez-vous de 2015 pour être présent à l’Euro 2016.

 

En attendant, place au TFC. « Au match aller, on n’avait joué qu’en seconde période et c’était trop tard. J’espère que l’on commencera la rencontre de dimanche dès la première mi-temps ». Et d’enchaîner un quatrième doublé de rang en championnat ? « Ce serait bien de redémarrer le championnat de la même manière, voire en faisant mieux ! Mais l’essentiel, c’est de gagner ».

Comment terminer ce tour d’horizon sans aborder le sujet de ses ambitions chiffrées. « J’ai un objectif de buts dans ma tête, mais je n’en parlerai pas (rappelons des records du club sur une saison : Nestor Combin 42 buts en 1963-64 suivi de Sonny Anderson, Lacombe et Benzema 31, André Guy 30, Fleury Di Nallo 29… et que trois joueurs ont été sacrés meilleurs buteurs de L1 : Guy 25, Anderson avec 23 et 22, Benzema 20). Mais l’objectif collectif passe avant l’objectif individuel. Il faut d’abord se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions. Après, si je peux terminer meilleur buteur du championnat, ce serait la cerise sur le gâteau ».

Il semble loin le temps où des questions se posaient sur le véritable avenir de ce joueur que Bernard Lacombe comparait pourtant à Sylvain Wiltord. Il sortait d’une saison à quatre buts… Il donnait l’impression de ne pas en faire assez… Thierry Henry, lors du dernier séjour américain de l’OL (juillet 2013) y était allé, semble-t-il, de quelques conseils précieux après ses premières apparitions manquées avec les Bleus. Et tout bascula avec aussi ce passage dans l’axe qu’il attendait certainement. Alex est entré dans une autre dimension. A lui de faire fructifier à court terme ses 58 buts inscrits sous le maillot de son club formateur… et de l’aider dans ses ambitions affichées.

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte