Masculins / ASI

'Arrêt sur Images' avec Juninho

Publié le 24 janvier 2006 à 16:30:00
.
[IMG39944#C]

Juninho l’appliqué, le travailleur, s’est livré au jeu des images. Son football est maintenant devenu une question d’Histoire. Laisser une trace de son passage dans la mémoire des supporters ; Laisser des souvenirs aux uns, une signature, un nom pour les autres. « Marquer les esprits, marquer l’histoire, je m’y attache ». Dans le rétro de ce numéro 8 studieux, il n’y a pas de fausse note, si ce n’est cette place de titulaire en Seleçao qui le fuit depuis trop longtemps maintenant. Mais ça, « c’est de ma faute » précise-t-il. Voici l’album de Juninho Pernambucano. Un travailleur acharné, ou un acharné du travail ?

-------------------------------------------------------------------------------
[IMG39939#L]1 Juni dans la cage
C’était la première fois de ma vie que je jouai gardien… J’ai tout de même réalisé un arrêt décisif en début de rencontre. Qu’est-ce que l’on s’est marré, qu’est-ce que l’on a rit. Cette image restera un bon souvenir. J’ai vu des milliers de photos où j’ai toujours la balle aux pieds, celle-ci est différente, unique. Gardien ? Je n’aurais jamais pu faire carrière à ce poste. Ah, ça jamais ! Plus de travail, plus d’attention, plus d’effort, plus, plus, plus… Aucun droit à l’erreur.
Pendant un match, il peut t’arriver de toucher très peu de ballons pendant 90 minutes et on te demande l’impossible dans les prolongations, en une fraction de seconde… Pas pour moi. (…)
Toute grande équipe commence par un bon gardien. A Lyon, nous avons la chance d’en avoir 3 bons : Greg Coupet, Rémy Vercoutre et Johan Hartock. De plus, avoir l’un des meilleurs au monde dans son équipe, lorsque l’on est sur le terrain, on ne peu qu’être rassuré.

-------------------------------------------------------------------------------
[IMG39936#L]2 Joie & respect
Ce geste vient après un but. Lequel ? Impossible de le savoir, je le fais souvent, pour montrer l’importance du maillot que je porte, l’importance que revêt le logo à mes yeux. J’ai beaucoup de respect pour les couleurs que je défends. Selon moi, il est primordiale de connaître l’histoire du maillot que l’on enfile pour savoir où l’on va, ce que l’on fait, ce que l’on doit faire.
A Lyon, le club construit son histoire. Et qu’est-ce qu’elle est belle… Déjà. Cette photo en fait partie pour moi. A ce moment là, je remercie le club avant d’aller partager ma joie et mes émotions avec mes coéquipiers… et nos supporters.
Ma prolongation de contrat à l’OL rejoint cette image. L’Olympique Lyonnais est seulement mon 3ème club, je n’en n’ai pas connu beaucoup. Au départ, j’ai été formé dans une équipe qui joue aujourd’hui en deuxième division au Brésil. J’y ai juste joué 1 an et demi en pro avant de rejoindre le Vasco de Gama pour 5 ans et demi. Je vais passer encore plus de temps à l’OL. Dans tous ces clubs, il y a des moments, des gestes, des buts, des matchs gagnés, des titres de gravés. Marquer les esprits, marquer l’histoire, je m’y attache. Ce geste ? Il vient tout seul, il est automatique, incontrôlé… C’est un réflexe, un mélange de joie et de respect. J'aime cette photo.

Ce qui me tient vraiment à cœur après un but, c’est de le partager. J’ai énormément apprécié la manière dont on a fêté le but de Sidney contre Marseille, ensemble, tous ensemble, tous unis… C’est un cliché qui restera et que je serai très heureux de le revoir lorsque le football sera derrière moi, et qu’il ne restera plus que des souvenirs, des vidéos, des photos…
Le foot ? Je suis un passionné de mon métier. Je ne me vois pas faire autre chose, c’est tout ce que j’aime et j’y éprouve beaucoup de plaisir, qu’il fasse froid ou chaud, qu’il soit 6 heures du mat ou 22 heures ; soleil ou pas; match ou entraînement ; plaisir ou compétition… Bref, le foot, c’est tout ce que j’aime. Sans ? Je serais malheureux, ou j’aurais l’impression de passer à côté de quelque chose, sans savoir ce que c’est. Ca c’est malheureux.

-------------------------------------------------------------------------------
[IMG39937#L]3 Le Brésil.
L’équipe nationale, c’est autre chose, c’est une autre affaire. Je n’ai aucune histoire avec la Seleçao, je la cherche encore. J’en aurai l’opportunité dans quelques mois pour ma première Coupe du Monde. Graver mon nom sur cette Coupe et son histoire comme j’ai pu le faire au Vasco où ici à Lyon, c’est comme un rêve pour moi. J’ai une trentaine de sélection, entre 15 et 20 matchs joués, 4 buts inscrits avec le Brésil, mais le problème est que je n’ai jamais été titulaire. TITULAIRE ! Je n’ai jamais gardé mon poste, MA place. Même si j’ai participé à 11 matchs de qualification sur les 18. C’est bien, mais ce n’est pas assez. Une explication ? Bien sûre que j’en ai une, j’estime d’ailleurs que c’est de ma faute. Je ne me suis jamais concentré à 100% pour l’équipe nationale. Moi, qui suis un joueur qui a besoin de temps pour montrer de quoi je suis capable. Ma montée en puissance à Lyon en est le parfait exemple. Au Vasco : pareil. Pour être à 100% il me faut du temps, de la confiance. Celle que j’ai acquise à l’OL au fil du temps et des matchs, avec l’apport de mes partenaires et du staff.
En équipe nationale, tout va très vite… T’es sélectionné aujourd’hui, tu retrouves tes coéquipiers dans 2 mois… T’arrives seulement 2 jours avant le match, tu joues et tu repars… Cela va trop vite pour moi, enfin, quand je dis « trop », j’exagère. Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même. Je n’arrivai pas à me sentir chez moi, c’est ma nature.
Aujourd’hui c?est différent. Je me suis beaucoup bousculé pour que cela aille mieux. Et même si on ne change pas une équipe qui gagne en sélection brésilienne, même s’il est difficile d’envisager un quelconque changement dans l’équipe type, je me prépare à jouer ce mondial. Ce sera mon premier… et mon dernier. Si je passe à côté, je resterai sur ma faim question seleçao. Je n’ai pas le droit à l’erreur, je n’ai qu’une seule chance.

(On passe à l’image suivante, puis il revient sur celle-ci, sur certains propos, pour s’expliquer, clarifier)

De ma faute… Je suis un peu dur avec moi-même, mais c’est mon caractère qui veut ça. Je suis un compétiteur, j’aime relever les défis, et c’en est déjà un gros que faire partie de cette équipe. J’éprouve également un énorme plaisir à jouer aux côtés de Ronaldo, Ronaldinho, Kakà, Cafu, Dida, Roberto Carlos…

-------------------------------------------------------------------------------
[IMG39941#L]4 Juninhesque
C’est l’action qui se termine sur le poteau contre Paris. Elle est aussi belle à regarder qu’un but. Je suis parti du milieu de terrain en éliminant Armand d’un contrôle, j’ai ensuite accéléré. Seul Fred a suivi l’action, Sidney était en retrait. Tout s’est passé très vite. Je me suis rapidement retrouvé en face de Yepes et Mendy. J’effectue un passement de jambes pour me créer un espace, j’observe Letizi, avancé, et je pique mon ballon qui malheureusement a changé de trajectoire trop vite et percute la barre.
Cela aurait pu être un très joli but, il aurait pu voler la vedette à celui inscrit contre Marseille. Quoique, contre l’OM, j’en entends encore parler puisque le ballon est allé au fond alors que cette action, on l’oubliera dans quelques temps.

-------------------------------------------------------------------------------
[IMG39940#L]5 La première défaite.
Première défaite de la saison, contre Lille. Décevante. Amère. Les Lillois ont fait un très bon match, chapeau. De notre côté, on n’a pas joué à notre niveau, sans être mauvais. On a tout de suite relevé la tête par la suite puisque l’on a aligné 4 victoires d’affilée. Comme quoi des fois, la défaite ne dégage pas que du négatif.
Le championnat se gagne avec beaucoup de solidarité, d’envie et de régularité. Lille a mieux joué que nous sur ces 90 minutes même si je pense que le but refusé de Wiltord et la faute sur Carew aurait pu changer la donne. C’était dommage de finir la première partie de la saison sur une fausse note, la seule à mi-parcours, vraiment dommage.
A un moment, je pensais que l’on pouvait finir le championnat en restant invaincu. Quel naïf j’étais. 38 matchs ! C’est beaucoup, c’est énorme. 38 rencontres… Il faut tenir physiquement, mentalement… Surtout que dans le foot où il n’y pas d’explication et un beau jour, le ballon ne veut pas rentrer d’un côté, et sur un contre…se dessine une défaite. Une contre-performance, personne n’en est à l’abri. Celle contre Lille m’a remis les yeux en face des trous.

-------------------------------------------------------------------------------
[IMG39938#L]6 Parreira / Houllier
Ils se ressemblent beaucoup. En voila 2 de belles histoires ! L’une au Brésil, l’autre en Europe. Ils sont amis et vivent le foot avec passion. Sur cette photo, je veux juste souhaiter que Parreira amènera le Brésil en Allemagne pour gagner la 6ème Coupe du Monde du pays et que Houllier nous amène au 5ème titre de championnat… voire plus loin.

Sur le même thème
  • Masculins / Centre de formation
  • Masculins / OL - Bordeaux J-2
  • Masculins / ASI
  • Masculins / OL - Rosenborg
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte