Masculins / ASI

Arrêt sur images : Jérémy Berthod

Publié le 07 septembre 2005 à 17:42:00
Arrêt sur images : Jérémy Berthod

Arrêt sur images : Jérémy Berthod

[IMG35878#L]Faut bien vous l'avouer, 3 photos lui ont bien plu, les 3 autres, c'est presque une routine. Son but? C'est un moment inoubliable pour lui. Le Barça, un club de coeur grace à papa. Quant à Maldini, c'est un modèle... la classe. Jérémy voyage à travers les images. 6 clichés, 6 photos, 6 instants. De son premier but à Gerland à cette dernière occasion manquée face à Auxerre, arrêtons nous un moment sur ces images qui sont les siennes.











[IMG35879#L]1. Toute première fois
« Mon premier et unique but dans le monde professionnel. C'était en Ligue des Champions et on menait déjà 6-2. Lorsque l'arbitre a sifflé, j'ai couru vers Juninho et je lui ai demandé s'il pouvait me laisser le tirer. Il m'a regardé dans les yeux et m'a filé le ballon alors qu'il s'apprêtait à le poser sur le point de penalty. Je ne me suis pas posé de question. On menait 6-2, il n'y avait donc pas grand risque. Finies les mauvaises blagues, le « chambrage » dans les vestiaires et les questions « alors, c'est pour quand ce premier but ? »
Cette image est un grand souvenir puisque j'ai signé mon premier but à Gerland, devant mes amis, ma famille, mes parents. J'ai senti que tout le monde était derrière moi. Mes coéquipiers savaient que c'était un grand moment pour moi. Ils l'ont compris et à travers leurs petites tapes amicales après le but, j'ai compris qu'ils étaient concernés. Maintenant, j'attends de marquer mon premier but dans le jeu. »

[IMG35880#L]2. Bercé par le Barça « Ah, le maillot du Barça. MON club de toujours. Je rêve de jouer là-bas un jour. J'ai été bercé par l'exploit de cette équipe, ses joueurs, son stade... impressionnant. C'est le club que je supporte après l'OL. Je suis son actualité et ses résultats.
D'où est née ? De mon père. Chauffeur routier. Il m'avait ramené un maillot du club de Barcelone. Je devais avoir à peine 10 ans. A l'époque, mes stars sont donc devenus Romario et Stoïchov. Cette équipe, qui était à l'époque mon équipe, a été Champion d'Europe en 92. Aujourd'hui, j'aime bien voir évoluer Puyol, défenseur solide formé au club. Pas la peine de citer Eto'o, Xavi, Ronaldhino...
Mon frère à choisi la plus grande rivale du Barça comme équipe de coeur : Le Real Madrid. On se fait nos petites guerres lorsque ces équipes se retrouvent sur le terrain.
D'ailleurs je ne dirai pas pour qui il sera mardi prochain puisque ce pro-Real Madrid sera content... qu'importe le résultat. En parlant de Madrid, Brian Bergougnoux était fou juste après le tirage de voir que l'on allait affronter le Real. Il m'a dit « j'aurais du rester 3 mois de plus !» (rire). Il devait me faire une petite dédicace après son but en espoir mais ses coéquipiers sont rapidement arrivés sur lui; ce sera pour la prochaine.
Enfin, j'espère un jour pouvoir affronter Barcelone en Champions League. le maillot ? Je ne l'ai pas encore. Enfin si. J'ai toujours celui que mon père m'avait offert, mais c'est un taille 10 ans. »

[IMG35881#L]3. Tignes « Le rafting de Tignes. On rigole pas mal. Qu'est-ce qu'on s'amuse. Ici dans le rafting, c'est aussi un travail d'équipe. Le même que sur le terrain puisque nous sommes tous obligés de ramer pour faire avancer le bateau. Sidney (Govou), Karim (Benzema), Yohan (Truchet) et François (Clerc) m'accompagnaient. Ce raft allait vite; on n'a pas traîné.
Ce stage est vraiment costaud; il aide pour le physique et aide également à tisser des liens entre nous. Question physique, j'essaie de prendre soin de moi. Les kilos viennent vite chez moi; je fais un peu plus attention que les autres. Enfin, il faut savoir ce que l'on veut ! »




[IMG35882#L]4. Monsieur Paolo Maldini
« Y'a de la ressemblance là. Un petit peu non ? Regarde bien (rire). C'est mon idole, Maldini, pour tout ce qu'il a fait et pour tout ce qu'il fait encore. C'est pour moi l'exemple du défenseur modèle. Le professionnel qui dure. Cela fait 20 ans qu'il joue au plus haut niveau et dans le même club. Le Milan AC qui plus est. Il a 37 ans et quand on regarde les matchs qu'il fait, il est encore là et répond présent. Il n'y a qu'à voir le but qu'il marque en finale de la Ligue des Champions.
Je signe tout de suite pour une carrière comme la sienne, à l'OL. Ce serait vraiment superbe de finir ma carrière ici, pour moi, natif de Lyon.
C'est un modèle. Il y en a un autre que je prenais comme exemple plutôt que comme modèle, c'est Bixente Lizarazu. J'ai d'ailleurs son maillot, je l'avais eu lors de mon premier match de Ligue des Champions, contre le Bayern. Si on joue le Milan AC un jour, il ne faut même pas me poser la question du maillot. Je ferai un marquage individuel sur lui à quelques minutes de la fin pour rester juste à côté de lui (rire). »

Paolo Maldini la classe. Son modèle, cette carrière exemplaire, son objectif, c'est la photo qu'il préfère de cet album, celle qu'il met en évidence et il le montre.

[IMG35883#L]5. Changement
« Houllier ? J'aime bien son discours. L'homme aussi. Je l'apprécie déjà. Il s'est bien adapté au groupe et vice-versa. Il a un esprit compétiteur qui plait au groupe.
Sur cette photo, je rentre contre Nancy. Changement poste pour poste avec Sylvain Monsoreau. A ce moment là, il n'y a pas d'esprit concurrence, je pense plutôt à l'apport que je peux amener à l'équipe. Un match se gagne aussi avec les remplaçants. On se tient donc prêt à intervenir à n'importe quel moment. On n'est pas ailleurs; on ne s'évade pas. On reste attentif; on suit la rencontre; on se tient prêt...
Mon numéro 23 ? C'est Guy Genet qui distribue les numéros restant aux jeunes. Quand je suis arrivé à l'étage des pros, il m'a filé le 23. Je n'ai pas bronché. J'ai même trouvé sympa d'avoir le numéro de Mickaël Jordan. Maintenant je le garde, le plus longtemps possible. »

[IMG35884#L]6. L'occase
« Celle-ci, c'est ma seule occasion de la saison pour l'instant. Contre Auxerre, face à Cool.
Vous savez, nous nous sommes croisés en vacances à Punta Cana. Nous étions au même endroit. On s'était dit à bientôt sur le terrain. Après match, tu trouves ça vraiment dommage puisque cela aurait été sympa de lui en planter un. Sur l'action, j'ai un petit peu paniqué. C'est sûrement du au fait de me retrouver à cet endroit du terrain. Manque d'habitude. J'aurais du prendre un peu plus de temps pour mieux cadrer la frappe. J'ai vu au ralenti qu'il l'a touche un peu pour la mettre sur le poteau. A la fin de la rencontre, les coéquipiers me demandaient « pourquoi tu n'as pas tiré au premier poteau », comme si c'était facile. Regarde là, j'ai un mec sur le dos, je déboule à toute vitesse et Cool m'attend de pied ferme en cloturant la voie du premier poteau... Comme si c'était facile.
Sur le chemin du retour pour reprendre ma place, j'ai pensé à ma famille qui a du vibrer en même temps que moi.
C'est rassurant pour moi de jouer aux côtés de Flo Malouda. Il a atteint un niveau de jeu énorme. Il m'aide beaucoup sur le terrain, me parle, m'épaule... J'essaie de l'aider du mieux possible, comme il le fait pour moi. »

Sur le même thème
X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte