Masculins / OL 0 - Milan AC 0

Une image dans le match... 92'

Publié le 30 mars 2006 à 19:26:00
[IMG40396#C]

Une image dans le match, un instant particulier, un fait marquant… Un geste, un mouvement, un réflexe… dans l’élan, dans sa course…Tiago, après 92 minutes et 29 secondes, écopait d’un carton jaune.

Quelques minutes plus tôt, en première période, Monsieur Plautz avait déjà averti Tiago. Pour une bousculade sur le Pitbull Rossonero Genarro Gattuso, l’arbitre autrichien Plautz s’était approché du Portugais avec un mouvement de bras croisé / décroisé, index en l’air, signifiant qu’il ne laisserait plus rien passé. Stop. Assez. Suffit. La biscotte n’était pas loin de notre numéro 21 qui se retrouvait en conditionnelle suite à cet avertissement verbal. Dorénavant, à chaque coup de sifflet qui résonnait, Gerland surveillait l’arbitre pour voir s’il mettait la main à la poche.

Des cartons ? Les Gones en avaient mangés quelques uns en Champions League cette saison. 17 exactement. Les tontons flingueurs du milieu de terrain étaient d’ailleurs les plus sanctionnés. Juninho (3 cartons) en avait fait les frais durant ce quart de finale aller, Tiago (2) et Diarra (2) n’avaient pas le droit à l’erreur… où le châtiment serait immédiat.

Contre l’Olympiakos, après 17 minutes de jeu pour un tacle en retard sur Rivaldo. Mr Mendes était averti. Rebelote à Santiago Bernabeu, contre le Real Madrid. Mr De Bleeckere avait sifflé comme un merle et distribué pas moins de 5 cartons aux Olympiens. Cris, Caçapa, Juninho, Réveillère et Tiago avaient pris du jaune.
Un an auparavant, ces 2 cartons récoltés n’auraient pas eu d’incidence pour lui en Champions League puisqu’ils auraient été effacés une fois la phase de poule terminée. Changement de règle cette saison, il faudra s’en faire une raison.

Averti…Aurait-il pu il y avoir des conséquences sur son jeu… pas vraiment et face au Milan AC, une fois la tempête passée, les Gones avaient pris le jeu à leur compte. L’international portugais, rusé comme un renard, faisait démonstration de son sens du jeu et emmenait son équipe vers l’offensive. Il quadrillait, récupérait, gérait, distribuait, attaquait… La tendance s’était complètement inversée en seconde période et plus les minutes s’écoulaient… plus on se rapprochait du but protégé par l’international brésilien.
Tourné vers le but adverse, Tiago n’appuyait pas assez après un enchaînement (66’) ou découvrait le mètre 95 de Dida sur sa frappe puissante en pleine lucarne (83’). Il faisait preuve d’une activité débordante, exténuante contre les Tenors du milieu que sont Gattuso, Seedorf, Pirlo et Kakà.

[IMG40398#R]3 minutes de temps additionnel étaient décrétées par l’arbitre et sur une énième offensive lyonnaise, la perte de balle à l’entrée de la surface des hôtes de Gerland allait coûter cher à notre milieu de terrain. Obligé d’effectuer une dernière course pour stopper la dangereuse contre attaque menée par Kakà, Tiago s’interposait, taclait… et dans le contact, retenait le maillot du technicien brésilien. L’homme en noir sifflait…et plongeait le stade de Gerland dans l’effroi.

Djila, désolé, levait les bras ; Tiago, navré, baissait la tête ; Fred ennuyé, hochait la sienne.
Le coach Houllier lui rendait hommage lors des déclarations d’après match « il a peut-être empêché les Milanais de marquer ». Le président Jean-Michel Aulas surenchérissait « il a fait ce qu'il fallait »…Un sacrifice.
Et quant l’arbitre sortait son carton jaune, Tiago voyait rouge.

X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte