Masculins / OL - FC Lorient

«Ne pas tourner le dos à ce qui a été fait»

Publié le 24 septembre 2014 à 11:00:00
Entraîneur du FC Lorient depuis mai dernier, Sylvain Ripoll a la lourde tâche de succéder à Christian Gourcuff. Un monument en Bretagne. A quelques heures d’un déplacement « difficile » à Gerland, il se confie…
...
Âgé de 43 ans, Sylvain Ripoll est né à Rennes. Ville où il effectue sa formation. Il jouera milieu défensif et arrière latéral droit Après un court passage au Mans, il fera le reste de sa carrière professionnelle au FC Lorient qu’il rejoint en 1995. Il mettra un terme à sa carrière en 2003. Huit années qu’il qualifie de « merveilleuses » et où il apprend « l’exigence individuelle au service du collectif ». Il devient l’entraîneur adjoint de Christian Gourcuff. Ce dernier est «  convaincu de la nécessité d’avoir un adjoint fidèle, en qui j’ai confiance ». En fin de saison dernière, Christian Gourcuff refuse de prolonger et claque la porte. Le 25 mai 2014, Sylvain Ripoll est nommé entraîneur du FC Lorient. Lors du dernier mercato, il voit de nombreux joueurs cadres plier bagages : Aboubakar (Porto), Ecuele Manga (Cardiff), Bourillon (Reims), Monnet-Paquet (Saint-Etienne), Alladière (Qatar), Baca (Guingamp)… Après six journées de L1, le FC Lorient, 11ème au classement, totalise 2 victoires, 1 nul et 3 défaites. Battus par Reims samedi dernier (1-0), les Merlus enregistrent une seconde défaite consécutive...
...

Votre analyse sur la défaite contre Reims (1-0) samedi dernier ?
« C’était un match décevant dans une rencontre importante à domicile face à un adversaire direct. On a manqué d’imagination, de créativité. On ne s’est pas créé d’occasion. Après sur le hors-jeu du but de Reims, ce sont des faits de jeu. C’est dommageable bien sûr mais ce n’est pas la raison de notre défaite. Je le répète, c’est notre manque dans le domaine offensif. »

Comment jugez-vous le début de saison du FC Lorient ?
« Beaucoup dépendait du match de samedi. Avec une victoire, on aurait eu un bilan positif mais ce n’est pas le cas. La défaite nous pénalise. On se retrouve avec un bilan moyen. On n’a plus de temps à perdre. Il faut que le groupe apprenne. On s’attend à un déplacement difficile à Lyon. »

Justement, comment abordez-vous la prochaine rencontre face à Lyon ?
« C’est un match compliqué qui se profile après deux revers consécutifs contre Montpellier et Reims. On va s’appuyer sur nos fondamentaux dans le secteur défensif et s’atteler à être plus pétillant dans le domaine offensif. Il ne faut pas commettre les mêmes erreurs que face à Reims. »

Comment jugez-vous le début de saison de l’OL ?
« Ils ont été largement pénalisés par les absences dues aux blessures. Mais on sent tout de même un gros potentiel dans cette équipe notamment avec le mélange de jeunes joueurs et d’autres plus expérimentés. Il y a aussi une cohérence au niveau du staff donc je ne m’inquiète pas trop pour l’OL. Les choses vont tourner dans le bon sens pour eux. »

Quels souvenirs gardez-vous de votre carrière de joueur ?
« J’étais un vrai joueur de club surtout à Lorient. J’ai dans la tête les différentes montées mais si je devais garder un souvenir, c’est la montée de 1998. C’était la première saison en Ligue 1 de Lorient. C’était un très bon moment. D’ailleurs, on avait affronté plusieurs fois Lyon dans des matchs très disputés. »

En 2003, vous devenez entraîneur. Était-ce une évidence ?
« Je ne suis pas du tout carriériste. Je ne programme rien. Les choses ne se sont pas passées comme prévu du côté du FC Lorient avec le départ de Christian (Gourcuff). J’ai pris sa place. »

Qu’est-ce que l’entraîneur a gardé du joueur qu’il a été ?
« C’est la volonté de faire des efforts. Je veux mettre en place une équipe accrocheuse qui donne le meilleur d’elle-même. Pour avoir un collectif fort, il faut être très exigeant sur le plan individuel. Ce sont ces exigences qui font que le collectif se renforce et non l’inverse. »

Avez-vous un modèle ou une source d’inspiration ?
« Non. Chaque entraîneur a sa manière de travailler. Chacun peut trouver des petites choses chez les uns ou les autres selon sa sensibilité. Il n’y pas une manière d’y arriver. »

Est-ce important d’entraîner le club dans lequel vous avez joué ?
« Oui. Lorient est un club qui me tient à cœur. Il a rythmé ma vie de joueur professionnel donc c’est important pour moi d’être là aujourd’hui. »

Oui. Je dois faire perdurer ce qui a été fait par le passé. Il n’est donc pas question de tourner le dos au 4-4-2.

Est-ce plus compliqué de succéder à quelqu’un qui a entraîné pendant 25 ans ?
« C’est toujours difficile de passer après Christian (Gourcuff). La barre a été placée très haute avec lui. Passer derrière lui n’est pas une chose évidente pour moi mais j’essaie de ne pas me poser trop de questions. Je dois faire en sorte d’être à la hauteur et de garder nos valeurs qui ont fait notre force. »

Le 4-4-2 s’impose-t-il comme une évidence à Lorient ?
« Oui. Je dois faire perdurer ce qui a été fait par le passé. Il n’est donc pas question de tourner le dos au 4-4-2. »

Avec le départ de certains joueurs cadres durant le dernier mercato, ce groupe apparait-il plus comme votre groupe ?
« Si ça ne dépendait que de moi, on n’aurait pas perdu autant de monde. C’est beaucoup trop. Lorient est un club qui peut se permettre de perdre 1 ou 2 joueurs par saison. Ce dernier mercato nous est préjudiciable aujourd’hui. J’espère que ça changera à l’avenir. Après, ce n’est pas plus mon groupe. Je ne vois pas les choses comme ça. Ce groupe est celui du club, celui du FC Lorient. »

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte