Masculins / Carnets de voyage du Br鳩l

A Recife... sur les pas de Juninho

Publié le 29 mars 2005 à 13:45:00
A Recife... sur les pas de Juninho

A Recife... sur les pas de Juninho

[IMG34441#L]Pluie et tonnerre dans la nuit et au petit matin. Décidemment, le soleil joue à cache-cache avec nous depuis le début. Les images du match Brésil - Pérou nous reviennent... surprenant de voir Juninho en position de défenseur central sur les corners pour la Selecao tirés exclusivement par Ronaldinho! Un "Juni" sorti a la mi-temps, alors qu'il avait été le seul à prendre le jeu a son compte en tentant de secouer le cocotier des Jaune et Vert passablement alangui. Avec l'équipe nationale, Le Lyonnais évolue plus sur le côté droit et touche nettement moins le ballon qu'avec l'OL... Ce public de Goiana, qui a réclamé avant la rencontre Robinho, s'est pamé devant le moindre geste technique, même s'il ne sert à rien. A ce jeu là, Roberto Carlos a été le maître incontesté... Et puis, il y a eu ces cris à l'adresse de l'entraîneur Parreira; "âne baté... âne baté... âne baté..." lorsqu'il a remplacé Kaka par Renato. Imaginez cela en France!

Chez les Peruviens, Pizzaro a livré un beau combat aux défenseurs locaux et l'attaquant Farfan a fait quelques misères à Cafu. Farfan? Il joue au PSV Eindhoven... méfiance, ce jeune joueur est culotté.

Oublions la Selecao... direction Recife en faisant une escale par Brasilia. Nous passons du Centre Ouest au Nord Est en 3 heures d'avion. Cette région est le parent pauvre du Brésil avec une influence africaine très marquée. 9 états dont le Pernambuco la composent. 1 400 000 habitants à Recife, la soit disante Venise brésilienne. La canne à sucre a joué un rôle important. Les plages sont nombreuses, mais attention aux requins (tubara) qui se paient chaque année de la viande de surfeurs trop aventureux...

14 000 kilomètres déjà depuis Lyon et nous sommes dans la ville de Juninho. Le correspondant de France Football au Brésil, Arnaud Courtadon, avait fait un très beau magazine sur "Juni" et il nous avait dit avant Brésil - Perou: "Il a été adorable avec toute sa famille... ils ont tout fait pour que je puisse travailler dans les meilleures conditions... Là je vais en Uruguay avec la Selecao et je dois faire un sujet sur ses coups francs..."

[IMG34446#R]D'un coup de taxi nous nous retrouvons à l'Adelmar Costa Carvalho, le stade du Sport Recife entouré d'un immense complexe (gymnases, terrains...) vieillissant. Sur un terrain d'un autre age, en sable et flaques d'eau, des gamins jouent. Du rouge et noir sur leurs frêles épaules... les couleurs de ce club aujourd'hui en D2. La caméra est vite repérée... nous étions attendus. Juninho avait prévenu les dirigeants de "son" club. "Je n'ais pas de mot pour dire comment il est. Nous sommes fiers de lui et nous espérons qu'il portera de nouveau, un jour, notre maillot..." Paulo a presque les larmes aux yeux en parlant du Lyonnais. Stéphane donne un maillot "Juninho" au jeune Mateus (9 ans) et il le suit camera au poing sur "cette plage" de tous les rêves. Le gosse pas plus haut que trois pommes en est tout intimidé... Quelques mètres plus loin, le stade du Sport Recife ressemble a un vieux navire en manque d'entretien, comme la grande majorité des stades du Pays. "Le Brésil est candidat pour organiser la Coupe du Monde 2014... Cela nous obligera à faire des travaux...". Marcelo est lucide. L'Adelmar Costa Carvalho peut contenir 35 000 spectateurs dans un cadre entièrement rouge et noir. En quittant l'enceinte de ce club dont le sigle est un lion, nous nous dirigeons vers un gymnase où se déroule un entraînement de football en salle. C'est par cette discipline que Juninho a commencé le foot. Les gamins écoutent religieusement leur coach et montrent une sacré aisance dans leur technique!

Accueillis comme des rois, nous avons rendez-vous le mardi avec le beau-frère de "Juni" pour partir un peu plus a la découverte de notre Brésilien. Un constat; les gens sont d'une gentillesse rare et parlent, comme Juninho, avec un débit mitraillette.

Le dîner sera une nouvelle fois un moment merveilleux de convivialité avec Marcelo; en rentrant à l'hôtel, les chauffeurs de taxi qui attendent les clients écoutent la radio comme s'ils étaient sourds. Sport Recife est en train de jouer et de perdre en déplacement. Défaite 4 à 2 et 4 expulsés chez les Rouge et Noir ! Les commentateurs brésiliens vous donnent l'impression qu'il y a un but toutes les secondes... La nuit sera courte. Pour se changer les idées, footing d'une heure avec Marcelo le long de la plage. A 7h, il fait déjà une chaleur épouvantable... mais nous ne sommes pas les seuls à mouiller le maillot. Le Brésilien, selon ses moyens et ses envies, pratiquent toutes sortes d'activités sportives. L'océan est calme... et les panneaux vous préviennent : attention requins... Nous avons mérité une bonne douche avant de mettre nos pas dans ceux de Juninho.

X
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer
des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus et gérer ces paramètres.
J'accepte