Masculins / ASI

Arrêt Sur Image : Grégory Coupet

Publié le 15 octobre 2005 à 15:51:00
Arrêt Sur Image : Grégory Coupet

Arrêt Sur Image : Grégory Coupet

[IMG36200#L]Grégory Coupet a voyagé à travers 6 images via la rubrique « Arrêt sur Image » avec un grand sourire. Ces clichés ? Comment ne pas lui en présenter une, prise à la Beaujoire afin qu'il nous livre ses impressions... Et cette qualification pour le mondial 2006 ? Qu'en pense-t-il ? En partant d'une image où les rôles sont inversés avec Juninho dans la cage... à une image de « Greg »en « indien ». Voici le mini-album de Grégory Coupet en 6 clichés... 6 instants... 6 confessions. Et que du bonheur à venir dans les propos de "Greg"... Mais comment pourrait-il en être autrement avec ce bonhomme extraordinaire...








[IMG36192#L]1 Coupet floqué Juninho
L'image est extraordinaire, je ne l'avais jamais vue. C'est un super souvenir. Je me souviens que « Juni »avait fait 2 arrêts exceptionnels ! Je ne suis même pas sûre que je les aurais faits. Surtout dans l'état où l'on était pour ce lendemain de fête : état de fatigue avancé. Cette photo, c'est l'esprit festif. C'était ma première fois à Saint-Tropez. L'ambiance était géniale; l'entourage sensationnel...
On avait un peu peur de se claquer lors de ce match puisque l'on n'avait pas que de l'eau dans les veines. Au bout du compte cela s'est super bien passé dans une atmosphère fabuleuse.
J'étais avec le numéro 8, celui de Juninho. Dans une rencontre comme celle là, il faut mettre son orgueil de côté et il faut le dire : je n'étais pas brillant. D'ailleurs, je ne pensais qu'à prendre du plaisir, à jouer au foot et dans une période comme celle là... que c'est bien de retrouver le football dans l'amusement. Sans pression, sans obligation.
On avait tout inversé, les défenseurs se sont retrouvés attaquants et vice-versa. Ce fut une occasion pour tous de ressentir les sensations qu'éprouvent les autres durant la saison et cela a bien fonctionné. On avait pourtant peu dormi... quelle rigolade !

[IMG36193#L]2 La bande à « Jo »
Ah, encore un bon moment avec « Jo » (Bats) et sa bande. C'est du travail... c'est du plaisir. Le fait de se retrouver entre gardiens est notre quotidien et dans ces moments là il y a beaucoup d'échanges, de travail, de communication... « Jo » amène un feeling exceptionnel. On se motive l'un l'autre avec Rémy (Vercoutre) et Jo (Hartock) pour rester au top. En tant qu'ancien de ce groupe de gardiens, je m'impose toujours ce devoir d'être exemplaire et de montrer les bonnes attitudes à avoir. C'est plus pour Jo Hartock que Rémy (Vercoutre) qui me connait déjà bien. La gnak ! C'est ce qui nous rend tous fort. Regarde la photo, on a un bon groupe de gardiens... de travail.
Cette photo, c'est la photo qu'il préfère de cet album; celle qu'il met en évidence et il le montre. « Celle là ? Parce que c'est la confrérie des gardiens »

[IMG36194#L]3 Rencontre Stéphano-Lyonnaise
Tiens, celle que je préfère, cela aurait pu être celle-ci aussi puisque c'est un moment important pour moi de toujours saluer le gardien adverse. Janot ? C'est quelqu'un avec qui j'ai beaucoup d'affinité, j'adore ce mec là. On se ressemble dans l'évolution : rien n'a été facile pour lui non plus et il a du aller les chercher toutes les choses qu'il a aujourd'hui. On ne lui donne rien, c'est un provocateur.
Il a été pas mal critiqué au départ et on lui reprochait de ne pas avoir la taille adéquate pour être gardien de but et jouer en ligue 1... Avec tous ces préjugés là sur ses épaules, je trouve son travail fabuleux. Le Lyonnais-Stéphanois véhicule une belle image pour les jeunes, c'est important. Je l'ai félicité pour son record. C'est le travail de tout un groupe mais il y a énormément participé. Il peut en être fier.

[IMG36195#L]4 Coupet 1 - Nantes 0
C'est après Nantes. Les copains sont venus me féliciter. Je me doutais que j'avais pris une part importante dans la victoire. Dans des matchs comme ça, lorsque tu es gardien, tu te dis que cela va craquer à un moment ou à un autre. C'est impossible, cela ne va pas tenir... et on gagne ce match là 1-0. On mérite de perdre 10 fois et au bout du compte on repart avec 3 points, dans l'adversité, c'est top. Tiago qui avait fait un super match est venu me voir; Rémy (Vercoutre) aussi est venu me féliciter. On voit sur cette image la complicité qui peut exister entre nous et le retour aux vestiaires restera un grand moment pour moi. Graver dans ma tête : Coupet ! Coupet ! Coupet ! Déjà que l'on ne dort jamais après un match... alors là, imagine ! J'ai 32 ans et je pense que c'est LE MATCH de ma vie à ce niveau là !

[IMG36197#L]5 Le mondial
Une scène de joie avec l'équipe de France, c'est assez rare. On a tellement galéré pour ces qualifications à la Coupe du Monde que cette image fait plaisir à voir. Pour moi c'est un grand soulagement puisque cette qualification a amené beaucoup de pressions et de polémiques autour de ce poste de titulaire. C'est en même temps beaucoup de plaisir. J'en suis à un point où le principal pour moi en tant que sportif de haut niveau est fait : j'ai mis ma famille à l'abri. Maintenant, j'arrive presque à ne jouer que pour le plaisir. Mais c'est le bonheur d'un compétiteur et si l'on n'était pas passé, vous n'auriez pas eu cette photo et je n'aurais pas eu ce sourire là.



[IMG36198#L]6 Tradition
A partir du moment ou je me suis laissé pousser les cheveux, on a commencé à m'appeler Cochese. Ceci explique donc les photos. Dans 10, 20, 30 ans, cela me rappellera des bons moments. Ce cochese se prépare, concentré, tout comme le travail énorme que j'accompli en préparation d'avant match. Le rituel est colossal. Je ne banalise aucun match et aucun moment. La compétition ? C'est se remettre en cause pour s'imposer. C'est trouver la motivation pour être le meilleur. Quant on me voit me concentrer dans le tunnel de Gerland, je recherche l'étincelle et je me dis que cette rencontre est au dessus des autres. Je trouve un adversaire direct, ou un attaquant, ou un moment précis... un rappel sur les saisons précédentes, une occasion où je n'était pas à l'aise... un instant qu'il faut compenser. Depuis quelques années j'ai un rituel sur les matchs. Ce n'est pas de la superstition mais une tradition : tout est minuté, canalisé. Je fais toujours les mêmes gestes pour que je sois prêt à l'heure H. C'est très minutieux puisque je place toujours mes affaires de la même façon, je m'échauffe de la même manière, les étirements... même le 'kiné' à ses habitudes avec moi. Tout est machinal, rodé...

X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte