Masculins / Bilan

Un arrêt, un but, une image

Publié le 08 octobre 2014 à 08:00:00
Les Lyonnais sont parvenus à conserver leur invincibilité jusqu’à la clôture du mois de septembre, avec des succès contre Monaco et Lorient, des nuls contre Paris et Nantes. La régularité d’un Lopes décisif, le retour des blessés et du beau jeu ont payé.

Un arrêt : Le patron, c’est lui

Il n’est pas du genre à baisser les yeux, à se faire marcher dessus par n’importe qui. Par qui que ce soit d’ailleurs. Anthony Lopes en a écœuré plus d’un lors de ce mois de septembre. Les ogres monégasques et parisiens notamment se sont tour à tour cassé les dents sur les mains de fer du portier lyonnais.

Il y a d’abord cette claquette sur la reprise de la tête de Berbatov au point de pénalty qui venait se loger sous la transversale. Puis, il y a cette détente impressionnante au sol pour détourner du bout des doigts la frappe rasante et puissante de Carrasco qui filait dans le soupirail. Enfin, il y a surtout l’arrêt incroyable dans les derniers instants du match face à Monaco. Antho semble dépassé, lobé par la tête de Germain. Il n’en est rien. Il pousse sur ses jambes pour décoller et détourner sur sa transversale l’inévitable, l’égalisation monégasque. Le tout dans une prestation XXL pour préserver la victoire précieuse contre Monaco, en dégoûtant les joueurs de la Principauté.

Le gardien de 23 ans n’est jamais rassasié. Il remet ça neuf jours plus tard en se frottant cette fois-ci au géant suédois. Anthony Lopes relâche le ballon sur une frappe à ras-de-terre de Thiago Motta. A peine relevé, il est déjà dans les pieds d’Ibrahimovic, abasourdi, qui se voyait déjà doubler la mise et tuer le match.

Un but : Finesse technique (ou pas…)

Les Lyonnais ont retrouvé leur jeu. Les actions collectives, fluides et rapides, ont été à l’honneur lors de ce mois de septembre, notamment du côté de Gerland. Le but de Fekir, l’ouverture du score contre Monaco, en fait partie...5 passes en 10 secondes. Ferri récupère le ballon aux 30 mètres, trouve Jallet le long de la ligne de touche. Le latéral trouve Lacazette, qui régale d’un contrôle en porte-manteau avant de trouver son compère d’attaque. Fekir joue un superbe une-deux avec Malbranque à l’entrée de la surface et fusille d’un Subasic impuissant.

Le joueur de 21 ans remet le couvert contre Lorient en faisant parler sa technique avec un super contrôle de l’extérieur. Il bonifie le caviar de Tolisso…une merveille de passe lobée qui retombe entre trois adversaires et dans les pieds de Fekir.

Changeons de registre. Il en faut aussi pour ceux qui préfèrent l’intention à la beauté du geste. Le but d’Umtiti au Parc des Princes n’est pas le plus esthétique. Mais, il est la plus belle illustration d’un état d’esprit de dévouement et de combat retrouvé. Lors d’un énorme cafouillage dans la surface parisienne, le ballon ne cesse de revenir dans les pieds aimantés lyonnais. Bref, l’action du but aura été tirée par les cheveux, du début de l’action jusqu’à sa conclusion. Peu importe, la frappe taclée du mauvais pied d’Umtiti et contrée par Aurier offre le point du match nul.

Une image

On avait laissé un groupe lyonnais en souffrance en août, diminué, amputé d’éléments-clés. Septembre a été le mois de la guérison, avec la réapparition de nombreux joueurs blessés qui avaient notamment beaucoup manqué par leur expérience. Bisevac, Koné, Bedimo, Umtiti, Fekir ou encore Gourcuff ont refait surface.

X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte