Masculins / OL - Caen

« Un petit pincement au cœur »

Publié le 12 décembre 2014 à 10:31:00
Il a été le dernier « Grand ancien » à quitter Lyon. Rémy Vercoutre, de par son charisme, son caractère, son talent aussi, a co-écrit les plus belles pages de l’histoire du club.

Comment se passe votre début d’aventure avec Caen ?
« Humainement, ça se passe vraiment très bien. C’est une superbe aventure. Sportivement, c’est un peu plus compliqué. Mais pour une première année après notre retour en Ligue 1, on s’attendait évidemment à que ce soit compliqué, que ce soit tendu. Donc, on n’est pas surpris de ce qu’il se passe. Il faut juste continuer à travailler pour atteindre notre objectif fixé en début de saison, le maintien. C’est le plus important. On s’accroche.

Vos matchs ne se jouent pas à grand-chose mais tournent souvent en votre défaveur… qu’est-ce qu’il vous manque pour ne pas perdre, prendre plus de points ?
Oui, c’est vrai que ça ne se joue pas à grand-chose. On est une équipe qui n’aime pas fermer le jeu et qui ne le fait pas. Caen est une équipe qui aime attaquer, marquer des buts, faire du jeu. On essaie toujours de proposer un football plutôt sympathique, plaisant à voir et à jouer. Mais cette philosophie nous pose aussi quelques soucis dans certains moments car même lorsqu’on tient un résultat, on ne sait pas fermer le score. On est une équipe qui est jeune et qui manque donc de maturité dans ces situations. Mais, on est dans le vrai. Il faut continuer dans ce sens. On bosse pour changer les choses qui ne vont pas. J’ai confiance de voir des jours meilleurs dans le futur.



Changement de statut personnel, d’ambition collective… est-ce que cela influe dans la manière de préparer et d’aborder les matchs ?
Je suis forcément plus sollicité lorsque je joue à Caen que lorsque je le faisais avec Lyon. Ce n’est pas une surprise. Je le savais en venant ici. On est une équipe qui est en train de manger son pain noir actuellement. Je pense que l’on va bien revenir et on le fera grâce à nos qualités. Je fais partie du contexte de l’équipe. Même si je suis gardien, je ne suis pas à part. Je suis pleinement intégré à ce que le groupe fait. Les préparations de matchs sont les mêmes, peu importe le classement du club.

Quel regard portez-vous sur l’OL version 2014-15 ?
Les Lyonnais ont connu un début de saison difficile, notamment à cause des blessures. Puis, les blessés sont revenus progressivement. L’entraîneur, Hubert Fournier, a aussi pris ses marques par rapport à son nouvel environnement. Maintenant, l’équipe tourne à plein régime, notamment à domicile. Il y a beaucoup de qualité dans cette équipe. Sa colonne vertébrale est très solide. C’est beau à voir jouer. C’est une des meilleures équipes du championnat par rapport à ce qu’ils produisent depuis plusieurs semaines.

Quels joueurs lyonnais vous ont le plus impressionné depuis le début de saison par rapport à ce que vous connaissiez d’eux avant ?
Non, je n’ai pas été particulièrement surpris par la progression des joueurs. Il y a Anthony Lopes qui fait une très bonne première partie de saison. Il répond pleinement aux exigences et aux espoirs que le club avait placés en lui. Alexandre Lacazette ne fait que confirmer le gros potentiel qu’il avait commencé à montrer la saison passée. Il y a aussi l’explosion de Nabil Fekir. Il a beaucoup de talent. Maxime Gonalons est lui encore au-dessus de tout ça. Il est impressionnant. Il y a aussi Christophe Jallet qui a amené son expérience du haut-niveau, mais aussi sa fraîcheur. C’est un mélange de tous ces éléments qui font de l’OL une belle équipe.

L’OL représente 12 ans de ma vie, de ma carrière J’y ai beaucoup de souvenirs. J’ai fait de très belles rencontres dans ce club, que ce soit chez les joueurs, le staff ou dans les différents autres services.

Qu’est-ce que vous ressentez au moment de revenir à Gerland ?
Ça me fait un petit pincement au cœur, forcément. L’OL représente 12 ans de ma vie, de ma carrière (ndlr il a été prêté une saison à Strasbourg en 2004-05). J’y ai beaucoup de souvenirs. J’ai fait de très belles rencontres dans ce club, que ce soit chez les joueurs, le staff ou dans les différents autres services. Je suis content de retrouver cette ambiance, de rejouer à Gerland, ce stade si particulier pour moi.

Est-ce que vous vous souvenez de la dernière fois où vous aviez joué à Gerland avec un autre maillot que celui de l’OL ?
Oui, c’était en 2002. Je jouais à l’époque avec Montpellier. C’est un très bon souvenir pour moi. On avait réussi à faire match nul, 0 à 0, à Lyon. C’était dans un contexte particulier pour nous. On se battait pour le maintien. Ce point du match nul nous avait permis de rester en première division. Par contre, on avait mis un peu du poil à gratter dans le parcours de l’OL puisque les Lyonnais jouaient le titre.

Vous aviez été auteur d’une très grosse prestation…c’est peut-être finalement à ce moment-là que votre histoire avec l’OL a débuté ?
Oui. J’avais réussi à ne pas prendre de but face à l’OL. J’avais attiré le regard de Joël Bats, l’entraîneur des gardiens du club. S’en est suivie cette longue histoire avec le l’OL. Mais, si je peux réaliser la même performance avec Caen vendredi soir, ce serait vraiment très bien. Prendre ces points nous ferait beaucoup de bien. »

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte