Masculins / OL - OM

Paroles d'anciens : Sidney Govou & Mamadou Niang

Publié le 26 octobre 2014 à 08:01:00
Ils ont tous les deux marqué l’histoire des Olympicos de leur empreinte de serial buteurs. Sidney Govou, 5 buts avec l’OL lors de ces affiches, et Mamadou Niang, 7 buts avec l’OM, sont revenus sur ces matchs toujours importants et parfois légendaires.

Une affiche particulière ?

Sidney Govou : « Ce sont toujours de très gros matchs à jouer. Il y a beaucoup d’enjeux lors de cette affiche, peu importe le classement des équipes. C’est un match qui attire beaucoup de monde, que ce soient les médias ou les supporters. Tous ceux qui sont passionnés par le football ont envie de regarder ce genre de matchs. Pour nous les joueurs, c’est aussi un grand plaisir. J’ai adoré participer à cette affiche. Avant le rendez-vous, on a toujours hâte d’y être ».

Mamadou Niang : « Ca a toujours été des gros matchs à jouer. Ce sont des rencontres dures, avec beaucoup d’engagement, beaucoup d’intensité. Ce n’est pas un match comme les autres ».

La même saveur qu’un derby ou classico ?

SG : « Ce n’est pas pareil que le derby. Les matchs contre Saint-Etienne sont encore autre chose, ils sont un cran au-dessus dans l’importance. C’est une rivalité régionale, c’est différent ».

MN : « C’est différent. A l’époque, Lyon était l’équipe à battre, la meilleure. L’OM restait un gros club. Mais dans le Classico contre Paris, il y a encore plus de tension. C’est totalement différent ».

Marquer dans cette affiche ?

SG : « Ce sont des gros matchs où forcément on a envie de jouer et pour nous, les joueurs offensifs, de marquer, d’être décisif, d’être performant. Lorsqu’on marque dans ces matchs, on explose. C’est une adrénaline particulière. On est plus exposé. Tout le monde nous voit ».

MN : « Ça représente beaucoup de marquer dans ce genre de matchs, surtout à l’époque. Lyon était la meilleure équipe française et une des meilleures d’Europe. J’ai beaucoup marqué contre l’OL et presque à chaque fois ça aboutissait sur une victoire ».

Le souvenir d’un but en particulier ?

SG : « Je me souviens de quatre buts contre l’OM, de trois au stade Gerland. Celui qui m’a le plus marqué, c’est l’avant-dernier lorsqu’on gagne 2 à 1 en 2005-06. Je me vois encore mettre cette reprise de volée. J’ai revu les images, je suis devenu complétement fou quand j’ai marqué. C’est un grand plaisir de marquer dans ce genre de match. L’OM m’a bien réussi durant ma carrière mais je n’ai jamais choisi les moments où je marquais…autrement ce serait trop simple. Tant pis pour les Marseillais, tant mieux pour moi ».

MN : « C’est sûrement le doublé lors de notre victoire 2 à 1 en 2007 à Gerland. C’était un match très important pour nous sur le plan comptable. On avait fait un très bon match et on avait été récompensé. C’étaient des buts précieux ».

Le scénario fou du match nul 5-5 du 8 novembre 2009 ?

SG : « Entre deux…A la fin de la rencontre, on était vraiment déçus de se faire rattraper au score. On aurait dû gagner. Avec un peu de recul, on se dit que c’est un scénario unique, qu’on ne revivra sûrement jamais dans une carrière. Plus tard, on prend conscience que ce match est gravé dans les mémoires des joueurs et des supporters ».

MN : « C’est un match très particulier. Les supporters devaient être heureux de voir ça, c’était du très grand spectacle. Nous étions très déçus de ne pas prendre les trois points. On était venus pour gagner. On méritait de l’emporter. Il y avait eu beaucoup de déception. On avait fait trop d’erreurs défensives. Et heureusement qu’on marque à la fin pour égaliser ».

L’Olympico de dimanche ?

SG : « Ce sont tout simplement les deux meilleures équipes depuis le début de la saison, celles qui produisent le plus beau jeu, celles qui sont les plus ambitieuses dans le jeu. Et les résultats actuels de Lyon et de Marseille sont à l’image de cela. Ça sera un gros match entre deux équipes très offensives ».

MN : « Ça va être un match très serré entre deux belles équipes, ce sont probablement les meilleures équipes actuellement, celle qui produisent le plus beau jeu et les plus offensives. On devrait avoir un gros match ».

L’équipe lyonnaise d’aujourd’hui…

SG : « Comme tout le monde…j’ai vu que le début de saison était compliqué avec un mercato difficile et de nombreux blessés. Aujourd’hui, je suis admiratif de ce qui est fait et de la manière dont Lyon est sorti de cette situation délicate du début de saison. Il y a un vrai projet de jeu, il y a de la cohérence. L’équipe joue pour marquer, pour gagner et ça se sent. Je suis admiratif, surtout après un début de saison pas évident. Le retour des blessés a eu beaucoup d’influence sur ce changement ».

MN : « L’OL est une équipe qui joue très bien, qui est efficace devant le but. Les Lyonnais peuvent s’appuyer sur un gros collectif, sur un groupe solidaire, combatif ».

…et celle marseillaise ?

SG : « C’est la grosse surprise du début de saison. Elle partait de l’inconnu. Les joueurs marseillais qui ont beaucoup de talent n’avaient pas répondu présent la saison passée. Comme quoi le football, ça se joue dans les jambes mais surtout dans les têtes. Il y a eu un changement d’entraîneur qui a de nouvelles méthodes de travail. Je ne suis pas dans le vestiaire, mais je pense qu’il y eu surtout un changement d’attitude de la part des joueurs ».

MN : « Il y a beaucoup de qualités dans cette équipe, avec un bon entraîneur qui maîtrise bien la situation. L’OM joue très regroupé mais a une grosse faculté d’aller de l’avant. L’équipe est équilibrée. J’espère que ça va durer. C’est une équipe qui mérite de jouer tous les ans la Ligue des Champions. Je pense qu’ils vont finir sur le podium ».

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte