Féminines / OL Féminin - Potsdam : 1-2

Sortie prématurée

Publié le 15 novembre 2013 à 11:54:00
L'OL féminin a dit au revoir à la Ligue des Champions dès les 1/8 de finale de la compétition... Tentative d'explication...

UNE ERREUR D'ARBITRAGE

C'est incontestablement le tournant du match. Le but de la qualification de Potsdam a été inscrit sur un penalty imaginé par l'arbitre Kateryna Monzul. À la 72ème minute de jeu, un ballon qui traînait dans la surface de réparation est venu rebondir sur le visage de Saki Kumagai. La gestuelle de la Japonaise a sans doute induit en erreur l'arbitre ukrainienne, qui a donc offert sur un plateau la balle de match au Turbine. Penalty transformé par la Norvégienne Maren Mjelde.

POTSDAM IMPRESSIONNANT

Même si elles ont bénéficié d'une erreur d'arbitrage, les Allemandes sont loin d'avoir volé leur victoire. Se qualifier face à l'OL après avoir perdu 1-0 à l'aller est un véritable exploit, d'autant plus qu'aucune équipe ne s'était jamais imposée à Gerland, toutes compétitions confondues. Une performance rendue possible par une force mentale, une puissance physique, et une intelligence tactique de très haut niveau. Bernd Schröder est décidément un entraîneur hors du commun. Il a réussi à transformer de jeunes joueuses presque inconnues jusqu'à présent en grandes compétitrices. Kemme en défense (21 ans) et Hegerberg à la pointe de l'attaque (18 ans) ont notamment affiché une maturité remarquable.

DES LYONNAISES IMPUISSANTES

Malgré l'ouverture du score assez rapide de Camille Abily (12e), les Lyonnaises sont passées à côté de leur match. Gênées dans la relance par le pressing allemand, incapables de trouver leurs attaquantes dans de bonnes conditions, les joueuses de Patrice Lair ont commis trop d'erreurs pour espérer passer l'obstacle Potsdam. L'OL a semblé usé physiquement, se montrant souvent imprécis dans les transmissions : "On a manqué de peps, de jus, il y avait de la fatigue après le gros combat livré à l'aller", selon Wendie Renard. Pour Patrice Lair, ses joueuses ont pris "une leçon d'impact physique" et ont été "dominées dans le jeu aérien".

Les Lyonnaises se sont aussi montrées impuissantes offensivement, incapables de réagir  après le deuxième but de Potsdam, privilégiant systématiquement les longs ballons dans l'axe au lieu d'utiliser les couloirs. "On aurait pu mettre 36 attaquantes, ça ne sert à rien de pousser de cette manière là, analysait Patrice Lair. On a pas eu le rayonnement qu'on aurait dû avoir." Un OL sans solution, comme lors de la dernière finale perdue face à Wolfsbourg (1-0).


REMISE EN QUESTION

Perdre contre un club allemand, cela n'est pas une injure. Il ne faut pas oublier que les Lyonnaises ont été les premières à contester la suprématie germanique en remportant deux Ligue des Champions grâce à des succès sur Potsdam en 2011 (2-0) et Francfort en 2012 (2-0). L'Allemagne, vainqueur de l'Euro cet été, reste plus que jamais une référence en matière de football féminin. Mais cette élimination dès les 1/8 de finale alors que l'OL restait sur 4 finales consécutives, force tout de même à la remise en question : "C'est une immense déception. Il y a des choses à analyser, des décisions à imaginer pour ne pas se retrouver de nouveau dans cette situation", a annoncé le Président Jean-Michel Aulas.

Sur le même thème
  • Féminines / OL Féminin - Potsdam : 1-2
  • Féminines / Ligue des Champions
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte